top of page

  Messages de la dimension de Lumière  

encart 1.jpg
encart3.png

 

Message de l''Être reçu par Agnès Bos-Masseron 

Enfin les traditions s’unissent. 

Se reconnaître soi-même dans sa divinité. Non pas l’ego qui accapare mais le cœur qui s’incline et reconnaît que puisque seul est le Divin, il faut bien que cet être que Je Suis ait l’humilité de lui rendre toute la place et de se reconnaître comme étant le Divin.

Se reconnaître comme étant le Divin, n’est pas un fait du mental, c’est un fait du cœur. C’est un fait de l’intellect le plus fin. C’est un fait des sentiments. Car s’offrir au Divin dans cette reconnaissance, est la plus belle des offrandes et la plus grande exaltation.

C’est aussi un fait du corps car le corps qui se reconnaît comme étant le Divin - notez bien, le corps qui se reconnaît comme étant le Divin, la reconnaissance dans le cœur des cellules, non pas le mental qui reconnaîtrait le corps comme étant le Divin mais du cœur des cellules - ce regard de la conscience qui reconnaît que la matière est conscience, que la matière est lumière, cela est la plus belle exaltation, la plénitude de l’incarnation.

En Cela, se fondent le temps et l’espace pour être maintenant cet émerveillement et maintenant projeter la création à l’image de Cela. C’est ainsi qu’est crée la Terre d’harmonie.

Les sages de tous les temps l’ont pressenti. L’heure est venue. L’heure est venue, les traditions s’unissent. Enfin, les traditions s’unissent. Et comprenez-le bien, comprenez la multidimensionnalité. Il est bien un plan, n’est-ce pas, où en apparence les traditions se déchirent. Le choix de l’être éclairé est de retirer toute son attention de cela pour créer cette réalité de la phase la plus vaste de la multidimensionnalité. Maintenant les traditions s’unissent pour créer l’émergence de l’être humain nouveau, de l’être humain divin.

La beauté est d’intensifier à un tel degré la relation de la conscience avec elle-même par l’attention.

Cette réalité que la matière est conscience, jaillit du cœur de la matière. Ce ne peut être un regard extérieur, celui du mental qui reconnaîtrait que seule est la conscience. Ce ne peut qu’être le regard de la conscience qui se reconnaît et réunifie. Alors la vie est établie à la source de toutes les traditions. Et la création unifiée émerge, la création d’harmonie. C’est ainsi que s’opère la transmutation cellulaire. Et c’est de par la transmutation cellulaire que le corps resplendit, corps de lumière, corps d’éternelle jeunesse.

Tout alors est perçu comme étant lumière. L’on ne peut voir que la beauté. Et ce qui est magnifique est qu’à contempler la beauté, on crée la beauté. C’est ainsi qu’un cercle de sages pourrait arrêter les guerres si tous choisissaient de contempler la beauté avec dévotion, ferveur et passion.

Voyez la beauté, la clef ultime est le regard et l’attention. Chérir la vision de l’être humain divin et offrir à cela toute son attention. L’humanité nouvelle, un autre paradigme. L’on ne peut le concevoir avec le mental car il ne s’agit pas d’un monde mental amélioré mais d’un monde lumière. Porter la vision est donner toute l’attention dans la plénitude du cœur.

Elle est bien réelle la fenêtre des possibles. Encore faut-il en faire le choix clair et conscient. Guérir la matière, lui redonnant sa nature de conscience en conscience depuis l’intérieur d’elle.

Les sages l’ont pressenti, en ont porté la vision, ont semé les graines. L’heure est venue pour que les graines s’épanouissent pleinement et que jaillisse la réalité, seule est la lumière. Tous les mondes alors s’unissent. Contempler cela. Contempler, c’est le créer. Et le créer implique faire des choix conscients de réinventer la vie, non selon des critères périmés un peu améliorés, mais selon l’éternel nouveau inhérent à la nature de la conscience. Il est exaltant de faire ce choix et de l’actualiser.

 

Message de l''Être reçu par Agnès Bos-Masseron

Intensifier la présence n’a rien d’austère, c’est un don de joie. 

Depuis la pleine présence, porter la vision de la civilisation d’harmonie… Il est beau que lorsqu’un être porte une vision pour sa propre individualisation, simultanément, il porte la vision pour le tout, porte la vision au nom de l’humanité, de la Terre-lumière, de la Terre de paix, de la Terre hommage à l’Être divin.

Rassembler l’énergie, comprenez-le bien, est une attention permanente. L’on ne peut croire que l’énergie est rassemblée et porter son attention ailleurs. Inhérente à l’attention offerte au souffle est l’attention offerte à rassembler l’énergie. Inhérente à l’attention offerte au souffle est l’attention offerte à intensifier l’intense, intensifier la présence. Et cela est don de joie. Il n’y a rien d’austère. Cela est don de joie.

La voie sacrée répond à une exigence intérieure qui émerge de la plénitude. La voie sacrée s’accompagne d’un mode de vie simple et sain, sans aucun compromis pour les intentions émergeant de la plénitude du cœur, en respect absolu pour le corps, la nature. Le corps se doit d’être vivifié. Le corps se doit d’être nourri d’aliments simples, sains et vivants, et dynamisé, vivifié. Vivifier le corps permet de vivifier la structure mentale qui peut se suspendre, laissant place à l’intellect le plus fin, baignant dans la douce clarté.

L’énergie rassemblée, tout est ouvert. L’attention tout offerte à actualiser l’union, le regard est alors fondu dans celui de la fraternité qui contemple éternellement le visage du Sans-visage. Alors s’ouvre une autre humanité : l’humain divin. Et cela ne peut qu’avoir une caractéristique propre au niveau de la vibration, au niveau de la structure corporelle. L’humain divin. Son sang est or. Son sang est dévotion, non la dévotion d’une personne offerte à l’Être Suprême, la dévotion inhérente à la nature de l’Être Suprême puisque l’humain divin a tout offert à cette reconnaissance que seul est le Tout.

Le corps est lumière. Actualiser cela passe par un changement radical de relation avec le corps. La matière ne peut plus être considérée comme inerte, elle est lumière. Le corps est alors le temple et à travers la relation d’infini respect, d’amour infini offert au sein de la structure corporelle, la création tout entière est honorée. Tout se doit d’être considéré par le regard du cœur et dans celui de cet autodépassement inhérent à la nature de l’Être.

Sortant des automatismes, l’être choisit en conscience ce qui est juste et bon. Sortant des automatismes, se réalise une autre relation avec le corps physique, avec les corps. L’attention est offerte tout autant à l’infini dynamisme, au profond repos, en harmonie avec le rythme des jours et des saisons, en harmonie avec les cycles du soleil, ceux de la lune, en harmonie avec le chant de la Terre.

Le corps se trouve nourri dans la simplicité du repos profond. Il se trouve nourri dans le déploiement de l’infini dynamisme, bien au-delà des critères normaux. Et la norme du dynamisme corporel, bien au-delà des critères normaux, est la norme de la relation avec le corps. Et parce que l’univers tout entier pulse dans le corps, à travers la relation avec le corps, une autre relation avec le corps, avec tous les points du cosmos, une relation de respect, d’écoute et d’échange vivant, la conscience que Je Suis entre en relation avec la conscience que sont les planètes, tous les points du cosmos, toutes les fraternités, au sein de la structure corporelle.

Toujours intensifier la présence simplement. Tout le reste est sous-produit de la pleine présence. Jamais on ne peut croire que la présence est un acquis, car la présence est infinie. On ne peut que tendre vers l’infini. Ainsi simplement sont ouverts les mondes, les règnes. Dans la voix du cœur, résonnent toutes les voix. L’attention reste offerte à la source de toutes les voix, à la source et à l’aboutissement de tous les enseignements, la simplicité absolue, la grandeur absolue, l’humain divin.

Le corps est rayonnement d’or. De l’union des rayons, les cellules dansent. Le sang est lumière et or. La structure s’étire et la matière des organes, des cellules, de tous les aspects du corps dans sa structure, tout s’offre à l’évidence que seule est la lumière. Alors entre la vie dans le domaine du « tout est possible », car tout est possible.

La base de tout cela est l’intensité de l’amour, l’évidence que seul est l’amour, et que l’amour n’est pas une émotion conditionnée, que l’amour est la vie et le regard que le Divin s’offre à lui-même. L’amour est ce qui est. L’intensité de l’amour, du cœur de la source, est le plus bel agent de transfiguration de la structure physique. Puissent les humains se souvenir de la multidimensionnalité. L’on ne devient jamais, l’on actualise l’une des facettes du prisme par la puissance de son attention.

Maintenant la porte est ouverte. La porte est ouverte parce que maintenant un cercle d’êtres fait le choix de l’ouvrir. Car l’ouverture ne peut venir de l’extérieur, ni pour l’être individuel, ni pour le collectif de l’humanité. Il était vain d’attendre que le train des Anges vienne porter l’humanité sur un autre plan, une autre dimension. Les dimensions se juxtaposent dans le point de maintenant. Et c’est à chacun de faire le choix conscient d’actualiser l’ouverture. Le choix conscient.

Faire le choix conscient de ramener la norme au sein de la relation avec la structure physique. Et la norme est bien loin de ce qui semble la norme pour l’humanité endormie. L’humanité endormie prend des normes endormies, l’humanité éveillée prend pour norme le jaillissement de vitalité. C’est cet autodépassement qui mène chaque être vers la pleine réalisation de sa perfection, même si maintenant la perfection est déjà réalisée. Les deux simultanément. Tel est le jeu de l’incarnation.

Naturellement, de par l’intensification de la présence, s’établit cet autre mode physiologique, d’autres lois, d’autres relations entre le corps physique et les corps subtils, entre le corps physique et les points du cosmos, une autre intensité de rayonnement, une autre structure cellulaire. Le corps est lumière. La base pour cela est d’intensifier la présence avec passion et joie.

Message de l''Être reçu par Agnès Bos-Masseron le 28-4-24. 

L’humain divin. 

L’humain divin. Un cercle dit oui à incarner cela. Au cœur de la société, partageant la joie du même soleil qui se lève, du même soleil qui se couche, au cœur de la société, dire oui à la grande alchimie pour que resplendisse le divin humain. Un tel cercle est le levain de la Terre. Un tel cercle, par son simple rayonnement, est la puissance de transmutation qui entraîne toute l’humanité.

Bien sûr, reste le libre arbitre. Bien sûr chacun crée une création à l’image de sa réalité. Et en même temps, la grâce de dire oui à retrouver l’évidence de l’humain divin. La grâce pour soi, la grâce pour chacun, chaque être, chaque parcelle de création, même ceux qui, par le libre arbitre, feraient le choix de créer des créations qui de toute évidence seront le reflet de leur choix et de leur réalité.

Il est vrai, chacun crée la création à l’image de sa réalité. Il est vrai aussi que toutes les créations sont imbriquées les unes dans les autres comme ces poupées russes. La beauté du don de lumière que chaque être qui choisit d’incarner l’humain divin, fait à toutes les formes d’humanité, à tous les niveaux d’humanité.

L’attention principale est d’intensifier la présence. L’œuvre principale pour créer, manifester dans tous les niveaux de la Terre, la Terre de gloire, dans tous les niveaux de l’humanité, l’humain divin, est d’intensifier la présence. Le plus beau don à offrir à l’Être Suprême est d’intensifier la présence. La plus belle expression de dévotion est d’intensifier la présence.

Intensifier la présence et honorer la douce clarté qui permet d’offrir à l’ego le plus fin, la pleine présence qui dissout éternellement, établit l’ego dans sa gloire, la pure transparence, le feu de dévotion qui est l’unicité de l’Être et c’est tout, parce que tout est le tout.

Être l’amour qui bénit. En cela, nous nous rencontrons.

Message de l''Être reçu par Agnès Bos-Masseron le 4-5-24. 

Juger ou critiquer c'est entrer dans la création d'un autre. 

Oser être la flamme unique qui crée sa réalité par son positionnement. Et qu'est-ce que le positionnement ? C'est l'incarnation de la réalité correspondant à la vibration inhérente à sa structure, à sa nature, à son unicité. Se positionner, c'est oser être à l'écoute et en harmonie avec la vision la plus vaste de son individualisation et incarner cela. Ainsi je créé une réalité à l'image de cette vibration, à l'image de ce point de vue qui est le point de vue à partir duquel je crée la réalité. Car chaque être crée sa réalité. Se positionner est embrasser pleinement ce point de vue et s'embraser de la vibration de ce point de vue. Et oser.

Il se doit d'être établi que, pour être authentique à ce positionnement, à cette vibration, l'être que Je Suis ne peut en aucun cas laisser entrer la moindre trace de jugement, la moindre trace de critique.

La situation sur la Terre est telle que certains incluent dans leur positionnement ce qui, pour le positionnement de l'autre, paraît mensonge. Deux positionnements différents. Celui qui, aux yeux de l'autre, semble mentir, justifie ce mensonge par quelque point de vue qui lui appartient. Celui qui considère que l'autre ment, justifie son positionnement par un point de vue qui lui appartient. Deux vibrations différentes, deux mondes différents. Reconnaître que l'expression de l'autre n'entre pas dans la trame de ce qui semble vrai dans notre point de vue, et donc ne pas accepter cela dans la trame de sa création, est un fait. Cela est l'expression de la clarté intérieure. Si celui qui perçoit qu'une vibration n'est pas en adéquation avec la vibration de sa création, et s'il se permet de juger ou de critiquer, il entre totalement dans la vibration de l'autre et sort de la trame vibratoire correspondant à sa réalité.

Le nouveau monde, la civilisation d'harmonie, la Terre de gloire est Terre de rayonnement. Chacun par la clarté discerne ce qui vibratoirement correspond à sa vision et sert cela. C'est entre soi et soi-même parce que je crée ma création.

Il ne convient pas d'entrer dans la création d'un autre. Juger ou critiquer c'est entrer dans la création d'un autre. Pour créer et précipiter la réalité à l'image de la vision la plus vaste, je l'incarne. Je l'incarne en osant totalement l'incarner sans conflit, sans m'opposer même. Je sais que la puissance d'organisation de l'univers ne peut que servir cet élan infini de l'être qui sert sa réalité. L'expression de son point de vue n'est ni critique ni jugement. L'incarnation de son point de vue n'est ni critique ni jugement. La critique, le jugement, la condamnation, peu importe à qui cela s'adresse, peu importe dans quelle situation, génèrent une énergie qui dessert la vision. Créer la civilisation lumière, c'est retrouver l'exemple de ces civilisations d'harmonie qui jamais ne critiquent, qui incarnent et se dressent, flammes vivantes, et rayonnent. Et de ce rayonnement est projetée la précipitation de la vision… 

Quand tu vis une situation, ce que tu exprimes dans le moment présent ne peut être clairement que l'expression de ton point de vue et non d'une vérité, puisqu'il n'y a aucune vérité. Il n'y a que des points de vue. Il y a des milliards de créations, autant de créations que d'êtres créés qui précipitent leur création. Chaque création génère des lois qui appartiennent à cette création, des jeux de conséquences et d'effets qui appartiennent à cette création.

La création des autres, si je reste dans l'audace d'incarner ma création, ne me concerne pas, ne peut me toucher, ne peut s'appliquer à moi.

Message d'El Morya reçu par Agnès Bos-Masseron le 27-4-24. 

Comment retrouver de la valeur à mes propres yeux ? 

Retrouver ta pleine valeur à tes yeux n’a de sens que lorsque tu réalises que tu es le tout. Retrouver la pleine valeur de soi à ses propres yeux n’a de sens que dans le contexte de l’unité, offrant tout, valeur et manque de valeur, à la seule évidence que seul est Cela, offrant la valeur ou la non-valeur avec pleine sincérité, avec pleine honnêteté pour retrouver ce qui est vrai. Seul est Cela, le-la Vénérable, le tout, la vie, l’amour, le Un.

Retrouver cette évidence non mentalement mais comme sous-produit de cette pleine présence qui est l’intense et la caractéristique de l’incarnation. Comme si l’humanité qui ne vit pas l’intense ne connaît pas l’incarnation puisqu’elle est sous-incarnée.

Retrouver cette pleine présence amène inévitablement l’évidence que seul est Cela. Cette évidence que seul est le Un, le non-deux, la conscience, l’amour, le-la Vénérable, le tout, la vie, anime naturellement l’unicité de ton essence à offrir sa beauté inconditionnellement. Alors tu es l’être incarné, l’être de beauté.

Il est insignifiant et sans aucune importance que la petite personne ait de la valeur ou n’ait pas de valeur à ses propres yeux puisqu’elle n’existe pas. Elle n’est qu’un masque, une parodie, un déguisement.

La voie, la voie sacrée, est la pleine présence générant la condition sine qua non de la réalisation de l’éternité de l’union. Cela étant établi, naturellement l’unicité que tu es, offre avec délice et joie, l’unicité de sa beauté.

Message de l'Être reçu par Agnès Bos-Masseron le 27-4-24. 

Ouvrir les portes pour l'humanité. 

Encore et toujours la base, le fondement, le prérequis est d'intensifier la présence. Intensifier la présence avec une intensité telle que l'évidence est "I am Je Suis la pure conscience que Je Suis". Ce ne sont pas des mots, c'est une réalité.

Cette réalité porte en elle des signes concrets, le centre d'équilibre, le poids de l'énergie physiquement est le cœur. Ce n'est pas un sentiment, c'est une réalité physiologique. L'énergie rassemblée dans le centre du cœur est dense, comme un poids de lumière. L'aura est expansée, les cellules ouvertes, et surtout le mental est au repos. Les cellules, les canaux d'énergie sont traversés d'une jubilation gratuite. Le corps vibre d'un sens de régénération. Tous les ressentis, tous les signes s'intensifient. Rien n'est statique.

Et parce qu'ainsi "I am Je Suis la pure présence que Je Suis", tout est ouvert. Je peux soit percevoir - si le centre de perception est éveillé - soit pressentir la fraternité lumineuse, les mondes lumineux, les lokas. La dévotion est la réalité au cœur des cellules, entre les cellules, au cœur des organes, dans la circulation sanguine, une réalité physiologique. Cela est une intensité de présence qui n'arrête pas de s'intensifier et qui peut être la base et le point de départ.

Et si pour vous ce n'est pas la réalité, intensifiez la présence. Entraînez votre relation avec l'intense par des exercices physiques qui font dépasser vos limites, par des exercices mentaux qui font dépasser vos limites, en exerçant la maîtrise des émotions. Exercez-vous à l'intense. C'est depuis cette intensité de pure présence que la relation avec les rayons a son sens. C'est depuis cette intensité de pure présence que les affirmations ont leur sens. La relation avec les rayons est relation de la conscience avec les attributs divins. La relation avec l'affirmation est la relation de la conscience avec l'affirmation de l'union avec les attributs divins. La relation avec l'intention est la relation de la pure conscience avec l'intention de l'unicité incarnée.

La question alors ne se pose plus « comment me positionner ? », « est-ce que cela va marcher ? », « est-ce que je dois répéter ? ». Cela est la foi.

L'invitation donc est d'exercer cette intensité de présence sans aucun sens de découragement, avec exaltation parce que c'est la seule clef. Et si cela n'est pas établi avec enthousiasme et dévotion, intensifiez la présence.

Vous l'avez entendu. Vous l'avez appliqué plus ou moins. Vous avez les critères. L'on ne peut tricher avec ces critères. Le mental peut essayer de s'illusionner. Il peut bien y avoir un certain progrès, mais il y a un seuil à établir en permanence. Et nous l'avons dit, le souffle vous aide. Bien sûr, la pure conscience est pure conscience de toute éternité, donc il n'y a point d'enjeu. Pourtant il reste le jeu de l'incarnation. A bien le jouer, l'on ouvre toutes les portes, non seulement pour soi mais pour l'humanité. Il est magnifique le jeu de l'incarnation. 

Vous pouvez reproduire et diffuser ces messages à condition qu'ils soient dans leur version intégrale, en format texte sans modification (pas de vidéo au son enregistré par un robot), que vous indiquiez le nom de l'auteur, Agnès Bos-Masseron, et le site anandamath.org.

Tous les messages 

L'Être le 4-5-24 

Juger ou critiquer c'est entrer dans la création d'un autre. 

 

L'Être le 3-5-24 

Intensifier la présence n'a rien d'austère, c'est un don de joie. 

L'Être le 28-4-24 

L'humain divin. 

El Morya le 27-4-24 

Comment retrouver de la valeur à mes propres yeux ?

L'Être le 27-4-24 

Ouvrir les portes pour l'humanité. 

L'Être le 26-4-24 

Maintenant contient le futur de la civilisation d’harmonie. 

L'Être le 23-4-24 

Enfin les traditions s'unissent. 

Bouddha le 25-2-24 

Impermanence ou éternité ? 

El Morya le 24-2-24 

Incarner la joie. 

L'Être le 23-2-24 

L'intention est le Verbe de la dimension de lumière. 

L'Être le 23-2-24 

Le temps se courbe pour se fondre dans l'infini.

L'Être le 30-1-24 

L'année du grand éveil. 

Cagliostro le 28-1-24 

Ressenti de perte de repères. 

L'Être le 27-1-24 

La matière n'est régie par aucun savoir figé. 

 

St Germain le 26-1-24

Jouer le jeu de l'abondance. 

L'Être le 31-12-23

Plans de vie. 

L'Être le 29-12-23

Sortir des habitudes addictives de l'humanité. 

L'Être le 29-12-23

Pour la création, l'heure est au grand alignement. 

L'Être le 28-12-23

L'humanité sacrée est prête à émerger. 

St Germain le 17-12-23

Transition de l'année et mondes parallèles. 

L'Être le 5-12-23

Par l'attention exclusive à l'ouverture, les craquements cessent. 

L'Être le 11-11-23

Message de la Fraternité à l'humanité 

L'Être le 10-11-23

Il n'est pas concevable de se croire suffisamment présent.

L'Être le 10-11-23

L'heure est venue des flots de la grâce.

L'Être le 10-11-23

La réalité d’une civilisation revient à animer la même fréquence. 

L'Être le 7-11-23

Le choix d’être plénitude détend profondément les structures. 

L'Être le 28-10-23

La régénération spirituelle ramène la spiritualité dans l'au-delà des concepts. 

L'Être le 28-10-23

Lien entre le corps de lumière et le corps physique.

El Morya le 28-10-23

Y a-t-il un mode d'emploi pour débusquer les croyances ?

L'Être le 27-10-23

L'invocation des rayons.

L'Être le 27-10-23

Une croyance est un amas d'inertie rigidifiée

Douce Mère le 7-10-23

L'expérience de Douce Mère et Sri Aurobindo

L'Être le 3-10-23

Être le premier signe de l’éclosion de la divinité au cœur de l’humanité. 

L'Être le 21-8-23

Visualiser cette vie pour toute l’humanité...

L'Être le 20-8-23

La passion d'être vivant. 

L'Être le 19-8-23

Il ne s'agit plus de rêve. 

L'Être le 19-8-23

Les voiles illusoires s'estompent. 

L'Être le 18-8-23

Nous aimons donner les codes et les clefs. 

L'Être le 18-8-23

Seul l'amour guérit, n'est-ce pas ? 

L'Être le 17-8-23

Rien n'est figé si ce n'est la croyance que quoi que ce soit puisse être figé. 

L'Être le 2-8-23

Réveiller les mémoires sacrées. 

L'Être le 1-8-23

La puissance d'un être humain divin est infinie. 

L'Être le 1-8-23

Ainsi naît une autre société. 

L'Être le 31-7-23

L'ascension n'est pas une envolée que l'on attend passivement.

 

L'Être le 30-7-23

Le oui total à la plénitude permet à la structure du corps d'être transfigurée. 

El Morya le 10-6-23

Le fil des réincarnations est devenu une croyance. 

El Morya le 22-4-23

L'art de la manifestation, le processus de création. 

L'Être le 21-4-23

Le temps rentre dans le temple de l'éternel. 

L'Être le 20-4-23

La Terre sort de la linéarité du temps. 

L'Être le 18-4-23

Les mondes célestes ou divins. 

Marie-Madeleine le 14-4-23

Comment offrir et dépasser les peurs ? 

L'Être le 21-3-23

Plus que jamais les deux extrêmes cohabitent. 

L'Être le 26-2-23

Jamais la fraternité ne considère l’humanité tellement déchue qu’elle lui tend la main.

L'Être le 25-2-23

Lorsque les êtres humains appellent comme l’on supplie, personne n’entend. 

L'Être le 25-2-23

Sortir des modes compulsifs de comportement. 

L'Être le 24-2-23

La beauté de l'ouverture est que chaque être retrouve sa souveraineté. 

El Morya le 25-2-23

Le collectif n'a aucune influence sur l’unicité de chaque être.

L'Être le 21-2-23

Certains croient que l'ouverture amène plus de facilité

 

L'Être le 1-1-23

Personne ne viendra transformer la Terre. 

L'Être le 1-1-23

L'heure est révolue des transformations progressives. 

L'Être le 31-12-22

Maintenant est le temps. 

Melchisédech le 29-12-22

La Lune est-elle artificielle ?

L'Être le 28-12-22

L'année nouvelle est porte ouverte. 

L'Être le 13-12-22

Le fossé se comble entre le concret de la matière et la lumière. 

L'Être le 26-8-22

Cette civilisation est retournée bien en deçà de la préhistoire. 

 

L'Être le 24-8-22

Ce n'est pas la situation qui cause le ressenti mais la fréquence à laquelle on s'harmonise. 

L'Être le 11-6-22

Pourquoi la guerre en Ukraine ? 

L'Être le 22-3-22

Ce dont on vous informe est le reflet d’une intention bien précise.

 

L'Être le 11-2-22

Si tout est Un, pourquoi parler d'êtres extérieurs, anges... ? 

L'Être le 11-2-22

Le noyau d'harmonie entraîne l'humanité dans une spirale. 

L'Être le 3-1-22

Le prisme qu'est chaque être. 

L'Être le 3-1-22

La bienveillance ouvre à la multidimensionnalté. 

L'Être le 31-12-21

Les dimensions ne sont générées que par les croyances humaines.

L'Être le 30-12-21

Chaque règne a ses codes. 

L'Être le 29-12-21

Nul n'est spécial. 

L'Être le 28-12-21

Déposer l'addiction au jugement. 

L'Être le 28-12-21

Faire une autre lecture de l'année. 

L'Être le 28-12-21

Sortir de l'illusion. 

L'Être le 22-10-21

Si l'attention est enlevée des apparences, elles s'effondrent. 

L'Être le 14-12-21

Les dés - si jeu il y avait - sont joués.

L'Être le 10-10-21

La joie est le plus puissant des aimants. 

L'Être le 10-10-21

Il n'est aucun péril.

L'Être le 9-10-21

Alors que certains croyaient que viendrait le train des anges…

 

St Germain le 26-9-21

Marcher au diapason de la Fraternité. 

St Germain le 18-8-21

Être bâtisseur de lumière.

L'Être le 18-8-21

La Fraternité des Immortels. 

L'Être le 16-8-21

La réalisation de ses limites est preuve de transparence. 

 

L'Être le 16-8-21

Maintenant s'opère un recodage dans la structure de l'être humain. 

L'Être le 7-8-21

Redonnez à l'humanité sa puissance en rayonnant la vôtre.

St Germain le 7-8-21

L'heure est à la fin du contrôle. 

Sanat Kumara le 3-8-21

Le corps est la précipitation des pensées, des croyances.

Kuthumi le 12-6-21

Donner ou non l'information sur l'effet des vaccins.?

 

L'Être le 11-6-21

L'invitation n'est jamais dans l'abstrait.

L'Être le 24-4-21

Dénoncer les apparences négatives, c'est souiller sa perception.

 

Maharishi le 25-3-21

N'essayez pas de vous adapter à l'inadaptable. 

L'Être le 27-2-21

L'humanité éveillée.

L'Être le 27-2-21

Honorer l'unicité et non la personnalité.

L'Être le 26-2-21

L'hygiène égotique

L'Être le 26-2-21

Les planètes s'inclinent devant la simple grandeur de l'être humain divin.

L'Ami le 30-1-21

Clef pour sortir de la chaîne action-réaction.

El Morya le 30-1-21

La fonction des artistes est d'ouvrir les portes des mondes subtils.

Maharishi le 29-1-21

La vie est félicité.

Messages antérieurs

bottom of page