Message de Mahomet reçu par Agnès Bos-Masseron le 13-6-14

La voix du Prophète est la voix de l'amour.

 

L'union des traditions, l'union des sagesses, exprimées pleinement selon l'unicité de chaque ethnie, de chaque race. L'union des traditions dont nous parlons est le retour aux sources des traditions, le retour à cette harmonie où chacun exprime l'amour du Vénérable dans l'unicité de son expression.

Des traditions, ont dérivé des religions. Les religions sont expressions déformées des traditions. La sagesse du désert, la sagesse d'un aspect de l'Orient, perdure dans le silence du désert, transparaît peut-être dans les expressions des poètes soufis, de même que dans d'autres déserts est préservée la sagesse d'autres traditions.

Il est un plan de vie où la Fraternité réunie honore le Vénérable, chacun à travers son unicité, chacun offrant son unicité comme on offre une perle polie pour l'amour divin, tous respectant, honorant, appréciant l'unicité de chacun.

L'union des traditions implique transcender les religions. Les religions ont créé des cases ou des castes, des boîtes. Chaque boîte fermée se heurte aux autres boîtes, croyant devoir montrer qu'elle est la meilleure. Dans ces boîtes, il reste très peu du parfum de la tradition.

Au-delà des religions, dans le silence, les voix de l'Orient chantent le silence. Prenant pour vêtement le vent, les éléments, l'Être s'offre et danse pour le silence. La danse est union. Le chant est articulé selon les sons propres à l'unicité de l'Orient, à l'unicité de l'esprit des déserts et des plaines. Vêtus du vent, de la lune et des étoiles, les dévots chantent et dansent, et dans leur transe, font écho au chant et à la danse d'autres traditions. Depuis cet état d'ouverture, d'offrande, de respect, le même amour, le même chant, la même passion de la transe, exprimés par l'unicité de l'intonation des déserts et des plaines de l'Orient.

La Fraternité préserve ces traditions. Tous connaissent le respect, tous connaissent l'unisson même des chants, différents tons, différentes inflexions, la même intention, la même offrande, la même ivresse. Les religions n'ont pas su pénétrer cette ivresse. Elles ont voulu extraire ce qu'elles ont cru être le parfum et l'enfermer dans une boîte. Le parfum de l'ivresse ne s'enferme dans aucune boîte.

Dans le désert ou dans les plaines, vêtus du vent, de la lune, des étoiles, ils et elles chantent le silence. Le silence, vous le savez, n'est-ce pas, le Bien-aimé, la Bien-aimée, l'infini de l'amour, certains l'ont appelé Divin. Les religions ont cru enfermer le Divin dans des noms.

Il est des noms qui savent l'ouverture. Il est des sons qui sont vénération. Il est l'amour, le Vénérable, la Vénérable. Des traditions, chacun, chacune dans son unicité, chante et danse, vêtu du vent, de la lune, des étoiles, vêtu de la terre même, que ses pieds dansent sur la terre ou sur d'autres planètes.

Les traditions s'écoutent, se respectent, se vénèrent, se sachant l'expression du Vénérable, de la Vénérable, partageant la même ivresse, la passion de l'amour. Ces traditions s'unissent, éternellement unies dans ce plan auquel certains choisissent de s'offrir.

Je vous remercie de choisir de sortir des boîtes des religions pour honorer les traditions qui étreignent dans la passion de l'amour pur, le Vénérable, la Vénérable. La voix du Prophète est la voix de l'amour.

 

 

Message de Marie reçu par Agnès Bos-Masseron le 14-6-14

Sais-tu le nectar qu’ont bu tes élèves chaque jour dans ta présence ?

 

Entourer chaque être de tendresse éternellement. Incessamment nous venons vers vous, vous entourant. Nous vous invitons à ne pas donner de l’importance en s’identifiant à cette partie de vous qui est voilée par la fatigue.

Comprends la fonction des graines de lumière. Vous allez dans les zones sombres pour semer la lumière. Il faudrait ne jamais oublier cela, car la perspective change, n’est-ce pas, si l'on se souvient que l’on a choisi d’aller dans les zones sombres pour y semer la lumière.

Il ne s’agit pas d’être victime, mais d’avoir choisi de s’insérer dans des lieux denses pour être témoin de légèreté. Il ne s’agit pas d’être victime, mais de vivre en conscience la beauté de ce choix, de se souvenir même au creux de ce qui semble être fatigue.

Être pleinement offert à son intention profonde. Sans parler de thèmes très grands, très vastes, la simple intention d’être présence de lumière, chaque jour au quotidien. Être en contact permanent avec cette intention.

Au moins le matin avant d’aller dans ton lycée, dans ton établissement, dans tes rues, se rappeler avant de quitter la maison "Pourquoi y vais-je ? Quelle est ma fonction ?" Non un simple enseignement de surface, être témoin de bonheur, témoin de lumière.

Sais-tu le nectar qu’ont bu tes élèves chaque jour dans ta présence, malgré la fatigue, malgré leur errance, malgré leur dispersion, malgré leur manque d’intérêt ? Un autre niveau. Tu les nourris dans ce niveau.

Cela n’empêche la nécessité de garder un temps vital. Il faut savoir se démarquer des modes de vie erronés. Il faut savoir oser choisir autrement, restant flamme de lumière fidèle à son choix d’aller semer des graines dans les zones denses, et faisant d’autres choix qu’il est possible d’insérer si l’on se démarque.

La foule aveugle court, se nourrit mal, se repose mal, s’étourdit de bruits ; quelques sages choisissent autrement. Il faut savoir se démarquer. Cela est d’autant plus vital maintenant dans cette période où tout semble turbulence, particulièrement dans les zones denses.

La transition, l’ouverture, implique pour certains des zones volcaniques, et les éruptions abondent. Au milieu de l’éruption, vous restez rênes de lumière.

Il faut savoir se démarquer, gérer son quotidien différemment, gérer sa nourriture différemment, gérer son repos différemment. Faire d’autres choix, le choix de vitalité. Cela n’a jamais été aussi vital.

Grave dans ton cœur que même lorsque la fatigue semble voiler tes perceptions, nous sommes là, car pour chaque graine de lumière il est des cohortes angéliques éternellement présentes. Tu serais étonnée du nombre d’anges qui fréquentent ton établissement scolaire. Offre-leur ton attention.

 

 

Message de Marie reçu par Agnès Bos-Masseron le 7-6-14

La mère reste rivée sur la beauté de l'essence de son enfant.

 

La mère a guidé l'enfant avec l'intention la plus belle. L'enfant grandit et mûrit. La mère offre l'enfant à l'univers. L'enfant-homme prend les dons de sa mère, prend le don de la vie.

En cela est une passation. La mère ne porte plus la vie de l'enfant. L'enfant-homme choisit de porter sa vie.

La relation mère-enfant se transforme alors. La mère reste rivée sur la beauté de l'essence de son enfant. Dans son cœur, elle anime la beauté de l'essence de cet enfant. Le rencontrant, elle exprime la beauté de l'essence de cet enfant.

La mère est ouverte au partage, l'enfant-homme initie le partage. La mère a lâché prise, l'enfant-homme tient les rênes de sa vie.

L'enfant-homme peut choisir de partager, de demander inspiration. La mère inspire par le silence. La mère n'inspire verbalement que lorsque l'enfant-homme la sollicite. La mère reste pilier d'amour, de confiance, de rayonnement de joie. La mère a lâché prise.

Après la passation, l'enfant-homme doit prendre les rênes et guider lui-même sa propre vie. La mère comprend qu'après la passation, elle n'a plus à le faire. Elle reste pilier d'amour, d'inspiration. Elle reste soleil de confiance, rivée sur l'essence de son enfant.

L'enfant-homme choisit de demander de l'aide ou de ne pas le faire. La mère attend que l'aide soit demandée pour l'offrir. Elle reste pilier d'amour, de joie, de confiance. Elle reste rivée sur l'essence de son enfant.

Nul ne peut façonner la vie d'un autre. Lorsque l'enfant est enfant, la mère accompagne le façonnement de son individualisation. Là déjà, il ne s'agit que d'un accompagnement. L'implication est plus intense. Après la passation, il n'y a plus d'implication. L'accompagnement est généreux, chaleureux, inspirant. L'enfant-homme tient les rênes de son existence.

La plus belle façon d'aider l'enfant-homme à s'épanouir, est d'admirer déjà l'épanouissement de ses potentialités. La plus belle aide est dans la visualisation. La visualisation et la présence concrète d'amour inconditionnel. Quelle que soit l'apparence, la mère offre le don de rester rivée sur la perfection de l'essence de son enfant. C'est cela l'amour inconditionnel.

 

 

Message de Sanat Kumara reçu par Agnès Bos-Masseron le 20-5-14

Le choix de pureté par chaque être est le moteur faisant basculer l'humanité.

 

Connaissez-vous la splendeur de l'être humain ? C'est vers cela que tend l'humanité. Il est vrai, il est l'unification des traditions, il est l'intensité de rayonnement. Il y a les dons qui sont ramenés. La base pourtant reste l'application concrète par chacun, chaque être pleinement conscient qu'il est la totalité du vivant et qu'il ou elle est guide pour l'ensemble de l'humanité.

Vous le savez, la grandeur n'est pas question de grands actes mais d'attitude. Certains ont essayé de faire croire à des histoires fantastiques que serait cette transition. Le fantastique a pour base le retour à l'application de la simple grandeur de l'être humain, dans chaque moment. Il est temps que l'humanité comprenne qu'il n'y a ni avant ni après. Cessez d'attendre un après, ce moment où l'harmonie serait tombée sur terre et où tout serait devenu rose. Créez le rose. Le rose, vous le savez, est l'inconditionnel de l'amour. Créez le rose dans chaque parcelle de quotidien, à travers chaque action, chaque attention, chaque parole, chaque pensée. Ainsi vous ouvrez la porte à des intensités insoupçonnées.

N'oubliez pas, l'attention très grande et très soutenue à la qualité des aliments que vous absorbez, à la qualité de l'eau que vous buvez, à la qualité des pensées, à la qualité des paroles, à la qualité de la pureté que vous offrez à votre existence.

Il n'y a ni avant ni après. La pureté ouvre toutes les portes. Le choix de pureté par chaque être est en soi le moteur faisant basculer l'humanité. Chaque être, la totalité du vivant, chaque être se sachant guide pour le collectif de l'humanité. Concrètement, être le oui vivant.

Nous vous saluons.

 

 

Message de Sanat Kumara reçu par Agnès Bos-Masseron le 16-5-14

Les dimensions fondent.

 

Beaucoup l'on dit, plus encore l'attendent, le grand retour. Les dimensions fondent, du moins pour ceux et celles ouverts au lâcher-prise des croyances, des compartimentations. Les dimensions fondent.

Si l'on voulait jouer à l'échelle du temps linéaire, jamais le rayonnement n'a été aussi intense. Heureux ceux et celles qui s'arrêtent pour se rassembler en leur centre et s'ouvrir. Ouvert, offert.

Vous vous souvenez de l'invitation, l'attention tout offerte à la présence, l'attention tout offerte à la verticalité de l'énergie qui traverse le corps, le corps ouvert à l'infini. Dans l'au-delà du temps et de l'espace, être le vivant. Ceux et celles qui font ce choix, reçoivent l'infini des dons de rayonnement.

Et vous le savez, le rayonnement est d'autant plus intense pour ceux et celles qui savent que recevoir le rayonnement nécessite être rayonnement. Il est vrai, l'humanité entière reçoit. La plupart vivent encore dans ces modes de pilotage automatique où l'on attend passivement que quelqu'un, peut-être d'une autre planète, vienne élever la terre ou effacer d'un coup de baguette magique ou de gomme magique, toutes ces traces créées par la pesanteur humaine.

Il est vrai, la plupart attendent passivement. Heureux ceux et celles qui acceptent de retrouver les modes d'incarnation permettant d'être ouvert, offert, d'être rayonnement. Pour ceux-là, les dimensions fondent. Cela n'a jamais été aussi réel.

Il est vrai, les deux plans. L'au-delà du temps, l'éternel maintenant et la perfection de chaque être. Et parallèlement et simultanément, le jeu du temps, le jeu de ce grand retour, le jeu de l'alignement. Heureux ceux et celles qui vivent ce jeu avec passion et qui acceptent les modes du jeu : recevoir est donner, et donner recevoir. Ce qui est vrai à l'échelle humaine, l'est à l'échelle cosmique, recevoir est donner et donner est recevoir. L'échelle cosmique, la fraternité.

Unique l'intensité des dons dans ce moment de maintenant, unique l'ouverture. Heureux ceux et celles qui acceptent de se poser, de se centrer, de s'ouvrir et de s'offrir.

L'on pourrait dire que, dans le jeu du temps linéaire, il est bien des niveaux d'ouverture et qu'à chaque niveau d'ouverture correspond l'intensité de rayonnement. L'on ne peut forcer les portes qui ne veulent que rester entrouvertes. L'on ne peut forcer un mental ou des émotions qui acceptent d'entrevoir un peu un autre monde, tout en gardant les anciens modes.

Nous aimons accompagner pour l'ouverture à l'infini et redonner les modes de l'incarnation. Nous l'avons dit, l'amour est la clef maîtresse. L'union de l'intention et de l'attention sont les clefs maîtresses.

Être présence est la base. De par la simple loi que donner est recevoir et recevoir est donner, donner implique être présence, être ouverture. Que signifie être présence ? Être éveillé, permettant à l'au-delà de sa propre clarté de se manifester infiniment, éternellement, allant rencontrer cet au-delà par la puissance de l'attention unifiée.

Il est réel, pour ceux et celles qui acceptent d'être ouverts, offerts, les dimensions ont fondu. Il est aussi réel que l'invitation est d'actualiser cet autre mode de fonctionnement correspondant à l'au-delà des dimensions, cet éternel maintenant où l'être est pleinement créateur de sa réalité, vénérant son corps comme le temple de l'infini, offrant les croyances dans les limites.

L'heure est venue de "tout est possible". La plupart cependant ne comprennent pas que la seule magie est celle de la présence, de l'éveil. Le "tout est possible" ne se manifeste pas à travers une attente passive. L'heure est venue du grand éveil, et selon la ligne du temps linéaire, cela n'a jamais été aussi actuel.

Bien des courants sont offerts, des rayons sont unifiés. Des cristaux s'éveillent, reflétant l'union des rayons. La structure de la terre s'harmonise, s'alchimise.

Être le créateur de sa réalité, cela implique retrouver en conscience la puissance du verbe, la puissance de l'intention et de l'expression. La base est d'unifier les courants d'énergie.

 

 

Message de Sanat Kumara reçu par Agnès Bos-Masseron le 11-5-14

Chaque être contient la totalité de la mémoire de perfection.

 

Se nourrir à la mémoire de la simple grandeur de l'humain.

Vous le savez, l'on peut parler sur deux plans. Sur le plan du temps linéaire, à l'origine, l'harmonie parfaite. A travers toute la terre, une civilisation fraternelle, unifiée, honorant la perfection de la vie à travers son incarnation, honorant la perfection de la vie à travers la perfection de sa structure physique. La fraternité des Immortels.

Et selon la courbe du temps, sont entrées les croyances dans les différences. Et l'humanité a oublié que l'unicité peut être vécue au sein du un, et que l'humanité peut être une race unie, la race du cœur, chacun exprimant l'unicité de son lieu de vie, de sa culture, tout en préservant cette évidence que l'humanité est une seule race. La fraternité du vivant, chacun honorant cet autodépassement naturel à la vie.

Au fil de cette apparence du temps, l'humanité a commencé à placer ses croyances sur les divergences, et à perdre l'évidence de la perfection de la vie. Voulant conquérir l'évidence, l'ego s'est cristallisé, et est née la croyance de devoir conquérir ce qui semble l'impossible. Et au fil des croyances, se sont cristallisées les énergies et la mémoire fut perdue.

Au fil de ces temps, la fraternité des Immortels, du Un, a murmuré l'évidence. Au fil du temps, leur voix s'est fait toujours plus entendre. L'heure est venue du grand retour. Retrouver cet art de l'incarnation. Tout est ouvert, tout est offert.

Il est sur terre un nombre de crânes portant une fraction de la mémoire. Il en est un nombre très rare portant la totalité de la mémoire. Cette civilisation que beaucoup nomment atlante - et quel que soit le nom, peu importe – préserve cette mémoire. Crâne de lumière. Et ce crâne ancre son énergie dans quelques points rares de la surface de la terre, et ces points s'organisent en géométrie sacrée. Heureux ceux vivant dans ces lieux, heureux ceux venant se ressourcer dans ces lieux.

Déposer les appartenances aux enfermements pour retrouver la seule appartenance à l'ouverture totale. Retrouver ces codes pour qu'ils s'éveillent et s'animent dans la structure humaine.

Comprenez bien, personne n'a besoin de communiquer quoi que ce soit à personne, chaque être contient la totalité de la mémoire de perfection. Et pourtant, certains courants d'énergie, certains temples-mémoire, animent les codes, les réveillant pour que la physiologie s'ouvre et s'organise à l'échelle de l'ouverture.

Nous aimons offrir l'accompagnement permettant de comprendre et d'appliquer les modes de comportement sous-jacents à l'ouverture.

Voyez les deux plans. Sont éveillés les codes de perfection, est éveillée la structure au niveau le plus fin de la physiologie permettant d'intégrer ces codes de perfection, et redonner l'art du comportement permettant d'incarner ces codes. Car chaque être est créateur de sa réalité.

Honorer le silence. Honorer le silence est honorer la terre. A l'origine, la terre est planète-harmonie. L'humanité peut mesurer l'étendue de l'amour de la terre qui a servi de berceau pour bien des expériences résultant de croyances dans la divergence. La terre à l'origine, planète-harmonie. L'humanité voudra-t-elle bien honorer la terre dans sa dimension immaculée ?

Infinie est la beauté de la terre. Rendre hommage à travers chaque acte, chaque geste, chaque pensée, chaque parole. L'on pourrait dire que créer est s'aligner à l'élan de perfection qu'est la vie.

Dans certains points très rares, sont éveillés les codes. Ces points résonnent en géométrie sacrée et nourrissent la structure du globe.

 

 

Message de Deydas Chi reçu par Agnès Bos-Masseron le 6-5-14

Sur terre, quelques rares points de rayonnement servent d'ancre.

 

Vous le savez, les traditions s'unissent. Ce qui, dans l'histoire du temps, a été la tradition unifiée, source de toutes les traditions, réapparaît, pourrait-on dire.

Sur terre, quelques rares points de rayonnement servent d'ancre. Très rares sont ces points. Et de ces points, le don est offert à chaque point de la terre.

Il est important que quelques ancres solides s'offrent pour que l'énergie soit diffusée et librement donnée. Bénies sont ces ancres.

De par cet éveil à cette autre intensité, tous les dons trouvent une autre intensité. Heureux ceux qui savent accepter les dons. Et de l'intensité de ces dons, coule une autre intensité de dons pour la terre, bien au-delà de ceux qui reçoivent les dons.

Voyez, le plan est magnifique. Dans le silence, quelques rares points qui ont choisi de s'offrir ou de s'ouvrir, servent d'ancre. Bienheureux ceux qui viennent directement boire à l'énergie de ces lieux. Bienheureux chaque être sur la terre de par l'intensité de l'énergie offerte par ces lieux. Car cette énergie élevée accroît l'intensité de tous les dons.

Rester offert au silence, rester dans la simplicité, tendu vers l'unité. Rester dans la simplicité du feu d'adoration.

Ainsi tous les dons prennent une autre intensité. Les dons opèrent à des niveaux toujours plus subtils. Il s'agit de recoder, retrouver le sens vrai de l'harmonie. L'harmonie est ouverture à la perfection.

L'humanité ne mesure pas la beauté de ce que l'on peut nommer ce recodage. Accompagner ces dons d'une intention d'ouverture totale, de simplicité totale, de joie totale. Rester focalisé sur l'essentiel. Simplifier. Intensifier la joie. Intensifier l'attention est toujours juste et louable.

Le Frère Deydas Chi exulte.

 

 

Message de Marie reçu par Agnès Bos-Masseron le 4-5-14

Le chaos créé par l'humanité n'est que surface.

 

Marie parle au nom des Gardiens de la Flamme :

Les traditions s'unissent dans ce qui semble être l'ébauche de ce retour à l'harmonie. La fraternité des Immortels qui est à l'origine de toutes les traditions, de tous les courants de sagesse, cette fraternité directement offre son rayonnement.

Les Fauteuils[1] sont des portes, et ces portes maintenant s'unissent à d'autres portes vitales de rayonnement, sources de la mémoire éternelle de perfection, réceptacles de la mémoire de la grandeur de l'être humain, cet être qui incarne le chant du cœur.

Le souffle vous aide à actualiser l'évidence que Je Suis le silence que Je Suis, silence, plénitude, amour, ananda. Être infiniment offert, infiniment ouvert. Alors, le chant du cœur se révèle. Le sous-produit est le flot spontané de dévotion.

Il est bon de comprendre que l'on ne peut animer la dévotion depuis l'agitation mentale. Il est vain qu'une personne qui n'a pas discipliné les mouvements intérieurs, qui n'a pas réharmonisé les courants d'énergie, aspire à animer la dévotion. L'on peut alors animer la surface d'une apparente dévotion. La dévotion dans sa nature est la nature de la vie, la dévotion dans sa nature est ce que Je Suis, est ce qu'est l'Être.

Cette fraternité unifiée des Immortels honore la dévotion comme le trésor le plus grand, honore la dévotion comme la vie elle-même.

La relation entre la vibration de la terre et celle des êtres humains est très profonde.

Il est plusieurs niveaux de compréhension. Au plus ultime, l'être humain crée la vibration de la terre à l'image de sa propre vibration, puisque la création n'est que la projection de celui qui la perçoit. A d'autres niveaux, il est une synchronie, ou pourrions-nous dire une symphonie, qui est la vibration cosmique. Nous entendons par cela la vibration du cosmos. Et dans cette symphonie, chaque être dans sa place parfaite, résonne, vibre, chante en harmonie et en résonance avec tout le reste de la création.

L'on ne pourrait isoler la vibration de la terre de celle des autres humains. L'humanité a bien tenté de faire cela, considérant la terre comme un objet inanimé, oubliant la profondeur de la conscience de l'Être-terre. Mais même si la terre ainsi malmenée, a vu sa vibration s'altérer dans la surface de son expression, l'Être-terre reste en résonance profonde avec chaque être vivant sur la terre.

Il serait impossible de vivre sur la terre si cette résonance ne vibrait pas à un niveau très profond. Il serait impossible pour l'humanité de s'élever sans l'élévation simultanée de la vibration de la terre. La relation est très intime. La terre offre un berceau pour l'existence humaine. La terre protège. La terre nourrit. La terre vibre à un niveau de résonance en harmonie totale et parfaite avec celle des êtres humains.

Le chaos créé par l'humanité n'est que surface. Et n'oubliez pas, chaque être humain est multidimensionnel. Cela signifie concrètement qu'à un niveau, holistique, subtil, chaque être humain est en relation directe avec l'Être-terre, relation de respect, de fraternité, d'unité. . Le chaos créé par l'humanité n'est que surface, même s'il est vital pour l'humanité de réaliser que la création de ce chaos crée un déséquilibre profond  et n'appartient pas au plan initial. Le plan initial est la pure harmonie d'êtres qui ensemble vibrent et chantent la dévotion, l'adoration offerte à l'au-delà de l'Être, cet éternel au-delà inhérent à la nature de l'Être.

L'heure est venue pour la fraternité de se rassembler car à travers ce rassemblement, une énergie est infusée qui accroît l'ouverture intérieure pour que soit intégrée, assimilée, l'intensité du don vibratoire.

Pendant longtemps, des milliers de courants ont offert les dons à la terre à travers des milliers d'expressions différentes. L'heure vient de la grande unification. L'heure vient de se positionner dans l'au-delà des différences et de recevoir directement l'élévation vibratoire pour que s'intègre cette autre fréquence et que, de cette fréquence, découle un autre mode de fonctionnement aligné au chant de la vie, concrètement.

Au moment juste et opportun, seront redonnés les codes. Il est fondamental d'intensifier la joie. Il est fondamental de se rassembler par l'intention, par l'attention, et même physiquement.

Le don du Fauteuil et des Instruments a été apporté initialement par cette fraternité unifiée, fraternité d'harmonie. A ces dons, s'unissent les réceptacles des mémoires de l'éternelle sagesse pour que les codes s'éveillent, s'animent, résonnent au sein de la physiologie et créent une autre structure. Sacrée est la structure de la physiologie humaine, parfaitement identique à la physiologie du cosmos, parfaitement identique à la physiologie du Sans-visage.

Se nourrir des dons de la terre. Être ouvert, offert. Nous vous saluons.

[1] Voir le site www.fauteuildelumiereascensionnelle.com

 

 

Message de Sanat Kumara reçu par Agnès Bos-Masseron le 29-4-14

​Les traditions s'unissent​.

 

Une énergie sans cesse accrue traverse la terre. Les traditions s'unissent. Et s'accroît la puissance de ces lieux qui sont les vrais piliers de la terre. Car la terre a des piliers qui la traversent et à travers lesquels sont déversés les courants les plus puissants d'énergie, d'amour, de lumière.

Pour déverser ces courants, les traditions s'unissent. Et plus s'ouvre la porte, et plus intense l'union des traditions. Les fraternités les plus pures, les plus originelles, veillent et offrent leur rayonnement de lumière, de sagesse, d'amour.

Pour ceux et celles qui sont prêts, il est vital de recevoir la puissance de rayonnement pour que s'élève la structure corporelle à une telle intensité permettant de réharmoniser, de restructurer, de recoder à travers ce rayonnement puissant, ce qui se produit pour l'ADN.

Le cœur, l'amour, reste la clef maîtresse. Et tel un feu qui s'élève, une immense résonance traverse la terre.

Les intensités vibratoires s'attirent. Ainsi se retrouvent et s'unissent les courants des traditions pour concentrer leur rayonnement à travers ces piliers.

Ceux unis à ces lieux reçoivent le rayonnement, même s'ils ne sont pas en permanence présents dans ces lieux. La connexion faite défit l'espace. Et pourtant, pour que la connexion se fasse, il est vital ponctuellement de revenir dans ces lieux.

Les traditions se rassemblent. Les traditions les plus anciennes, les plus originelles, offrent la plénitude de leur rayonnante présence. La fraternité humaine, la fraternité des Immortels. Dans leurs cellules, le chant de la simple harmonie, cette simple harmonie qui est pure adoration, qui honore le tout.

Les anges servent la fraternité des Immortels. Et les anges et tous les corps célestes unissent leur rayonnement pour honorer ce rassemblement, cette union, cette unification, où les courants les plus purs, les plus originels, s'unissent.

Ceux qui s'exposent régulièrement par leur présence physique à la puissance de rayonnement de ces lieux – et ces lieux sont très rares sur terre – en sont ensuite comme des phares.

Cela en soi est un don. Venir se ressourcer à ces piliers de lumière pour retourner ensuite dans les villes, dans les régions, rayonnant comme un phare, l'unicité de l'énergie et de la puissance.

L'invitation alors est d'harmoniser au maximum tous les courants de sa vie quotidienne, de simplifier et de s'unir à cet immense bonheur qu'est l'évidence de la fraternité immortelle.

Si l'on voulait parler du cours de l'histoire, c'est cette fraternité qui a inspiré, qui a servi de base et de fondation aux plus beaux courants spirituels, philosophiques de l'humanité. Les écoles de sagesse ont leur source dans cette fraternité. Et ce qui a semblé, au cours de la linéarité du temps, être une diversification des expressions multiples, des élaborations multiples, retournent vers une grande convergence, un rassemblement, retrouvant l'évidence de la simple adoration du un.

Ainsi se boucle ce qui semble être la boucle du temps dans l'au-delà du temps. D'une fraternité unifiée, immortelle, sont nés des courants multiples qui maintenant s'unissent.

Puissante est l'énergie du rayonnement de cette union. Accompagner l'ouverture à ce rayonnement, d'un amour infini offert au silence, à son au-delà.

Accompagner l'ouverture à l'intensité de ce rayonnement par une ouverture totale intérieure. Être le oui vivant. Oui à l'infini bonheur d'être la vie. Oui à l'infini bonheur d'être adoration.

Les traditions s'unissent, et dans quelques rares points de la terre est offert le rayonnement. Les liens énergétiques qui unissent ces points forment le temple de l'énergie sacrée. Vient l'heure de l'unité. S'harmoniser à cette unité en harmonisant ses propres courants intérieurs et les avenues, les expressions de sa vie.

Vitale est l'attention à la structure corporelle. Pour porter ces courants d'union et pour s'accorder comme un instrument qui s'accorde à la divine harmonie, vitale est l'attention offerte à la structure corporelle. Intensifier la vitalité de vos corps, pour une grande part grâce au souffle. Egalement dans la mesure du possible, étendez à permettre au possible de s'autodépasser par un dynamisme accru.

Vous étendrez ce dynamisme également aux facultés intellectuelles. Accroître l'ouverture alerte et vigilante, la réceptivité.

Comprenez, plus vous sortez de l'indolence et plus vos canaux de réceptivité sont ouverts.

Ce que vous nommez les civilisations d'harmonie et particulièrement peut-être la fraternité des Immortels, honorent la vitalité exprimée, honorent le mouvement. La vie est une danse.

Le mouvement physique, intellectuel, spirituel, créatif. Ceux qui le peuvent accroissent le dynamisme du mouvement corporel. Tous choisissent d'accroître le dynamisme du mouvement de l'esprit, du cœur, de l'élan créatif. Être éveillé, passionné. Ainsi vous accroissez vos canaux de réceptivité.

Vous le savez, n'est-ce pas, l'heure n'est plus à l'indolence. L'heure n'a jamais été à l'indolence. Il est vital, en ce moment d'éclosion de l'éveil, d'accroître le dynamisme sur tous les plans. Quel que soit votre mode d'existence quotidienne, accroissez votre dynamisme par dix ou cent, chacun à sa mesure, chacun selon la voie qui correspond à son vécu.

Ne laissez aucun moment de passivité. Ainsi vous vous mettez dans un état de réceptivité permettant de faire des reprogrammations ou de recoder vos structures intérieures avec une vitesse et une intensité insoupçonnées.

Car vous le savez, les deux plans simultanés. Vous êtes des êtres de perfection éternels, et simultanément vous vous éveillez concrètement à l'intégration de cette évidence de perfection dans vos quotidiens.

Accroissez le dynamisme. Ne laissez aucun moment à l'indolence ou au manque de conscience. Soyez le mouvement dans tous les plans de votre existence.

Et au sein du dynamisme et au sein du chant, quelle que soit la forme de ce chant, que le chant soit chanté par la bouche ou le cœur, ou même au travers des yeux qui s'émerveillent, au cœur du chant, adorez le silence.

Rassemblez-vous comme vous le faites maintenant. Rassemblez-vous de cœur à cœur, des moments dans le quotidien où en conscience vous savourez l'union de cette fraternité, vous tournant vers elle, cette fraternité dont vous connaissez les visages humains, cette fraternité dont vous connaissez les visages lumineux, et la fraternité des Immortels, la même fraternité.

Soyez précautionneux. Veillez à quelles énergies vous vous exposez, tout en étant pleinement et joyeusement offerts à la vie. Soyez précautionneux. Veillez à la qualité des aliments que vous offrez à vos corps, veillez à la pureté de l'eau. Veillez à la pureté des sentiments. Veillez à la pureté des paroles. Honorez l'harmonie comme un trésor.

Nous vous ramenons bien des dons, intensifiez l'usage de ces dons.

Veillez à maintenir en permanence un état de joie profonde, gratuite. Veillez à être l'éternelle gratitude, ainsi vous ouvrez les canaux de réceptivité. Ouvrant les canaux de réceptivité, vous ouvrez d'autres potentialités d'être le don vivant, concrètement à travers votre structure physique.

Comprenez-le, quel que soit votre mode quotidien, où que vous habitiez, si vous retrouvez le mode de vie ouvrant pleinement vos canaux de réceptivité, vous ouvrez pleinement votre potentialité d'être le don vivant. Et peu importe si vous êtes à l'intérieur de murs ou sur une place publique entourés de milliers, celui, celle qui accroît sa potentialité d'être le don vivant offre le plus beau don à l'humanité.

Les traditions se rassemblent. La fraternité immortelle offre son énergie à la terre à travers quelques piliers.

Adorez le silence. Adorez cet éternel au-delà.

Nous vous saluons.

 

 

Message de Babaji reçu par Agnès Bos-Masseron le 26-4-14

 

L'on pourrait tenir deux langages. L'avancée dans la lumière pour retrouver l'évidence de la perfection de l'Être, de la perfection de la vie, de la perfection que Je Suis. Cela implique tout déposer, de vieux poids qui semblent dormir, des carapaces, des faux-semblants, des armures, des personnalités forgées sur la base d'une croyance qu'il faut se protéger pour retrouver la simple grandeur de son essence et s'offrir totalement à sa propre beauté.

Pour ceux et celles qui ont l'intention de tout déposer, de tout offrir, l'aide est offerte de bien des façons. Quelquefois, l'intériorité révèle la beauté de l'Être, quelquefois l'intériorité amène à se dépouiller.

A l'heure de maintenant, l'humanité connaît bien ces deux phases. Beaucoup parlent de transition, beaucoup parlent d'élévation de la planète, oubliant l'implication de cette élévation.

Il est certains fardeaux que l'on ne peut traîner plus longtemps. Il est certaines habitudes qu'il est bon de déposer pour vivre maintenant ouvert, offert.

Quelle que soit la phase, que l'intériorité amène la découverte de sa propre beauté ou que l'intériorité amène des fardeaux exposés que l'on dépose ou un dépouillement, se souvenir de l'intention profonde de ce que l'on connaît comme cette phase de transition, et de l'intention profonde de chaque être dans ce processus d'incarnation.

Se révéler à soi-même pour se rappeler la simple beauté et la simple bonté d'être le vivant, quittant les croyances dans les limites et quittant surtout cet immense paradoxe, d'un côté l'on veut avancer ou l'on sait que Je Suis l'Être de perfection que Je Suis, et d'un autre côté l'on s'accroche à ce confort illusoire du non dépouillement.

Pour beaucoup, le médiocre est un confort. S'élancer avec la passion de l'amour pour se retrouver vrai, merveilleusement vrai, authentique à sa propre bonté.

Et qu'est-ce que la bonté ? La bonté est cette transparence de la perfection de la vie qui sait n'offrir que le bon et beau à travers le rayonnement de son incarnation. La bonté est cette transparence qui sait l'illimité de la vie, et sait transcrire et rayonner cet illimité jusque dans le fonctionnement de son corps pour qu'à travers le simple fait d'être vivant et d'être incarné, il soit rendu hommage à la simplicité du divin.

Nous écoutons la profondeur des intentions et y répondons. La réponse quelquefois ne semble pas adéquate avec le brouhaha de surface. Il est quelquefois nécessaire de bousculer le brouhaha pour que réapparaisse la sereine paix d'être la simple bonté de la vie.

Notre intention est de vous accompagner dans le concret de l'incarnation pour que cesse le paradoxe, savoir d'un côté son aspiration profonde et vivre son quotidien coupé de cette aspiration profonde.

Nous aimons vous accompagner pour réunifier tous les aspects et retrouver l'art de l'incarnation.

Nous vous saluons.

 

 

Message de Deydas Chi reçu par Agnès Bos-Masseron le 15-4-14

 

La délicatesse de la transition vous invite à être ancrés comme les rocs, ouverts comme une fleur épanouie qui reçoit les rayons du soleil.

Comprenez, ce n'est pas que la turbulence prédomine, mais plutôt que l'élévation énergétique permet de réaligner, d'affiner, de purifier. L'importance n'est pas à donner à ces signes de purification mais à l'ouverture à la lumière du soleil.

L'humanité a souvent l'attention mal placée. Dès qu'apparaît un symptôme semblant indiquer un réalignement ou une purification, l'humanité a tendance à mettre toute son attention sur le symptôme qui alors s'amplifie. Garder l'attention sur accroître l'épanouissement de la fleur, et offrir toute l'attention au soleil qui vient la nourrir.

Il est primordial de renforcer les corps. Il est primordial de reposer vos corps. Changer le rythme. Il est primordial de vous unir, de vous rassembler autant que vous le pouvez. Dans ces rassemblements d'êtres unis autour d'une même intention, s'opère un réalignement, non seulement pour les êtres mais pour toute la planète. La planète ainsi est aidée pour basculer vers cet autre niveau de fréquence. ..

Le primordial est d'offrir toute votre attention à l'ouverture. Le primordial est d'élever la fréquence de vos corps par l'attention offerte à la lumière. Le primordial est d'apprendre à ne plus nourrir des énergies qui ne sont pas la vie.

L'invitation est d'être pilier et uni, d'être une seule vague, un courant de puissance lumineuse, en choisissant de nourrir maintenant l'énergie du bon, du beau, du juste, lâchant les habitudes. L'humanité devrait comprendre que la souffrance n'est que le résultat d'une habitude, l'habitude de placer son regard sur une fréquence qui enferme, l'habitude d'animer par la parole des énergies qui ne correspondent pas à l'intention profonde de son cœur, l'habitude de nourrir son corps d'une nourriture qui ne correspond pas à l'intention profonde du corps.

Il est beau que tous les courants s'unissent.

L'on pourrait dire que le monde mental, avant de s'écrouler, essaie de planter les derniers crampons. Choisir la fluidité.

Souvenez-vous, Deydas Chi est éternellement prêt à assister. Deydas Chi aime partager le don de l'amitié, être appelé pour les partages de joie, être appelé pour aider.

Deydas Chi vous remercie.

 

 

Message de Babaji reçu par Agnès Bos-Masseron le 12-4-14

Les enfants ne savent-ils pas poser en un instant tous les poids devant la simple beauté d'un éclair de vie ?

 

Quelles que soient les situations, les relations, adopter l'innocente neutralité d'un nouveau-né qui s'émerveille. Car l'être nouveau-né ne perçoit que la beauté du plus sain. C'est cela, n'est-ce pas, l'innocente neutralité. Ne plus entrer en relation avec la vie depuis les points de vue, les concepts, les jugements, les a priori. Ne pas projeter une couleur, quelle que soit la couleur, sur l'innocente transparence.

L'invitation s'applique à l'art de la vie. L'invitation s'applique aussi à l'art de l'amitié, car l'amitié est un art. Être ouvert, pleinement offert à la divinité de l'ami depuis l'innocente transparence, sans induire la moindre trace de jugement, d'a priori, le regard rivé sur l'innocente transparence, le regard rivé sur la divinité de l'ami.

Cela n'empêche pas l'art de la relation, de l'échange, l'art même du positionnement. Le positionnement se fait au sein de l'innocente transparence. Le positionnement n'est plus déterminé par quelque a priori, par quelque compréhension colorée par quelque concept ou croyance où l'on croit détenir le vrai et l'on défend le vrai. Le vrai est l'innocente transparence. Le vrai est le divin reconnu dans chaque bribe de création.

L'on dit que j'ai ramené l'art de l'action-dévotion. C'est cela l'action-dévotion, sur la base de l'innocente transparence, reconnaître le Divin et tout Lui offrir en jaillissement de joie. Car éternelle est la joie de la vie, loin du sérieux des jugements et des a priori, où cela devrait être comme l'on croit que cela devrait être. Et cela n'est jamais comme l'on croit que cela devrait être, et l'énergie se crispe. Se fondre dans ce torrent d'amour-silence.

Ne plus baser son comportement sur les croyances. Être écoute du chant du cœur, et dans cet éternellement nouveau qu'est le chant du cœur, est le juste milieu. Ne pas porter ce soi-disant poids du soi-disant passé, ne pas projeter les soi-disant poids du soi-disant futur. Maintenant, être le feu de l'union, car le feu de l'amour est le feu de l'union, le feu du un.

Certaines croyances ou certains fardeaux illusoires voudront peut-être faire croire qu'ils pèsent encore et empêchent ou voilent, l'invitation est à la dévotion. Lorsque viennent ces soi-disant croyances, soi-disant savoirs ou soi-disant fardeaux, étreignez-les de la puissance de la joie. C'est cela la dévotion. La dévotion n'est pas d'adhérer à un fardeau de passé et de viser à offrir une bribe de soi à quelque divin, quelque part enfoui au cœur du cœur, la dévotion est le choix conscient, permanent et éternel d'offrir l'étreinte de joie, ananda. Le corps alors est flamme vivante.

Il en est de même pour l'expérience de vie. Vous vous souvenez, l'une des bases est de simplifier. Simplifier à bien des niveaux, simplifier vos quotidiens, vos rythmes, simplifier vos encombrements, simplifier vos croyances et vos attachements, simplifier vos regards.

Ne pas approcher la vie du bout de son champ d'énergie depuis les préjugés, des attentes ou des savoirs, étreindre la vie, et étreindre ces mêmes croyances qui murmurent de soi-disant impossibles ou de soi-disant pas encore, "un jour peut-être, n'est-ce pas, je serai grand". Il n'est pas question de grandir, mais de retrouver l'éternelle innocence.

Voyez, une autre spirale, la spirale descendante des croyances qui enferment, des préjugés, des a priori, des savoirs carrés, des poids que l'on croit ne pas pouvoir lâcher ; la spirale ascendante du choix maintenant d'être dévotion.

Être dévotion est étreindre la puissance de la joie. Être dévotion est être relation, rencontrer par l'attention avec tendresse et vénération la joie, rencontrer avec tendresse et vénération le silence, le plein, non par une expérience qui ne serait qu'un reflet ou une autre boîte, mais depuis cet infini.

N'oubliez pas, tout en étant les êtres de perfection que vous aspirez à devenir, vous êtes aussi des aspirants. Dans le point de neutralité innocente, la vision est vaste, holistique. Tout est inclus. Vous regardez encore les situations depuis un angle seulement. Vous vous accrochez à cet angle, oubliant que l'art de la relation est d'être ouvert au plus holistique.

Il est vrai, votre vision s'élargit, ne pas prendre une vision plus large pour la vision vaste et holistique. Ainsi, par intention de service à l'authentique, vous déposez les a priori, les croyances ou les jugements, et vous tournez vers l'innocente transparence, le juste milieu. Ainsi vous honorez la vie. Là vous offrez le poids de l'attention, là est votre ancre. Et lorsque surgissent de vieux masques ou de vieilles croyances, étreignez-les dans la puissance de la joie par dévotion.

Il est réel que la joie s'anime par de simples jeux, il est réel que rien ne peut barrer l'accès à la joie, sauf l'entêtement qui fait s'accrocher à de vieux modes de comportement, de vieilles croyances ou de vieilles compréhensions. Ainsi vous vous autonourrissez.

Simplifiez. Simplifiez la relation de cette partie qui se croit encore personne, avec sa propre transparence. Simplifier peut se faire en entrant dans le mode du jeu. Jouer pleinement le jeu de la joie, non cette joie conditionnelle, mais ananda.

Ne retenez rien. Acceptez d'être l'étreinte de joie offerte à chaque situation de vie. Acceptez d'être le regard rivé sur le juste milieu, l'innocente transparence. Et riez de ces masques qui voudraient vous faire croire que peut-être il reste quelque poids, quelque attache ou quelque accroche. Les enfants ne savent-ils pas poser en un instant tous les poids devant la simple beauté d'un éclair de vie ?

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Adresse

Anandamath

Hameau des Peyres

05300 EOURRES

04 92 20 23 35

Nombre de visites
Nous trouver