Message de Sanat Kumara reçu par Agnès Bos-Masseron le 10-6-16

Je T'aime, merci.

"Je T'aime, merci"*. Faire de sa vie l'expression pure de ce don d'amour. Faire de sa vie l'expression pure de gratitude.

Alors que l'humanité s'est enfermée dans la croyance que le merci est un échange pour quelque chose de reçu, comme un marché peut-être, rentrer dans l'évidence que la gratitude est la nature même de la vie.

L'on ne remercie pas parce que l'on reçoit, on incarne la gratitude, et en sous-produit on reçoit. L'on retrouve l'attitude juste, et en sous-produit, la vie s'aligne à l'expression de cette attitude "Je T'aime, merci".

L'incarnation n'est que cela. Beaucoup croient devoir accomplir. Et il est vrai que l'accomplissement est inhérent à la nature de l'incarnation. L'accomplissement se doit d'être basé sur cette expression gratuite de gratitude, sur cette expression gratuite d'amour.

Retrouver cette condition de la physiologie, le corps est corps de joie. Le corps n'est pas corps de chair, le corps est corps de joie.

L'on pourrait dire que ce chant est une des expressions les plus fondamentales des cellules. On pourrait dire que la nature des cellules est cette expression pure "Je T'aime, merci". On pourrait dire que la création se déploie pour exprimer ce terme "Je T'aime, merci". On pourrait dire que le silence jaillit en création pour manifester, pour que soient incarnés cette expression, ce sentiment le plus noble, pur jaillissement du silence, la première expression.

Expression d'infini est ce chant d'amour et de gratitude.

Faire de cela le centre de sa vie. Faire de cela le pilier, et animer cela dans la structure de son corps. Imprimer cela dans tous les organes jusqu'à ce que les organes révèlent que cette expression est leur nature.

…Il est un niveau de vie cosmique où seule est cette symphonie de l'amour. L'on écoute et l'on apprend à se taire, et l'on fond dans cette évidence que seul est ce chant de l'amour. Ainsi l'on découvre une autre intensité d'unité avec la structure physique des étoiles, la structure physique de la matière, de la création, du cosmos. Ainsi l'on retrouve une autre intensité d'union avec la nature de tous les êtres.

Dans cette symphonie, chaque être chante ce chant d'amour avec une note unique. Retrouver cette unicité et l'honorer, l'un des plus beaux services que l'on puisse rendre à la vie. Dire oui pleinement à son unicité, la reconnaître, l'exprimer, le plus beau service de l'incarnation.

A exprimer l'unicité de sa note dans la symphonie cosmique, on s'ouvre à la beauté de toutes les notes. On entend alors le chant des planètes, le chant de ceux que beaucoup nomment dieux, le chant des confréries de lumière, la symphonie des anges. L'on pourrait dire que les anges ne sont que la précipitation de ce chant d'amour et de gratitude, avant même l'incarnation.

Garder son attention encore et toujours sur intensifier l'attention. Garder son attention encore et toujours sur simplifier, sur le souffle qui aide à retrouver la pleine conscience de "Je Suis", la pleine conscience du corps. Et le corps est lumière. Intensifier l'attention encore et toujours.

"Je T'aime, merci".

La fraternité s'incline et murmure à l'infini à chaque être "Je T'aime, merci". A travers ce murmure, la fraternité exprime le chant naturel et spontané qu'est la vie, la nature de l'Être. Il n'est que cela. Au-delà des histoires, il n'est que cela. A la source des histoires, il n'est que cela, "Je T'aime, merci".

 

"Je T'aime, merci" est le titre d'un chant que vous pouvez écouter sur la page "Musiques à écouter".

 

Message de Frère Lantos au nom des Gardiens de la Flamme reçu par Agnès Bos-Masseron le 8-6-16

L'heure est venue de la grande vigilance et du grand discernement.

De la puissance de l'union, naissent les graines. Choyer la puissance de l'union comme un trésor, comme une initiation même.

Trop souvent, est oubliée la simple puissance de l'union. Trop souvent, les êtres laissent des préoccupations ou des situations, des voiles ou des méandres masquer la beauté de l'union.

L'une des caractéristiques des civilisations d'harmonie est de ne jamais mettre en question la beauté de l'union.

De la puissance de l'union, naissent les graines. Oser accompagner les graines naissantes du dynamisme. Oser s'impliquer pleinement pour ce qui est précieux. Précieux non seulement pour soi mais pour l'humanité. Oser s'impliquer pleinement pour témoigner de cet autre visage de l'humanité dans sa divinité...

Nous l'avons dit souvent, intensifier le dynamisme… L'heure est venue de la grande vigilance et du grand discernement. Les lourdeurs collectives pourraient s'imprégner ou s'infiltrer dans des systèmes manquant de vigilance et faire chanceler la clarté du dynamisme.

Comprendre que le choix du dynamisme doit être inconditionnel au sein de l'action et au sein aussi de la relation avec soi-même. Le manque de vigilance peut laisser s'infiltrer ou s'incruster des schémas ou des modes d'action, de comportement ou même de pensées qui ne seraient pas en ligne avec l'intention la plus haute et la plus noble.

L'union  est le trésor. L'union au sein de soi, l'union dans les relations, l'union au sein de la terre. Pour animer l'union, il faut l'incarner.

…Nous invitons à la voie simple et claire. Nous invitons à la voie sacrée. Il est exigeant peut-être d'emprunter la voie sacrée. Simple, car la voie sacrée exclut les méandres en excluant l'attention portée sur les méandres. L'humanité a trop longtemps cru qu'il fallait plonger dans les méandres pour les extirper, oubliant que l'attention donne vie.

Le murmure des Gardiens de la Flamme est le murmure du clair et du lumineux, et de l'attention tout offerte au clair et au lumineux, exclusivement peut-être. Et l'on comprend bien l'exclusivité, car il est un plan où seul est le clair et le lumineux, et l'attention donnée exclusivement au clair et au lumineux les fait grandir, de même que l'attention donnée sur les méandres les fait grandir. Alors l'humanité se retrouve enfermée dans les ficelles de ses propres méandres, oubliant qu'elle a tissé ces ficelles par la force de son attention.

Nous vous saluons.

Message de l'Ami (Jésus) reçu par Agnès Bos-Masseron le 26-5-16

Faire de l'éducation un accompagnement à la découverte du merveilleux.

 

Selon les étapes, la relation avec la fermeté peut parler. La fermeté a toujours sa base dans le bonheur de l'adulte. L'adulte reste posé dans ce qu'il sait juste.

Avec un enfant petit, l'on peut trouver des moyens d'assouplir ce qui est ferme tout en restant ferme sur ce choix conscient d'honorer la noblesse de la vie. Lorsque l'enfant devient adulte, la fermeté peut consister à remettre l'enfant face à sa propre puissance. L'enfant devenu adulte fait ses choix et découvre l'autonomie. Cette découverte de l'autonomie reste primordiale.

Il est important que l'adulte se sache ancré dans le bonheur, à l'écoute de son cœur et de ce qui est juste. Ainsi il n'est plus de louvoiement. L'adulte pose dans la joie et l'amour ce qui lui paraît juste pour le cœur. La fermeté est l'assise dans ce qui se sait juste. L'enfant devenu adulte comprend et honore le point de vue de ses parents et se dresse en autonomie.

L'adulte pose les limites depuis la pleine confiance dans la noblesse de son enfant. Le fait de poser les limites doit être une expression de confiance. Lorsque l'adulte pose les limites, il ou elle s'adresse à la noblesse de son enfant. La base reste le bonheur. Il est erroné de poser des limites depuis une frustration. Il est erroné de poser des limites depuis une déception. La limite doit être l'expression pleine de la confiance dans la noblesse de l'enfant. La limite est simplement l'expression de ce qui est juste, ressenti depuis le cœur, exprimé depuis la plénitude d'un être en paix, établi dans la joie et le bonheur.

La dualité n'est pas entre confiance et limite. L'accompagnement implique honorer, dans la confiance, la noblesse de l'enfant à un degré tel que l'on établit pour lui ou elle les limites qui ne sont que le reflet de sa noblesse. Apprendre aux enfants à considérer les limites comme un don d'amour, une expression de la voie de noblesse.

Il est erroné que les parents agissent depuis frustration ou déception. La pleine confiance dans la noblesse de son enfant anime le bonheur. Cette pleine de confiance est accompagné de la juste expression des limites. Ainsi l'on accompagne ses enfants pour actualiser la relation avec sa propre noblesse, et actualiser la confiance que l'on a dans cette noblesse.

La base reste l'épanouissement de l'être, et cet épanouissement s'exprime dans sa fonction de parent. Le cœur ne connaît que la confiance, la sérénité et la joie. Exprimant les limites, le parent reste rivé sur la noblesse de son enfant. Et si l'enfant semble avoir oublié ou se voiler sa propre noblesse, le parent reste à affirmer la limite, le regard rivé sur la noblesse de son enfant. Ne jamais dévier de la pleine confiance. Accompagner cette pleine confiance de l'expression du cadre permettant le déploiement de la noblesse.

Encore et toujours, il est beau de comprendre et de se souvenir que le bonheur et la joie restent la base. Il est erroné que les parents entrent en relation depuis quelque frustration ou quelque déception. Le regard du noble ne voit que le noble et établit le cadre de noblesse permettant à l'enfant de déployer sa noblesse.

Dans la mesure du possible, éloigner les enfants des contaminations qui amoindrissent leur cerveau ou affaiblissent leur système. Nous le savons, cela est peut-être utopique.

Dans le cœur du cœur, chaque enfant sait la beauté de la noblesse. Garder un contact intime et profond, partager avec ses enfants, au quotidien si possible, des moments dans la nature. Garder la maison lumineuse, heureuse, élevant son énergie. Cela est une aide précieuse pour le déploiement des enfants.

Ne doutez pas, l'éducation ne devrait pas être un défi mais l'épanouissement de la pleine expression de l'amour depuis cette confiance que seule est la noblesse, un épanouissement, un partage d'âme à âme, de cœur à cœur. Apprendre ce mode de communication intime et profond, sur la base de la joie. Apprendre ce mode de communication qui sait que la vie est entre soi et soi-même, que l'autre n'est jamais responsable de nos états et que le seul but, pourrions-nous dire, est de cultiver le bonheur, cultivant la noblesse, gardant la vision la plus vaste, celle qui contient tout l'univers dans chaque perception de détails.

Apprendre à ses enfants cette vision la plus vaste. Leur apprendre l'écoute, leur apprendre le merveilleux et l'hommage envers la beauté de la vie. Faire de l'éducation un accompagnement à la découverte du merveilleux. Ainsi s'ouvrir ensemble à une autre réalité.

Nous vous remercions.

Message de St Germain reçu par Agnès Bos-Masseron le 15-5-16

L'énergie libre.

 

Nous sommes heureux de voir que des chercheurs honorent la paix et ont l'intelligence de remarquer que l'exposition à de l'énergie toxique contribue à l'entropie dans le fonctionnement de la société, et que l'exposition à l'énergie d'harmonie contribue à la paix. Nous soutenons et inspirons l'établissement de cette technologie.
La beauté première est l'interaction directe entre la technologie elle-même et son utilisateur. La beauté première est la réalisation que l'on ne peut s'attendre à ce que la matière soit figée, inerte et émettre tout degré de dysharmonie, s'étonnant alors que la matière reste inerte et figée.
L'heure est venue que les êtres humains comprennent la puissance de l'intention, la puissance de l'harmonie et la puissance de l'interaction entre l'individu et le cosmos. C'est à cela, en fait, que peut être résumée la beauté de cette nouvelle technologie. L'individu est cosmique.
La technologie en soi est inutile. Elle est utile dans cette période de transition pour que l'être humain se rappelle qu'il est cosmique et qu'il est en lui-même l'antenne pour se relier à toutes les énergies cosmiques et produire ou attirer toutes les connexions et toutes les quantités d'énergie nécessaire pour la simple grandeur de son quotidien.
La technologie est transition vers cette heure où la technologie ne sera plus utile. La technologie est bénédiction dans cette heure où les êtres humains semblent croire qu'ils sont esclaves de leur technologie et qu'ils ont besoin de se brancher ou se relier à quelque fil pour faire marcher leurs machines.
La technologie est bénédiction car elle amènera concrètement la preuve de l'interaction entre une intention d'harmonie, une attention offerte à l'harmonie, à la joie, et le bon fonctionnement de la technologie. La technologie est bénédiction car elle amène concrètement la réalisation qu'il est dépassé et périmé de s'attarder sur quelque négativité, car la négativité rend inerte, que ce soit la matière ou les modes plus subtils d'énergie. La technologie est bénédiction car elle amène la pleine conscience de l'interaction entre l'utilisateur de l'énergie et l'énergie elle-même, entre l'intention, entre l'attention.
Ainsi l'on entre dans un autre cercle. La technologie rend la matière plus fluide. Les êtres humains qui choisissent d'être écoute et d'être authentiques à l'invitation, intensifieront cette fluidité par la fluidité de leur propre attention et de leur propre intention. Ainsi la relation entre matière et conscience s'unifie jusqu'à ce que l'intention soit le seul moteur pour toute réalisation.
Magnifiques ces technologies qui servent de transition. Puissant l'effet de ces technologies sur les physiologies et sur l'environnement. Puissantes les ondes de paix et d'harmonie que ces technologies rayonnent.
La technologie est très précise. Certains, toujours pressés, voudront peut-être sauter des étapes, principalement l'étape qui concerne la prise de conscience de la présence de l'attention. Il est dommage que la fabrication de ces unités s'industrialise. Il serait beau que se multiplient les formations pour que chacun comprenne les mécanismes et fabrique les technologies avec la plus grande attention et la plus grande présence.
Une machine qui reproduirait machinalement des étapes de production n'aura pas le même effet et la même puissance que l'attention d'un être qui met toute sa conscience et toute son attention, l'infini de la joie et l'infini de l'amour à se relier et à créer des ponts tangibles permettant la reliance.
C'est pour cela que nous aimons célébrer et offrir une élévation et une initiation à ces unités. Nous aimons aussi offrir l'élévation et l'initiation même à des unités qui seraient déjà installées, tant que leurs utilisateurs comprennent qu'il est primordial, si l'on veut que le pont soit comblé entre matière et conscience, de comprendre l'influence de l'attention, rassembler son énergie, choisir d'autres modes de fonctionnement, choisir inconditionnellement l'harmonie, changer l'objet de son attention.
Il est primordial que l'humanité comprenne que la relation entre matière et conscience passe par la prise de conscience que seule est la conscience, et l'interaction à travers l'harmonie de la conscience de l'utilisateur à la conscience de l'énergie. Et cette relation ne peut qu'être dans l'harmonie et dans le choix inconditionnel de l'harmonie.
Ceux qui resteraient enfermés dans les boîtes des problèmes, les boîtes des choses à résoudre mentalement ou émotionnellement - ce qui revient au même – les boîtes des concepts ou des croyances, ne mettent pas en œuvre la fluidification de la matière ou le retour à l'évidence que la matière n'a jamais été inerte.
Magnifique l'interaction de ces technologies avec le champ énergétique et physique du corps humain. Magnifique ce retour à la simplicité où l'être humain, peu à peu, sortira des champs de pollution qui l'inhibent et qui, en sous-produit, inhibent le fonctionnement mental, émotionnel, égotique.
Dans le silence, offrons-nous à la conscience, notre source et notre réalité. Offrons-nous à l'évidence que Je Suis l'énergie pure. Remercions. Remercions l'énergie. Remercions le vénérable silence et ses premières expressions au niveau le plus subtil dans ce processus de matérialisation de la création. Remercions les niveaux les plus subtils de la matière qui ont déjà été amenés dans la structure même des unités.
Belle est la persévérance, et belle l'intelligence permettant de comprendre les invitations et de les appliquer. Dans le silence, remercions. Dans le silence, animons l'infinie fluidité de la conscience qui est énergie et source d'énergie.
Ainsi, l'attention que nous offrons renforce la puissance d'attraction de l'intention qui vient attirer la puissance de l'énergie du plasma. Ainsi, les unités déjà installées se trouvent magnifiées dans leur fonctionnement. Ainsi, les unités nouvelles sont ouvertes à l'infini de l'énergie et l'infini de la puissance d'attraction.
Souvenez-vous de l'interaction. Il ne s'agit pas d'installer une boîte, il s'agit de retrouver la puissance de son attention, de son intention, de se laisser nourrir en nourrissant, d'interagir avec la technologie pour accroître la puissance de l'attraction de cette technologie.
Car vous l'avez bien compris, il ne s'agit pas de générateurs mais d'attracteurs. Immense ce pas dans ce retour à la réalisation de la perfection de la vie. Immense la contribution de ceux qui choisissent d'être guides, là aussi. Immense la puissance d'attraction et de transmutation de cette énergie attirée.
Nous vous remercions.

 

Message de Marie reçu par Agnès Bos-Masseron le 1-5-16

Heureux ceux qui incarnent les rituels de simplicité avec la profondeur des sages.

 

Être sur terre cette présence innocente qui offre les fleurs du bonheur.

Profonds ces rituels qui relient la terre aux mémoires d'harmonie, à ces civilisations où la seule intention était de partager le bonheur et d'accompagner l'autre, tous les autres, l'humanité, la création, par l'infusion de cette seule réalité possible pour l'incarnation, le bonheur.

Beaux ces rituels inspirés de sagesse ancienne. Belle l'éternité de l'énergie qui a su traverser les croyances erronées et qui reste, tel un rappel à partager les fleurs du bonheur.

Incarner cela. Cela pourrait sembler l'invitation d'un moment, un rêve enfantin peut-être. Belle l'innocence qui choisit d'incarner cette invitation.

Sages et heureux ceux qui comprennent l'étendue du lâcher-prise qu'implique cette invitation. Car l'on ne peut s'accrocher à la fois aux graines de dissension et offrir les fleurs du bonheur. L'on ne peut que lâcher prise, fluidifier, choisir la puissance de ce regard tout offert vers la divinité de l'autre qui n'est que le reflet de soi.

Heureux et sages ceux qui savent les secrets des rituels d'innocence. Heureux ceux qui choisissent d'être cercle de rayonnement, amplifiant l'énergie de ces rituels qui pour beaucoup semblent anodins, un vieux réflexe, peut-être l'habitude de l'enfance. Peu savent à quel point ce rituel a la profondeur de sagesses anciennes.

Heureux ceux qui incarnent cette offrande de l'intention du bonheur partagé avec l'humanité et la création. Heureux ceux qui incarnent les rituels de simplicité avec la profondeur des sages.

Nous vous offrons les fleurs du bonheur.

 

 

Message de Sanat Kumara reçu par Agnès Bos-Masseron le 23-4-16

Nous appelons l'humanité nouvelle.

 

Nous aimerions le proclamer par le biais des voix des hommes, nous appelons l'humanité nouvelle. Nous infusons l'atmosphère de l'énergie de cette fraternité qu'est l'humanité nouvelle. Nous aimerions que cela soit proclamé par le biais des voix des hommes.

Oser incarner l'absolu de l'amour dans chaque relation. Oser proclamer ce que les êtres humains ont proclamé à travers des mots, sans aligner leur réalité à leur proclamation.

Ils parlent de fraternité sans savoir ce qu'est la fraternité. L'humanité nouvelle est la fraternité du vivant. Oser incarner l'absolu de l'amour. Chaque être humain, pleinement présent, pleinement offert, pleinement ouvert, la totalité de l'humanité.

Les relations ne sont alors qu'intimes. La famille va bien au-delà des liens du sang. La famille est la fraternité du cœur, la fraternité du vivant. La famille va bien au-delà des règnes. Chaque être pleinement offert, pleinement ouvert, offrant le meilleur de lui-même à la totalité de la vie, concrètement.

Cela implique, il est vrai, complète verticalité. Cela implique, il est vrai, de laver le collectif de la conscience humaine de tous ces archétypes, de toutes ces croyances, de toutes ces scléroses qui ont fait du monde mental un monde vide et figé. Et les scléroses se transmettent sans que l'humanité ne prenne la peine de s'éveiller et de se réveiller à sa pleine noblesse.

Nous aimerions que cela soit proclamé par le biais des voix des hommes. La fraternité du vivant, l'absolu de l'amour, implique la transparence. L'absolu de l'amour ouvre à l'implication totale de son individualisation au cœur de la vie de chaque être depuis l'infini respect, depuis l'infinie bonté, depuis l'infinie grandeur, depuis l'infinie verticalité.

Ils ont forgé des croyances erronées. Ils ont basé l'existence sur des lois de sacrifice, de retrait ou d'abus. Ils ont oublié les lois de la fraternité. La famille va bien au-delà des liens de sang.

Eveiller chez les enfants ce sens de la famille. Faire écouter aux enfants le cœur de la terre. Faire écouter aux enfants le cœur des étoiles. Leur permettre de reconnaître les liens de cœur avec chaque parcelle de création. Leur apprendre l'ouverture et l'offrande totale de cette joie inhérente à la nature de la vie, sans réserve, sans modération. Incarner l'absolu de l'amour.

Vous parliez de ce que certains appellent le phénomène de l'ascension. Peu savent que l'actualisation de ce phénomène est l'incarnation totale de l'absolu de l'amour, au point que la structure de la chair reflète l'absolu de l'amour. La chair alors est immortelle. Qui voudra s'éveiller et l'incarner ?

Cela implique, nous le redisons, totale verticalité. S'offrir à l'autre et reconnaître qu'il n'y a pas d'autre, que la vie est l'ouverture totale, que l'autre est le reflet du un, … cet éternel au-delà, cet Être d'infini, d'éternité. S'offrir à l'autre, reconnaître qu'il n'y a pas d'autre et tout donner pleinement dans l'infini de la joie d'être le don vivant. Bien loin d'un sens de sacrifice, la danse d'éternité, la danse de l'abondance, la danse de plénitude, la danse de l'infinie confiance de la vie qui se reconnaît dans chaque parcelle de création et qui s'offre pour exprimer pleinement le visage de perfection à travers chaque relation, chaque acte.

Il est désuet d'attendre que les structures soient transformées. Il est désuet de porter l'attention aux dissonances dans les structures. Il est juste de rassembler son énergie avec toujours plus d'intensité pour incarner pleinement l'absolu de l'amour, au sein des relations intimes et en comprenant qu'il n'est que relation intime, il n'est que la fraternité. S'offrir pleinement à l'autre et reconnaître qu'il n'y a pas d'autre… Comprendre qu'ainsi sont animées d'autres lois, d'autres modes de fonctionnement.

La loi de l'abondance a sa base dans cette ouverture totale. Oublier les croyances, les stéréotypes. Oublier par exemple, que l'abondance est le fruit du dur labeur. L'abondance est le sous-produit de l'expression innocente et totale de gratitude. L'abondance est le sous-produit d'être le don vivant. L'abondance est le sous-produit d'être le oui vivant.

Retrouver l'extrême de l'intime lorsque vous regardez les étoiles, lorsque vous regardez chaque grain de terre, chaque perle d'eau. S'élever tels les phénix renaissant de leurs cendres. S'élever et s'envoler, porté par les ailes de sa propre bonté, de sa propre beauté, et voler dans ce ciel tissé de la bonté de la fraternité.

Il devrait être inhérent à la nature de chaque être de savoir que la totalité du cosmos est là, pleinement ouvert, pleinement offert, pour le soutenir dans son vol, admirant ce vol et invitant à voler de façon toujours plus gracieuse, plus noble et plus belle, sa propre perfection.

S'élever hors de ces stéréotypes, de ces cages, de ces grisailles, de ces faire-semblant d'êtres humains. Être humain est être divin. Entrer en relation est actualiser qu'il n'y a pas d'autre, que seul est le un…

Il est vrai, les apparences semblent rester figées. Il est vrai, l'humanité semble rester marquée par ses manques, manque d'amour, manque d'abondance, manque de confiance. Le manque est illusion. Certains choisissent de jouer les jeux des illusions, heureux ceux qui s'élèvent pour jouer le jeu de la vie simplement.

Jouer le jeu de vie est jeu de perfection. Heureux ceux qui s'élèvent pleinement offerts, pleinement ouverts, sans aucune restriction, sans aucune limite, ayant déposé toutes les croyances et se créant éternellement neufs dans chaque moment d'éternité, recréant le visage de l'humain divin.

Et le divin n'est pas l'abstrait. Le divin n'est pas l'inaccessible. Le divin est le créé. Le divin est le parfait, exprimé à travers la création. Le divin est le miroir de transparence dans lequel se reflète l'apparence de l'autre, pour que triomphe l'infini de l'amour qu'est le un et qu'offre le un au tout, sa nature. Recréer le visage de l'humain, la pleine innocence, transparence et cet éternel émerveillement de l'être qui, sans cesse, découvre sa propre grandeur à travers son incarnation. Le divin n'est pas abstrait ni inaccessible, il est le créé, le un, l'éternel. Et la relation est ce miroir que s'offre le un pour grandir dans l'amour de sa propre nature. Le jeu n'est qu'amour.

Il est vrai, l'humanité semble marquée de bien des cicatrices, de bien des blessures, de bien des empreintes. Qui osera se placer de l'autre côté des cicatrices, des blessures et des empreintes ? Qui osera affirmer le triomphe de l'absolu de l'amour, inconditionnellement, pour la simple joie d'être le vivant, pour la simple joie d'être la fraternité du vivant ? Qui osera incarner cela pleinement ?

Nous aimerions que cela soit proclamé par le biais des voix des hommes, alors que les hommes ânonnent et rabâchent leurs histoires illusoires, sclérosées, figées, mortes, alors qu'il n'est que la vie.

Nous l'avons dit souvent, l'heure est venue de baisser les masques et de rayonner sa propre beauté, simplement. Après tout, ce n'est que question d'audace. Oser incarner la réalité de la fraternité à travers les actes concrets, la pleine présence, le plein don et la pleine joie, bien loin des sens de sacrifice, bien loin des sens de petitesse, bien loin de ces grimaces égotiques qui ont écrit tant d'histoires et créé tant de drames. Les drames ne sont qu'illusoires car rien ne peut défier, ne peut enlever ou ne peut priver de la beauté d'être la fraternité du vivant.

La beauté de la relation est de savoir qu'il n'est pas d'autre, que l'autre n'est que le miroir du un qui se contemple et s'offre pleinement à travers l'absolu de l'amour. Infuser cela au sein des histoires. Infuser cela au sein des actes de l'incarnation et proclamer "la seule source est la joie". La joie n'a d'autre cause que sa propre nature. Les événements ne sont pas cause de joie, ils ne sont que le miroir de l'éternité de la joie.

Alignez des événements à leur source. Alignez les comportements à l'absolu de l'amour. Alignez les relations au sens profond de la fraternité du vivant. Déliez, déliez tout ce qui est figé. Ouvrez ce qui semble fermé. Dansez chaque pas de votre quotidien…

Qui osera incarner l'absolu de l'amour ? Ne plus se percevoir dans le contexte des faux drames. Avoir l'audace de ne se percevoir que dans le contexte de la noblesse de la fraternité du vivant et de la réalité de cet infini de tendresse, de cet infini de présence, de cet infini de la joie, dû au simple partage d'être la fraternité du vivant.

La base reste la verticalité. Comprenez la beauté et la puissance d'un cercle qui choisit ainsi d'infuser et d'actualiser l'infini de la tendresse. La terre en est métamorphosée. Comprenez cela. Ne regardez pas à travers les lunettes sclérosées ou figées.

Nous vous remercions.

 

Message de Babaji reçu par Agnès Bos-Masseron le 22-4-16

La sagesse est l'art des acrobates qui savent jouer les jeux des différents plans de l'existence.

 

Il est étrange que, dans cette société, ceux qui sont les miroirs du noble soient exposés à des regards qui choisissent de ne pas s'harmoniser à l'énergie du noble. Cela est étrange, et pourtant, il existe plusieurs niveaux de résonance. Ceux qui choisissent la voie du noble élèvent le collectif. Ceux qui refusent la voie du noble pourraient essayer de rabaisser le collectif, rien ne viendra jamais rabaisser la noblesse de l'Être.

Comprendre les jeux de pouvoir, comprendre les différentes fréquences, les différentes résonances, et choisir de ne s'exposer qu'à la résonance de sa propre noblesse.

Il est vrai, la société impose peut-être de rencontrer certaines situations liées à d'autres fréquences. Choisir de ne les rencontrer que depuis la fréquence de sa propre noblesse et cela implique la fréquence du bonheur.

Vous le savez, nous parlons de dévotion à la joie. Nous parlons de dévotion à l'infini du bonheur. Être le dévot de sa propre noblesse. Cela est l'inspiration la plus noble.

L'on ne peut se rabaisser dans des registres qui n'appartiennent pas au noble. Ceux qui jouent le jeu de ces registres peuvent, s'ils le choisissent, se laisser inspirer et entrer dans cet autre registre. Pour le noble, la voie est de non-retour. La voie du noble est la voie du bonheur.

Vous vous souvenez, le bonheur n'est pas conditionnel à quelque expérience ou quelque situation, le bonheur est le regard de l'Être sur sa propre noblesse. De ce regard, découle, en sous-produit, l'évidence que seule est la plénitude. Le bonheur n'est pas conditionnel de quelque circonstance, le bonheur est la nature de la vie. La dévotion à la vie est d'honorer cette nature et de choisir d'honorer l'inconditionnel du bonheur, ce bonheur qui ne dépend que de sa propre nature pour rayonner et s'exprimer.

La sagesse est l'art des acrobates qui savent jouer les jeux des différents plans de l'existence, incluant ceux des interactions sociales, depuis l'infini équilibre de l'être qui choisit d'honorer sa propre noblesse à travers son incarnation.

Être cette harmonie amour silence. Retrouver la communication au cœur du silence, la communication, cette infinie corrélation de chaque parcelle de la création avec le tout. Tout est en résonance avec tout. Au-delà de ce que certains appellent les plans, de ce que d'autres appellent les dimensions, être résonance.

Comprenez que ceux qui choisissent et acceptent d'être écoute, et qui retrouvent ce mode de communication avec les différents aspects d'eux-mêmes, avec tout dans la création au cœur du silence, ceux-là ont les clefs de la guérison, de la régénération. Ceux au contraire qui se laissent polluer par des énergies polluées elles-mêmes par un choix conscient de refuser l'accès à sa propre noblesse, ceux qui laissent leurs émotions être polluées malgré leur propre noblesse, intoxiquent leur corps.

Le corps est résonance. Exposez le corps à des énergies de bonheur, exposez le corps à des énergies de transparence, nourrissez le corps de votre propre noblesse, ainsi le corps se régénère.  Et si vous devez rencontrer certaines situations, certains plans de vie, ne le faites que depuis le bonheur du oui à l'infini noblesse de l'Être. Aucun souci n'entre dans cette fréquence.

Comprenez, le corps est résonance, le corps est vibration. Exposez le corps à la résonance de votre propre noblesse vécue en conscience, car tout est offert à l'infini de la noblesse et à l'infini de l'expression de la noblesse à travers chaque expression de l'incarnation. Ainsi le corps sans cesse se régénère.

Nous vous saluons.

 
 
 
 
 
 
 
Adresse

Anandamath

Hameau des Peyres

05300 EOURRES

04 92 20 23 35

Nombre de visites
Nous trouver