Messages de la dimension de Lumière  

Message de l'Être reçu par Agnès Bos-Masseron le 22-10-21

Si l'attention est enlevée des apparences, elles s'effondrent. 

Retrouver l'art de l'incarnation. Porter la vision et par l'intensité d'attention, féconder la vision, qu'ainsi elle jaillisse et se manifeste dans le concret de l'incarnation. Ainsi tout est possible. Sans délai de temps ni d'espace, tout est possible à celui, celle qui choisit de porter la vision et de la féconder par l'intensité de l'attention.

Portez la vision dans chaque moment. Quoi que vous fassiez, portez la vision de la plénitude de cette action. Quoi que vous sentiez, quoi que vous pensiez, quoi que vous disiez, portez la vision de la plénitude de ce que vous pensez, sentez ou dites. Lorsque vous chantez, portez la vision. Portez la vision de ce retour à l'éternelle harmonie, non que l'harmonie se doive d'être recréée, mais l'attention se doit de basculer depuis les apparences de disharmonie vers la perfection de l'harmonie. C'est ainsi que ce qui a été nommé miracle s'accomplit, aussi simplement et puissamment.

Par la vision féconde d'un être établi dans la puissance de l'attention, dans l'intensité juste, la Terre peut retrouver l'équilibre. Vous voulez aimer et guérir, ne regardez jamais les apparences de disharmonie. Vous voulez accomplir quoi que ce soit dans vos quotidiens pour les êtres qui vous sont chers, pour la planète, portez la vision et ne donnez pas l'attention aux apparences de disharmonie. Ne donnez pas l'attention car l'attention est l'or, le nectar, la sève de la vie… 

Cela vous a été dit et redit, l'intensité de l'attention, une intensité insoupçonnable car les êtres humains se sont habitués à délayer leur attention, la dispersant au gré de toutes les apparences, de toutes les craintes, de toutes les expériences de ce passé qui n'existe plus et qui pourtant perdure car tous le portent par leur attention…

L'humanité est devenue experte dans l'énergie dispersée et le laxisme. Retrouvez cette passion de la vision féconde qui se manifeste. Alors chaque moment de maintenant est miracle…

L'heure est venue pour l'humanité de se souvenir. Et chaque être crée la transition…

Si l'humanité pouvait comprendre que l'on ne peut être sur deux trains à la fois. On ne peut nourrir de son attention les apparences de dispersion et manifester la vision de la Terre éternellement neuve, berceau d'une civilisation de simple dévotion, de simple joie.

Tout alors est écoute de tout, appréciation profonde, émerveillement. De cet émerveillement, jaillissent les fleurs de la joie, la diversité de la création, une civilisation d'harmonie dans laquelle rien n'est figé, pas même les bâtiments. Tout est précipité éternellement, expression de la vision, éternellement danse de lumière. Tout jaillit et retourne à sa source. Cela est réel, même pour la matière que l'on dit tridimensionnelle. Elle n'est pas statique, elle n'est pas figée, écoutez-la. Vous entendrez le chant de l'amour, ce chant que le verbe offre au Père-Mère-Tout avec passion et tendresse. Écoutez la matière, ne la figez pas…

Ne figez ni la matière, ni la transition, ni les apparences. Laissez couler les apparences, elles n'appartiennent qu'à ceux qui les projettent. Et vous, que projetez-vous ? L'attention offerte à une apparence pour la faire cesser ? Ou projetez-vous la vision pleine, simple, comme l'ont imprimée dans la structure de l'humanité ceux et celles qui savent que seul est l'éternel éveillé, le dévot, le verbe ?

Il faut bien que certains osent cesser les anciens modes. L'humanité l'a prouvé encore et encore, résister ou se plaindre n'est pas porter la vision. Créer est précipiter la vision. Et précipiter la vision ne peut se faire que lorsque l'attention est rassemblée tout entière sur la vision, dans sa beauté, dans sa splendeur, dans sa simplicité. Par dévotion, l'attention tout entière est offerte. Et parce que l'attention est le don de l'amour, parce que l'attention est le don de l'infinie clarté, et que la clarté est l'amour et l'amour la clarté, la vision féconde est précipitée en manifestation.

Vous le savez, la multidimensionnalité. Que signifie "la Terre change de dimension" ? Elle ne passe pas de l'une à l'autre, effaçant l'autre. Tout est là simultanément puisqu'il n'est ni séquence ni temps ni espace, que cet absolue clarté-lumière-amour qui s'exprime, nourrie par l'attention de ceux et celles qui se savent créateurs de la création. C'est bien cela l'incarnation, n'est-ce pas ? Créer la vision, la nourrir, la précipiter, l'offrir. Cela ne peut que s'inscrire dans l'éternité…

Portez la vision, rendez-la féconde par le don de l'intensité d'attention, sans se laisser disperser. Les apparences n'appartiennent qu'à ceux qui les projettent ou à ceux qui acceptent de les contempler. Pour ceux-là, elles deviennent concrètes. Pour ceux qui choisissent d'être les dévots de la joie, ils portent la vision, la rendent féconde et l'offrent. Cela est leur art, l'art de l'incarnation.

Un artiste sait bien qu'il doit donner toute son attention à son art, n'est-ce pas ? Si l'artiste veut créer depuis une attention dispersée, il ne peut créer ou la création est piètre. L'artiste se doit de s'offrir pleinement à la vision de sa création et elle se manifeste tel un flot de la grâce…

Rendez la transition concrète en rendant la vision féconde. Comprenez-le et puisse l'humanité comprendre, si l'attention est enlevée des apparences, elles s'effondrent. Les apparences ne sont nourries que par l'attention offerte à résister, se plaindre ou déplorer. Le cœur débordant de passion n'a aucune place pour la résistance, la plainte ou pour déplorer. Le cœur débordant de passion aime et s'offre pleinement à travers l'attention. Ainsi est précipitée la vision.

On a appelé cela miracle. L'humanité osera-t-elle retrouver l'évidence que ce qui semble miracle est le naturel de la création. L'histoire l'a démontré, toutes ces traditions et tous ceux que l'on nomme saints, d'où émanent parfums, manifestations, huiles de guérison, formes, simplement parce qu'ils osent rassembler l'énergie. S'offrir à la vision sans tergiverser en aucune façon…

L'illusion est celle des deux camps, celui de la lumière et de l'obscurité… Quitter l'illusion des deux camps. La transition n'est pas le triomphe d'un camp sur l'autre. La seule transition est le triomphe du Un effaçant le duel.

Il est ceux que l'humanité aime, fils, prophètes, messagers, transparence. Suivez leur empreinte. Ils n'ont jamais marché sur les routes duelles. Ils ont toujours contemplé la vision du Père-Mère-Tout. On en chante la gloire par mille traditions car la beauté de cette gloire se doit d'être exprimée à travers mille langues sans perdre son unité…

La transition n'est pas le triomphe d'un camp. Elle est le seul triomphe, l'évidence du Un. Tout lui rendre et se reconnaître. Le reconnaître comme l'au-delà de soi, et pourtant le tout de soi. C'est cela la félicité et l'émerveillement.

L'être humain se souviendra-t-il qu'il est divin ? Et le divin est dévotion. Retirez l'attention des apparences illusoires, elles s'effondreront.

 

Message de l'Être reçu par Agnès Bos-Masseron le 10-10-21

La joie est le plus puissant des aimants.

La loi de la multidimensionnalité implique que chacun s'établit dans cette zone de fréquence correspondant à son niveau d'attention. Peut-on parler de basculement au niveau collectif ? Oui. Lorsqu'un nombre suffisant choisit de s'établir dans une fréquence particulière, spécifique, la force de l'attraction de cette fréquence peut attirer ceux et celles qui seraient prêts.

Pour ceux qui refusent, le libre choix est donné. Et encore, qu'est-ce que refuser ? On peut de mille manières dire oui à la vie, dire oui à la bonté, la bienveillance, à la pureté. Ceux-là aussi peuvent être entraînés. Ananda (la joie) est le plus puissant des aimants.

Ainsi les corps s'harmonisent, les consciences se clarifient, et s'installe une autre vision. Encore faut-il faire les choix justes car le libre arbitre reste loi d'absolu.

Porter la vision de la beauté de la Terre restaurée dans la pleine harmonie, sans inclure dans cette vision aucun pincement ou quelque apparence qui serait autre que cette pleine harmonie. Ainsi vous nourrissez la restauration de cette vision.

Message de l'Être reçu par Agnès Bos-Masseron le 10-10-21

Il n’est aucun péril.

Chaque être est en relation constante avec chaque cellule de son corps, et dans chaque cellule pulse, émerge et retourne le rayon spécifique à chaque unicité. C’est ainsi qu’est nourrie et maintenue la structure corporelle.

Pour que l’apparence du corps tridimensionnel se fonde dans cette réalité de la multidimensionnalité, il suffit de lâcher prise du conditionnel. Il n’est aucun péril. Il n’est aucun enjeu. Il n’est aucun risque. Rien n’est à prouver. On ne doit triompher de rien. Simplement dire oui à cette splendeur qui éternellement s’autodépasse. Cela veut dire détendre l’énergie tout en la dynamisant. Avoir cette exigence de ne s’arrêter à aucun concept illusoire forgé par les habitudes d’un mental collectif.

Poser, tout donner, car rien n’appartient à personne. Tout donner car chaque être est le plein du plein. Ne pas attendre de recevoir, être la jubilation du don dans la simplicité et la gratuité. Car le don s’offre au plein, et le plein s’offre au don par nature. Là est le jeu de l’incarnation. Rien à prouver, l’énergie détendue, aucun risque. Tant que l’humanité restera dans la croyance qu’il peut y avoir risque, elle créera des facteurs de risque.

Il faudrait que cela se comprenne, toujours plus d’étincelles ou de flammes qui comprennent que la transition est création et qui créent le monde, la création, la société à laquelle ils aspirent. Rien ne peut empêcher cela.

Jubilez de par le jaillissement de dévotion qu’est la création. Portez la vision. Inscrivez-la au cœur des cellules, au profond de la chair. Inscrivez-la à travers vos regards. Chérissez-la.

 

Message de l'Être reçu par Agnès Bos-Masseron le 9-10-21

Alors que certains croyaient que viendrait le train des anges…

Alors que certains croyaient que viendrait le train des anges qui amènerait l'humanité vers une autre fréquence, l'humanité a la puissance des anges. Il est beau de retrouver cette fermeté de l'affirmation, du retour à soi, du retour à cet état où seule est la bénédiction.

Voyez, alors que beaucoup croient la Terre enlisée et l'humanité enlisée par quelque chaîne ou quelque pouvoir qui voudrait manier les chaînes, la démonstration est claire, il suffit d'un être ou d'une poignée d'êtres ayant une énergie posée fermement dans l'affirmation de la vision pour que la bénédiction se transpose concrètement…

Vous le savez, l'heure est venue de tourner la page. Cela fait longtemps que la fraternité le murmure sur bien des registres, avec bien des mélodies. Les termes varient peut-être mais la réalité reste la même, ne regardez jamais ce que les autres font, œuvrez, vous, en harmonie totale avec l'éthique la plus pure au niveau du comportement, de la parole, de la pensée.

L'on ne peut croire bénir si à d'autres moments l'on critique. L'on ne peut croire œuvrer ou créer si l'attention vagabonde entre des apparents délires et la vision pure et juste. Car chaque vagabondage donne de l'énergie, chaque regard donne de l'énergie, chaque parole, chaque pensée, donnent de l'énergie…

Ainsi l'ouverture ne peut que s'accompagner de ce retour à l'éthique absolue. Bénir est un état de vie. Être la conscience témoin est un état de vie, et inhérents à ces états de vie sont des codes, des modes de relation, de comportement, de pensée, de parole, d'action.

Cela a été dit et redit, on ne peut avoir ses pieds dans deux barques à la fois. On ne peut regarder la paille dans l'œil de son voisin, quel que soit le voisin, qu'il soit simple voisin ou président, ou quoi d'autre… On ne peut regarder la paille et ignorer la poutre qui rend possible que l'on perçoive la paille, car si l'on perçoit la paille, c'est que l'on ignore la poutre qui bloque la vision de perfection.

La dévotion inhérente à ce temps d'ouverture est bien de porter la vision de perfection et d'honorer la plus belle éthique, celle qui honore la perfection à travers chaque parole, chaque pensée, chaque action, chaque intention, pour qu'ainsi chaque intention soit jaillissement de cette lumière qui est bénédiction et qui initie les miracles…

Ne considérez pas les potentiels dangers, cela est révolu. L'heure est à la création, la manifestation et la précipitation. L'une des lois les plus fondamentales de la précipitation est de cesser irrémédiablement tout mode de critique. Certains diront peut-être "mais on doit voir les pièges pour les éviter". Non. On doit voir le plein soleil du but, sa beauté et la clarté qui illumine ce but, cette destination et par la puissance de l'énergie qui bénit, la puissance de la verticalité, la puissance de la bonté et de la bienveillance, présenter un aimant irrésistible, le plus fort de tous les aimants qui puisse exister dans la création, qui aimante naturellement l'enfance de la Terre dans cette énergie d'infinie protection, qui aimante naturellement l'humanité dans cette certitude de fraternité. Ce champ de toute-puissance ne peut qu'être depuis l'énergie qui croît en intensité, accompagnée de ce lâcher-prise total de tous les anciens modes…

Bien réelle l'ouverture, mais on ne peut considérer à la fois l'ouverture et des apparences de fermeture. L'on doit choisir. Laisser les dérisions à ceux qui s'en nourrissent. Le choix doit être inconditionnel.

Certains diront peut-être "on doit savoir". Non. On doit connaître la nature de l'Être et œuvrer à la manifester pleinement. L'histoire humaine a vu encore et encore la puissance d'un être que l'on dit illuminé qui transfigure la surface de la Terre et sa profondeur. Chaque être peut choisir d'être cet être.

Le choix, de nouveau, ne peut qu'être intransigeant. Mais n'est-ce pas cela l'incarnation ? Visualiser une Terre qui ne connaît que la bénédiction. Ces mémoires sont autant enfermées dans vos cellules que les mémoires des corps de souffrance. Il est bien plus de mémoires de l'éternité d'harmonie que celles du corps de souffrance. A chacun et chacune de choisir.

Visualiser la Terre baignée par la bonté des êtres humains.  Et la bonté, n'est-ce pas, ne connaît pas la critique, ni le jugement, ni l'étroitesse d'esprit, ni la dureté. La bonté ne connaît que l'amour bienveillant, la clarté qui sait percevoir la perfection au sein de toutes les apparences…

Porter la vision de la guérison de chaque être. Porter la vision depuis la bonté car la bonté est le prérequis, la bienveillance et le refus absolu de rester amarré à ces chaînes d'habitudes qui font que l'être humain encore et toujours critique, juge et se croit justifié. Rien ne peut justifier la critique ou le jugement. Rien. Que l'autre soit voisin ou président, peu importe.

L'éveil de l'humanité se mesure dans ce retour à cette intégrale bonté qui n'admet pas son opposé par expression de critique ou de jugement. L'on ne peut dire "il faut bien être objectif". Critiquer n'est jamais être objectif, ce n'est qu'exprimer ses propres méandres. L'autre n'est pas.

Alors il faudrait que l'humanité comprenne l'infini de sa puissance maintenant. Si tous ceux et celles qui veulent bénir l'enfance veulent bien choisir d'être bénédiction, la puissance de cette énergie est miracle vivant. Et si quelque stratagème, quelque circonstance semblaient se présenter, ils s'en trouveraient de suite neutralisés. Encore faut-il comprendre et appliquer.

L'humanité, vous le savez, est divinité. Par quelques méandres et quelques habitudes, les humains ont cru faire le Divin à leur image de petitesse, oubliant que l'humain est divin dans sa grandeur totale.

Vous l'avez entendu, l'heure est au grand choix. Les choix ne peuvent plus être petits. Ils ne peuvent qu'être irréversibles. Et l'on ne peut faire deux choix opposés simultanément. Cela serait à l'opposé des lois. Il faut bien que certains se démarquent des chaînes d'habitudes et choisissent de créer cette réalité, précipitation de la vision de l'humanité divine.

Message de l'Être reçu par Agnès Bos-Masseron le 16-8-21

La réalisation de ses limites est preuve de transparence.

En cette époque où tant souhaitent un changement dans la société dans le contexte général de la vie humaine, être l'initiateur de ce changement en choisissant un autre mode de relation avec soi-même.

Il est vrai, bien souvent l'être humain ne connaît pas l'intense, cette détermination qui permet aux graines de germer car sans intensité de détermination, dans cette énergie de tiédeur qui est commune à l'humanité, rien ne germe ou si peu.

Retrouver ce feu, cette flamme intérieure et nourrir cette flamme du feu de la passion, dans la détermination de dépasser éternellement ses limites, sans tension, sans crispation, sans jugement. La réalisation de ses limites est preuve de transparence. Et le courage de traverser ses limites, mû par le feu de l'amour, démontre la sagesse et la maturité. Tant d'êtres humains ont l'attitude infantile de se rebeller contre les limites. La rébellion n'est que manque de maturité.

Dans cet éternel autodépassement qu'est le jaillissement de la vie, embrasser ses limites, les dépasser avec détermination, persévérance, enthousiasme, sans aucun jugement, seulement mû par l'amour de cet autodépassement qu'est la nature de la vie. Ainsi s'ouvrir toujours plus à soi, sans fausse complaisance, sans dureté non plus, hors de tout jugement. Réaliser la puissance de ce jaillissement qu'est la vie et rendre hommage à ce jaillissement à travers son incarnation, sans s'arrêter nulle part et surtout pas à ces prétendues limites qui ne sont que des invitations à l'autodépassement éternel.

Les tièdes s'arrêtent à chaque limite et se plaignent et se rebellent. Ceux qui brûlent du feu de l'éveil reconnaissent les limites, offrent tout l'amour, toute l'énergie, toute la clarté pour les dépasser, sans aucun jugement. Alors se présentera une autre limite. Telle est la nature de la vie qui peut être dépassée avec tout autant de détermination, d'enthousiasme, de passion, de feu.

Peut-on dire qu'il est un état sans aucune limite ? Cela ne serait pas le fait de l'incarnation. L'incarnation est ce jeu de limites qui s'offrent à l'illimité éternellement. Les limites dépassées laissent place à une limite ayant, à un niveau peut-être plus intense, le visage de l'illimité et pourtant restant limite à dépasser.

C'est cela la beauté d'être humain. Apprendre à déposer tout jugement, tout sens de rébellion et surtout toutes ces plaintes des tièdes qui se croient victimes et toutes ces croyances d'avoir tout essayé et de ne pas parvenir. Cela n'est que le langage des tièdes.

La tiédeur n'est pas le fait de l'incarnation. L'incarnation est faite de détermination et de passion, la passion de polir le miroir de l'individualisation jusqu'à ce que ce miroir soit le reflet pur du divin.

 

Message de St Germain reçu par Agnès Bos-Masseron le 26-9-21

Marcher au diapason de la Fraternité qui marche sur la route des hommes.

Il est vrai, la période actuelle est à la fois élévation, beauté et défi. La vision se doit de rester rivée sur l'essentiel, sur la santé parfaite, sur ce qui paraît juste, précieux et noble. Pour ce faire, l'on ne peut être affecté par ce qui est injuste, même si l'on sait que dans ce qui semble l'un des derniers tournants peut-être, ce qui semble être ombre use de tous les stratagèmes pour résister et vouloir s'imposer. Et peu importe car nous savons que l'ombre est lumière.

Le défi n'est pas de s'apitoyer ou non, de se sentir concerné ou entouré de jugements, d'étroitesse, le défi est d'oser garder la vision.

Vous le savez, dans les sociétés d'harmonie, il est toujours des moments où porter la vision est primordial. Si l'on veut parler en termes de temps linéaire, pour l'humanité, certains qui choisissent de porter la vision, cela est primordial. Ainsi vous voyez l'effet et vous portez la vision sans qu'il soit nécessaire de mettre aucun jugement sur les faits.

L'on pourrait dire que cette situation est initiation car elle invite à accroître sa verticalité, son intégrité et à transformer radicalement sa relation avec le corps.

Il est des périodes dans l'humanité où l'on doit consolider touts les aspects de soi-même pour éviter que des corps en faiblesse, des cœurs en faiblesse ou des structures mentales, émotionnelles, égotiques en faiblesse soient éclaboussés.

Nous l'avons dit depuis si longtemps - si nous voulons parler en temps linéaire - renforcer le corps. S'il est une initiation, c'est que la situation actuelle invite très fortement à renforcer le corps.

Nous avons donné les rythmes justes, les modes justes, le dynamisme et le repos, les aliments qui chantent la vie. Accroître la vitalité, accroître la simplicité, renforcer son corps. Cela maintenant est réel pour double raison, pour le plein épanouissement de soi-même et simultanément pour éviter des éclaboussures de ces fausses ombres qui oublient qu'elles sont lumière et qui essaient d'imposer l'illusion de l'ombre.

L'attitude juste est le bouclier. L'humanité ne peut plus tergiverser et garder un corps affaibli. Cela est s'exposer. L'humanité ne peut que comprendre, appliquer et s'enthousiasmer car de cette façon, la porte s'ouvre grand pour actualiser la vision.

Les maîtres marchent vraiment sur la Terre des hommes. La vibration s'élève. Et lorsque la vibration s'élève, il convient que les modes de vie changent, se transforment. Renforcer le corps est un des prérequis maintenant.

Appliquer les invitations est le cadeau, le cadeau que l'on se fait à soi-même et que l'on fait à l'humanité. Car il faut bien que certains se démarquent, guident et montrent à ces fausses ombres qu'il n'est que la lumière, le montrent de par la vitalité qui s'accroît, la joie qui s'accroît, le dynamisme qui s'accroît. Oser marcher au diapason de cette fraternité qui marche sur la route des hommes pour rappeler le sens profond de l'incarnation. Marcher au diapason  implique aussi la structure physique.

 

Message de l'Être reçu par Agnès Bos-Masseron le 16-8-21

Maintenant s'opère un recodage dans la structure de l'être humain.

Vous le savez, dans ce moment de maintenant, deux angles de vue. Ce chaos apparent, ce bouleversement d'énergies rigides ou cristallisées, cette apparente fermeture, et l'ouverture totale, simultanément, et cette opportunité magnifique qui est offerte aux êtres humains de dire oui pleinement à leur nature propre.

Être humain, vous le savez, est être divin. Il est particulièrement opportun d'être uni dans le partage de cette vision maintenant.

Il est vrai vous le savez, le temps linéaire n'est qu'illusion, et pourtant maintenant, inscrite dans la chaîne du temps, est une rare opportunité d'ouverture. Maintenant s'opère un recodage dans la structure même de l'être humain. Maintenant s'inscrit la possibilité de retrouver ni des potentiels, ni des opportunités. Bien au-delà des pouvoirs, la puissance d'être humain est de laisser se déployer toutes les potentialités de cet être humain qui est divin.

Message de Sanat Kumara reçu par Agnès Bos-Masseron le 3-8-21

Le corps est la précipitation des pensées, des croyances.

Retrouver cette évidence que la matière est lumière. Retrouver cette évidence et l’inscrire dans la structure du corps.

Vous le savez n’est-ce pas, le corps est créé à partir des pensées. Au niveau le plus fin, le plus réel, de la lumière naît le verbe et le verbe se fait chair. La chair alors est lumière. Cette réalité s’applique à tous les corps.

Pour ceux qui ont établi la transparence, le verbe est lumière. Pour d’autres, le verbe reste lumière et autour, se crée comme une cage des pensées désordonnées. Et ce sont les pensées qui créent la structure du corps.

Notre société a accepté le concept que la pensée est créatrice. Pourtant trop peu savent appliquer ce concept dans la réalité. La pensée est créatrice et la pensée génère l’état du corps. Affiner la pensée, qu’elle soit le miroir de l’intellect le plus fin. Et ainsi, naturellement, en sous-produit, raffiner la structure corporelle.

On peut dire que le corps est la précipitation ou la manifestation des pensées, des croyances, des crispations ou des fluidités. Le corps humain naturel est corps de simplicité et de lumière, corps infiniment vital ne connaissant ni maladies, ni vieillissement parce que la graine qui est sa source est infiniment vitale et pure lumière.

Il est une humanité dont les corps sont pure lumière et dont les structures corporelles ne connaissent que l'éternelle jeunesse, la vitalité, la vibration de la joie. Beaucoup parlent des sociétés d’harmonie. Dans ces sociétés, l’être humain naturel a un corps vibrant de lumière. Le sang est fluide et couleur d’or. Le sang est amour et dévotion. La frontière est presque inexistante entre les sentiments et la projection des sentiments dans la création. Plus les sentiments sont purs, plus la création est pure.

Lorsque les sentiments deviennent émotions lourdes, la création est lourde, crispée, tendue et régie par des lois telles que le vieillissement, la maladie, la cause et l’effet même. Lorsque seule est la lumière, la seule loi régissant la vie est la grâce.

Œuvrer sur le corps implique donc œuvrer sur toutes les structures émotionnelles, égotiques, mentales. Cultiver la simplicité, la noblesse de ce regard qui naturellement ne voit que le beau et le bon. Ainsi naturellement la structure corporelle est affectée et se fluidifie…

Ce qui est prépondérant est de pacifier la structure émotionnelle par une attention tout offerte au beau et au bon. Cela a la plus grande puissance pour transfigurer la structure corporelle.

Vous le savez, la dimension de lumière ne connaît pas le temps linéaire, seulement le temps simultané. Effacer du système de compréhension ou de croyances la notion du temps linéaire. Cela paraît impossible au sein de la troisième dimension, pourtant c’est le changement de regard qui permet de basculer dans une autre dimension.

Message de l'Être reçu par Agnès Bos-Masseron le 7-8-21

Redonnez à l'humanité sa puissance en rayonnant la vôtre.

Être ainsi soleil de tendresse rayonnant l'infinie puissance du simple et du sacré, s'offrant pleinement. C'est cela la fraternité, n'est-ce pas et c'est cela l'humanité.

A l'heure où tant croient encore dans le pouvoir des luttes, être ce soleil de tendresse. Car dans la vision sur l'infini bonheur d'être simplement et de s'offrir pleinement, s'offrir pleinement à la vie est s'offrir au bonheur.

Choisir de ne plus alimenter les histoires ou les drames en y croyant. Choisir d'être simple soleil de tendresse offrant la puissance de ceux qui choisissent d'être créateur de la réalité…

Ne vous souciez pas pour l'humanité, redonnez-lui sa puissance en rayonnant la vôtre. Redonnez-lui sa pureté en incarnant la vôtre. Redonnez-lui sa joie en dansant la vôtre.

Ne plus croire dans ces faux magiciens qui inventent les drames. Maintenant il n'est que cela, être soleil de tendresse, offrant la puissance d'être simplement à travers son unicité et redécouvrant le "tout est possible"...

Reposez au cœur de l'unité. Osez être la voix qui rappelle l'au-delà des histoires, l'infinie tendresse, le vrai visage de l'humanité. Osez.

 

Message de l'Être reçu par Agnès Bos-Masseron le 18-8-21

La Fraternité des Immortels. 

Vous le savez, si l’on veut parler en termes du temps linéaire, les périodes d’harmonie de l’humanité - ces périodes où les civilisations savaient mettre le sacré au cœur de chaque moment du quotidien, savaient honorer la beauté, la noblesse dans chaque détail de la vie courante - les périodes d’existence de ces civilisation sont en effet beaucoup plus longues que les périodes des civilisations de rupture d’harmonie. Pourtant dans l’histoire de l’humanité, seule la période de rupture d’harmonie semble prévaloir.

Il est vrai, dans les cycles des temps, cette alternance de jeux entre l’ombre et la lumière jusqu’à ce que l’humanité se souvienne du point de juste milieu.

Longtemps, des civilisations ont imprimé l’harmonie au cœur de la Terre et de l’univers. Pour ces civilisations-là, le temps est éternel, il n’est que maintenant, et ces civilisations existent éternellement. Leur mémoire est imprimée dans la structure de la matière.

Il est une civilisation répondant au nom de la Fraternité des Immortels, ayant retrouvé l’évidence que la matière est lumière et ramené le corps à cette évidence, ayant transcendé la croyance dans le temps linéaire pour que seul soit le temps simultané, le moment de maintenant. Des civilisations dont les êtres savent nourrir leur corps du nectar de l’amour et placer la structure de leur corps dans la trame de l’unité du cosmos. Les corps alors se savent d’éternelle lumière. Cela est la trame d’éternité des êtres humains et cela est imprimé dans la structure de tous les corps physiques et vécu concrètement par tous les êtres.

Maintenant, superposé à cette réalité, en est une autre, celle régie par le temps linéaire. Et dans cette réalité superposée, les à-coups, ce que l’on nomme les ruptures d’harmonie. Et les civilisations d’harmonie dans le cadre du temps linéaire se trouvent chassées. C’est ainsi que la Fraternité des Immortels, dans cette civilisation que l’on nommait l’Atlantide, s’est déplacée vers les hauts plateaux des Himalayas. Certains ont su garder la mémoire de l’immortalité. De là, apparaissent ces frères tel que Babaji ou les sages décrits dans cette tradition devenue la Tradition Védique.

La Fraternité des Immortels déplacée dans les sommets les plus élevés de l’Himalaya puis dans d’autres points du globe et préservant l’union entre la civilisation régie par la troisième dimension et la civilisation régie dans l’au-delà du temps, dans le temps simultané dans ces dimensions de lumière. C’est ainsi qu’est perpétuée la mémoire de l’immortalité. C’est pour cela que dans la tradition védique les textes proclament les êtres humains comme les fils de l’immortalité. Non des civilisations séparées, une même fraternité. Et la réalité éternelle du temps de maintenant et de cette ère de perfection qui ne connaît ni les limites, ni les imperfections, avec superposée cette alternance régie par la perte ou le retour de l’harmonie.

Garder l’attention rivée sur l’éternité et sur maintenant. Voir toutes les civilisations comme une même fraternité, les langues plus ou moins proches du langage de la nature, plus ou moins audibles par la nature, et à la source de toutes les langues, la langue du cœur, vibration du silence, celle qui n’a pas besoin des mots, qui est l’expression pure et que les mots traduisent.

Ainsi, dans ce qui paraît être la troisième dimension, se sont multipliés les traditions, les civilisations, les langues, les rituels, ayant comme source et origine la Fraternité des Immortels, la fraternité du vivant, cette fraternité qui inclut tous les règnes, tous les plans, tous les êtres.

Pour cette fraternité, l’existence est pur hommage au-à la Vénérable. Dans cette fraternité, l’union est totale. Cette fraternité ne connaît pas les fractionnements de fraternités mais l’unité de la fraternité du vivant.

Selon les lieux géographiques, les conditions climatiques, les traditions expriment l’unicité du lieu. Les civilisations expriment l’unicité de la relation de ce lieu avec le cosmos, avec les planètes. Ainsi se dessine la multiplicité des civilisations sur la base de l’unité.

Apprendre à renouer avec cette éternité de la fraternité du vivant. Ne plus se voir encapsulé ou encadré dans le cadre d’une culture, d’un temps et d’un espace. Se voir depuis l’infini du cœur qui transcende tous les espaces. Retrouver son assise dans cette fraternité qui inclut tous les êtres et qui est mue par le même souffle, celui de l’amour, de la dévotion.

Comprendre le cosmique de l’être humain. Il ne s’agit pas d’individus plantés dans quelques points du temps ou de l’espace mais de l’Être suprême manifesté de façon unique dans des milliards d’expressions et gardant sa nature unique.

Au cours du temps qui passe, garder le regard rivé sur l’éternel. Ainsi déjouer le mirage du temps qui passe pour retrouver l’assise dans maintenant. Maintenant, l’offrande de dévotion. Dans cette assise dans maintenant, se trouve la clef de l’éternelle jeunesse.

Contempler la réalité de l’être humain dans sa divinité. Cette contemplation est don pour l’humanité.

 

Message de St Germain reçu par Agnès Bos-Masseron le 7-8-21

N'en doutez pas, l'heure est à la fin du contrôle.

Unique en effet cette époque. Une belle opportunité de s'ancrer toujours plus dans la création de sa propre réalité.

Le plus important, quelles que soient les circonstances de vos quotidiens, est de ne pas se positionner en celui ou celle qui doit subir. Ne pas subir, créer.

Vous allez dire "les lois sont imposées, les contraintes semblent grandir". Belle invitation à faire grandir votre espace de liberté intérieure.

Ne grossissez pas la pesanteur du contexte actuel en lui donnant de l'importance.

Il est vrai, il est inopportun et préjudiciable pour le bien-être de la société que des substances nocives non testées soient injectées, même à des enfants. Il est dommage que les êtres qui prennent les décisions ne sachent pas avoir la vision juste.

L'opportunité pourrait être pour l'humanité de prendre cette situation sanitaire pour reconsidérer sa relation à la santé, à son corps, à sa vie. Pourquoi certains résistent-ils à tout virus ? Pourquoi d'autres sont-ils si affaiblis ? Qu'est-ce que la santé ? Quel est le rôle de chaque être humain vis-à-vis de son corps ? Comment accroître sa vitalité, sa résistance ?

Tel devrait être le thème envisagé par les leaders de la société. D'autres intérêts, d'autres limites, d'autres étroitesses. Elles ne vous appartiennent pas.

L'attitude et l'invitation est de rester pleinement ancré dans son propre bonheur, d'avoir la clarté de son propre choix et de savoir que rien ne peut influencer ce choix. Vous ne pouvez projeter la situation dans une vision globale, vous ne pouvez que vous positionner, vous, maintenant, face à une situation présente qui toujours évolue, et jouer avec cette situation comme à un jeu.

Le don est que nul ne peut tergiverser. On doit maintenant se positionner. Et le positionnement n'est pas contre ou pour les vaccins ou pour la liberté, le positionnement est pour la vie humaine. Qu'est-ce que je choisis, moi, de rayonner, de promouvoir ?

Il est vrai, d'un côté l'atmosphère est plus pesante. Le don est que cela invite à plus de vigilance. Soyez très à l'écoute de vos corps. Intensifiez le dynamisme. Ne vous laissez pas enfermer par un poids, ne vous laissez pas appesantir, ne vous laissez pas endormir, ne vous laissez pas manipuler. Restez la flamme de vie. Dynamisez vos corps.

Mettez le poids de l'attention sur ce qu'est votre passion de vie. Ne vous laissez pas entraîner dans ce tourbillon qui au départ aime à créer une énergie de souci ou de peur. Que l'on ait peur d'une maladie ou que l'on ait peur des contraintes, le résultat est toujours que l'humanité est entraînée dans la peur, et la peur enchaîne. Gardez les choix clairs. Traversez les inconvénients, sachant en retirer un bienfait pour vous.

La plus belle façon de contribuer à ce que l'humanité retrouve un équilibre est d'incarner cet équilibre. Le plus important maintenant est de ne plus jouer le jeu des drames, quels que soient les drames, de garder l'esprit clair, le cœur joyeux, l'énergie vitale, et de garder votre axe, votre passion.

Il faut avoir la vision juste, bien au-delà de la crise sanitaire, la crise est celle du contrôle. Certains essaient de faire jouer la peur pour réussir à contrôler. Et simultanément, l'heure est à la fin de ce contrôle. Cela est clair et n'en doutez pas. Alors traversez, jouez autant que vous le pouvez. Sachez prendre les inconvénients comme des bienfaits.

Utilisez surtout la suprême clarté qui permet de trouver les solutions à chaque moment de maintenant, devant chaque situation, sans vous enfermer dans une croyance que vous devez subir. Non. L'être libre choisit de ne jamais subir mais de créer.

Il est vrai, les circonstances passagères… Pourtant n'en doutez pas, l'heure est à la fin du contrôle. Soyez ces lumières qui rayonnent la clarté, la plénitude. Utilisez cette opportunité pour entrer en relation différemment avec vos corps, une relation dynamique, intelligente. Apprenez à comprendre comment le corps peut grandir en vitalité, sans résistance. Soyez les témoins de la détente, de la grande vision de l'être qui se sait créateur et qui choisit de ne jamais subir.

N'oubliez pas, chaque jour, bénissez. Quel que soit ce qui vous est présenté, apprenez à trouver le regard qui bénit. Il y a toujours quelque chose à bénir. Et si le regard est rivé sur le fait de bénir, la bénédiction grandit et les circonstances changent. Si le regard est rivé sur quelque histoire enfermante ou même dramatique, ce qui grandit est le drame et l'enfermement. La loi reste éternelle, l'attention donne vie.

Vous avez plus de clarté, faites usage de la clarté pour créer des solutions innovantes. Connectez-vous encore et toujours. Connectez-vous à vous-mêmes. Connectez-vous à la Terre, aux étoiles. N'oubliez pas, l'espace n'existe pas. L'attention donne vie et tout est en interrelation avec tout. Ne doutez pas, l'heure est à la fin du contrôle.

Message reçu par Agnès Bos-Masseron le 11-6-21

L'invitation n'est jamais dans l'abstrait.

…Il est réel, la Terre s'ouvre, du moins pour ceux et celles qui choisissent d'être ouverture. On pourrait dire des terres superposées, et simultanément le nouveau monde créé, reconnu, de nouveaux paradigmes, de nouvelles relations, une nouvelle éthique. L'éthique est fondamentale au sein de l'ouverture. Vous avez reçu l'invitation de quitter irrémédiablement tout mode de critique, tout jugement. Être bienveillance car cela est la vibration qui est en équation avec l'ouverture. La vibration. Ce monde nouveau reconnaît que tout est vibration et que tout est interaction.

L'ouverture est à tous les plans et ne peut que s'accompagner de changement radical de mode de fonctionnement, de point de vue, de regard. Ne pas attendre.

…Partager car le divin est partage et que la vibration du partage est celle de l'ouverture, que la vibration du partage est le registre juste à partir duquel peut être créée la création.

L'invitation n'est jamais dans l'abstrait car l'abstrait n'est pas. L'ouverture se doit d'être signée par l'incarnation. C'est la vibration animée et nourrie qui opère la transmutation corporelle.

Lorsque celui qui a cheminé sur la route des hommes, il y a deux mille ans peut-être, a amené son regard et l'expression de son regard, il aurait fallu comprendre qu'il ne parlait que de vibration, non de morale ou de dogme.

Le divin est partage et rencontre. Non le divin qui viendrait rencontrer quelque non-divin. Cela est aberration, le divin est le tout. Le divin dans sa nature est partage et rencontre. Ramener son incarnation au registre de dévotion, non un sentiment. L'incarnation magnifie le sentiment à travers le concret.

L'on ne peut créer des séparations entre les sphères d'application et de déploiement de la vie. L'esprit, la lumière et la matière ; l'individu, la société, l'univers. Tout cela n'est qu'un. La vision vaste est celle qui comprend l'angle unissant toutes les sphères et ramenant la vie à l'état de grâce. Cela se traduit par la transmutation corporelle.

L'ouverture implique actualiser les dons.

Message de l'Être reçu par Agnès Bos-Masseron le 27-2-21

L’humanité éveillée.

Voyez la beauté de l’humanité éveillée. On ne peut juxtaposer l’éveil et l’indolence. L’éveil ouvre à la simplicité totale. De la simplicité totale, jaillissent les flots de l’amour. L’humanité éveillée incarne un autre visage de l’amour jusqu’alors inconnu.

La Douce Mère et Sri Aurobindo le montrent et le répètent, on ne peut juxtaposer l’état éveillé et l’indolence. On ne peut que brûler l’indolence par la passion de l’éveil. Brûler signifie couper les liens. Couper les liens signifie choisir de nourrir l’état éveillé par la passion de l’attention.

On ne peut juxtaposer l’état éveillé et la torpeur corporelle. L’état éveillé embrase les cellules, les dynamise et rétablit des flots jusqu’alors inconnus qui amènent cette autre valeur du corps. La dévotion est la source de l’embrasement.

Toutes les structures alors s’ouvrent à un autre fonctionnement. Ce que l’on nomme le mental disparaît pour que jaillisse la clarté de cet intellect le plus fin qui reflète le cœur. Les émotions disparaissent pour que jaillisse ce sentiment le plus fin, celui des expressions de dévotion qui façonnent le corps des sentiments. L’ego se fond pour que jaillisse l’union qu’est la dévotion, car la dévotion n’a son sens que dans le cœur de l’union.

De là, apparaît un autre corps, une autre structure. Le son retrouve la fréquence de l’amour.

Il est un corps dont le son est soma. Le soma est cette substance générée par l'intensité de dévotion. Les battements du cœur alors sont battements du cœur cosmique.

Voyez, du cœur de l’union naît la dévotion. La dévotion ne connaît que l’union. La Douce Mère aime à le redire, on ne peut juxtaposer l’état éveillé et l’indolence. Se réveiller par dévotion.

Message de l'Être reçu par Agnès Bos-Masseron le 26-2-21

L'hygiène égotique

L'hygiène égotique est le don de l'amour à toute impulsion égotique, pour que toute impulsion égotique se reconnaisse dans son visage d'amour. L'hygiène égotique est le choix d'offrir à la transparence tout reste d'attachement à des mécanismes égotiques.

L'hygiène égotique a sa base dans la clarté qui ouvre à la vigilance qui ouvre au choix passionné et intransigeant d'offrir son attention exclusivement à la voix du cœur, amenant avec toujours plus de clarté et de conscience ces zones cachées ou qui se cachent, ces angles morts de l'ego qui toujours tente de récupérer quelques bribes, cristallisant ainsi le corps des émotions, la structure mentale.

L'hygiène égotique a sa base dans le souffle de l'amour, le souffle d'ananda. En permanence éternellement, offrir le souffle d'ananda à chaque aspect de l'individualisation. Le souffle reste la porte et le pilier. A cet art du souffle infiniment offert, s'unissent les dons de lumière.

 

Message de l'Être reçu par Agnès Bos-Masseron le 26-2-21

Les planètes s’inclinent devant la simple grandeur de l’être humain divin.

Peut-on dire que la Terre s’ouvre ? Cette ouverture n’appartient ni au temps linéaire ni à l’espace, pourtant elle s’inscrit dans le temps linéaire. L’ouverture, vous le savez, invite à être rencontrée. Ne pas attendre, oser. L’ouverture ne se rencontre pas avec quelque volonté de l’ego, quelque élan du corps d’émotion, l’ouverture se rencontre avec la dévotion…

Ce qui, même il y a peu de temps, ne semblait pas envisageable devient réalité concrète. L’espace se fluidifie et le temps s’arrête.

La fraternité se rencontre sans qu’il n’y ait besoin de voyage ou d’identifier les plans ou les dimensions. Le seul plan, la seule dimension, le cœur. Non ce cœur qui est à la frontière du corps des émotions et qui est voilé par ces émotions. Non le cœur qui est à la frontière de la structure égotique et que l’ego aime à contrôler, même de façon si subtile, si insidieuse. Le cœur qui est le tout, le cœur qui est la vie, le cœur qui est le chant, le cœur qui est le temple. C’est là que la fraternité se rencontre.

Il devient très réel de partout à la surface de la Terre, des êtres éclairés et éclaireurs convergent dans la même attention, la même écoute, la même intention, embraser la Terre. L’humanité pourrait ne pas croire dans toutes ces fausses histoires qui n’ont d’autre objet que de la manipuler. L’humanité pourrait écouter les pas de ces êtres éclairés et éclaireurs qui ensemble convergent dans la même intention, embraser la Terre. Cet embrasement est jaillissement de joie. Les yeux peut-être ne savent pas la voir. Le cœur sait reconnaître le jaillissement du feu.

L’humanité pourrait entendre et percevoir les pas et les voix de ces êtres éclairés et éclaireurs qui convergent dans la même intention. Ils montrent la voie d’une éthique nouvelle, d’une transparence nouvelle, d’une simplicité absolue.

Ne jamais louvoyer, offrir. Penser, parler, agir à l’image de cette éthique. Seule est nourrie la voie du cœur. Le regard choisit de ne voir que le beau et le bon car tout est le beau et le bon, même au milieu des masques ou des déguisements.

L’heure est venue, les planètes s’inclinent devant la simple grandeur de l’être humain divin. Il est tous ces êtres, éclairés et éclaireurs, qui montrent la voie de l’éthique absolue. Comprenez-le, cette voie de l’éthique absolue est le prérequis pour que la Terre se dépollue. Cette voie de l’éthique absolue est le prérequis pour que s’embrase la Terre et qu’en sous-produit de cet embrasement, elle se retrouve planète lumière resplendissante.

133784003_3587578554696392_1231750412248

Vous pouvez reproduire et diffuser ces messages à condition qu'ils soient dans leur version intégrale, en format texte sans modification (pas de vidéo au son enregistré par un robot), que vous indiquiez le nom de l'auteur, Agnès Bos-Masseron, et le site anandamath.org.

carte3.jpg

Messages antérieurs

 

 

L'Être le 22-10-21

Si l'attention est enlevée des apparences, elles s'effondrent. 

L'Être le 10-10-21

La joie est le plus puissant des aimants. 

L'Être le 10-10-21

Il n'est aucun péril.

L'Être le 9-10-21

Alors que certains croyaient que viendrait le train des anges…

 

St Germain le 26-9-21

Marcher au diapason de la Fraternité. 

St Germain le 18-8-21

Être bâtisseur de lumière.

L'Être le 18-8-21

La Fraternité des Immortels. 

L'Être le 16-8-21

La réalisation de ses limites est preuve de transparence. 

 

L'Être le 16-8-21

Maintenant s'opère un recodage dans la structure de l'être humain. 

L'Être le 7-8-21

Redonnez à l'humanité sa puissance en rayonnant la vôtre.

St Germain le 7-8-21

L'heure est à la fin du contrôle. 

Sanat Kumara le 3-8-21

Le corps est la précipitation des pensées, des croyances.

Kuthumi le 12-6-21

Donner ou non l'information sur l'effet des vaccins.?

 

L'Être le 11-6-21

L'invitation n'est jamais dans l'abstrait.

L'Être le 24-4-21

Dénoncer les apparences négatives, c'est souiller sa perception.

 

Maharishi le 25-3-21

N'essayez pas de vous adapter à l'inadaptable. 

L'Être le 27-2-21

L'humanité éveillée.

L'Être le 27-2-21

Honorer l'unicité et non la personnalité.

L'Être le 26-2-21

L'hygiène égotique

L'Être le 26-2-21

Les planètes s'inclinent devant la simple grandeur de l'être humain divin.

L'Ami le 30-1-21

Clef pour sortir de la chaîne action-réaction.

El Morya le 30-1-21

La fonction des artistes est d'ouvrir les portes des mondes subtils.

Maharishi le 29-1-21

La vie est félicité.

L'Être le 29-12-20

Vous ne vous désolidarisez pas, vous servez l'humanité.

 

St Germain le 29-12-20

Information, déformation et désinformation.

L'Être le 28-11-20

Ne plus se battre, affirmer. 

L'Être le 13-12-20

Puisse le grand boomerang entrer en action maintenant. 

L'Être le 29-11-20

Comment distinguer le mental de l'intellect ?

L'Être le 29-11-20

Pourquoi l'enseignement est-il souvent répété ? 

L'Être le 29-11-20

Comment bénir l'eau ?

L'Être le 29-11-20

Comment concilier désidentification du corps et ancrage ?

Nikola Tesla le 29-11-20

Comment se protéger des ondes électromagnétiques nocives ?

Frère Lantos le 22-11-20

Réseau internet ou réseau cosmique.

L'Être le 15-11-20

Laisser les voix de ceux qui se croient contrôleurs s'épuiser d'elles-mêmes.

 

Un cercle des enfants de Vénus le 25-10-20

parle aux enfants de la Terre.

 

L'Être le 23-10-20

Dans la dernière bataille, la puissance s'oppose au pouvoir.

L'Être le 10-10-20

Choisissez la vision la plus vaste.

L'Être le 10-10-20

La richesse des autre plans ne s'imprime pas avec des codes tridimensionnels. 

L'Être le 9-10-20

Ne plus se croire petite personne manipulée

L'Être le 9-10-20

L'ultime service n'est pas de résoudre des problèmes.

L'Être le 13-9-20

L'être humain crée l'influence qu'ont les planètes. 

St Germain le 11-9-20

Le Fauteuil est porte et la porte s'ouvre.

 

Christ'Al Chaya le 13-6-20

Chaque être choisissant d'exclure toute critique sert l'éternelle victoire.

St Germain le 13-6-20

L'émerveillement amène le corps à l'état juvénile.

St Germain le 12-6-20

L'ego voudrait mesurer les progrès...

L'Ami le 12-6-20

Chaque être passe d'une ligne de temps à l'autre.

 

L'Ami le 5-5-20

Le collectif de lumière l'a emporté.

L'Ami le 28-4-20

Garder la vision d'un gouvernement d'harmonie.

St Germain le 25-4-20

Le corps normal de l’être humain ne connaît aucune limite.

Sanat Kumara le 24-4-20

Il est un plan de vie où chaque être joue le registre de la perfection.

Marie le 24-4-20

Toi qui es l'Être, que choisis-tu ?

St Germain le 24-4-20

Louer l'abondance et non le manque.

L'Ami le 10-4-20

La pleine humanité de chaque être humain est sa divinité.

Douce Mère le 3-4-20

Traversez les mondes célestes, ils sont l'antichambre.

L'Ami le 31-3-20

La seule prière est de garder la vision d'harmonie.

L'Ami le 27-3-20

La Fraternité du Vivant embrase la terre.

L'Ami le 24-3-20

L'illusion est poussée à son paroxysme.

St Germain le 29-3-20

Soyez l'acteur du triomphe.

St Germain le 22-3-20

Dites à l'humanité à quel point elle est entourée.

L'Ami le 19-3-20

Chaque situation est ferment.

L'Ami le 22-2-20

Les chaînes sont brisées.

 

L'Ami le 22-2-20

Laisse la croyance que tu es enfermé dans la petitesse.

 

Sanat Kumara le 11-2-20

Passer de l’illusion du temps linéaire au temps simultané.

St Germain le 11-10-19

Similitude entre corps et structure de la création.

Célébration de Lumière le 1-6-19

L'Ami le 26-4-19

S'aimer les uns les autres comme je vous aime.

L'Ami le 26-4-19

Différence entre dévotion et soumission

L'Ami le 7-4-19

Cessez les voies de dysharmonie.

L'Ami le 6-4-19

Les ancêtres sont affectés par les choix de maintenant. 

L'Ami le 5-4-19

L'on ne peut espérer percevoir la terre d'harmonie si l'on ne la crée pas. 

St Germain le 5-4-19

Les deux terres s'écartent.

 

St Germain le 23-3-19

Un des chakras de la terre rayonne au cœur de Paris.

L'Ami le 27-1-19

Au dernier cycle de l'oscillation de la balance, profonde est cette oscillation.

 

Collectif des élémentaux le 26-1-19

Appel au peuple humain.

 

L'Ami le 25-1-19

Le boomerang maintenant est trop grand.

Christ'Al Chaya le 28-12-18

Le plus vital n'est pas de dénoncer..

St Germain le 16-12-18

La même voix de l'esclavage ?

 

Sanat Kumara le 17-11-18

Il est vital d'accroître le dynamisme.

 

Sanat Kumara le 16-11-18

Le grand saut.

Sanat Kumara le 16-11-18

Les 4 grandes illusions

Sanat Kumara le 16-11-18

Rencontrer sa structure corporelle dans sa perfection.

Babaji le 2-11-18

Aimer le collectif, c'est l'aider à se réveiller.

St Germain le 6-10-18

Une clef puissante de transmutation cellulaire..

 

St Germain le 5-10-18

Le regard fluidifie la matière.

 

L'Ami le 5-10-18

L'ouverture ramène à la neutralité..

 

Sanat Kumara le 18-8-18

La résidence des Maîtres.

 

St Germain le 17-8-18

Déposer l'addiction aux ressentis.

 

L'Ami le 17-8-18

Nous offrons bien plus qu'un ressenti joyeux.

 

St Germain le 13-8-18

Certains points se font temple et réceptacle.

 

St Germain le 13-8-18

L'attention est le don de l'amour.

L'Ami le 6-5-18

L'attachement aux émotions positives.

L'Ami le 15-4-18

Qu'est-ce que la négativité ? D'où vient-elle ?

 

L'Ami le 15-4-18

Comment peut-on envoyer de l'amour à ceux qui gouvernent...

 

L'Ami le 15-4-18

Retirer leur puissance aux guerriers de l'ombre n'est pas se battre contre eux.

 

L'Ami le 15-4-18

Qu'est-ce que la justice divine ?

 

L'Ami le 14-4-18

Marche à mes côtés et sois parfait.

L'Ami le 13-4-18

L'individualisation, feu de dévotion.

 

L'Ami le 24-2-18

Croire savoir est la plus grande des prisons.

 

Sanat Kumara le 23-2-18

La structure corporelle est reliée à tous les points de l'espace.

Messages antérieurs