Message de Christ’Al Chaya reçu par Agnès Bos-Masseron le 28-12-12

Que s'est-il passé le 21 décembre ?

Qu'est-ce qui s'est passé ? Rien ne se passe.
Au-delà de l'astronomie, parlons de la grâce. La grâce s'est unie à l'astronomie pour que s'ouvre le temps, que s'ouvre la porte bien réellement, que s'ouvre la porte à une autre signification. La plupart ont cru que la porte s'ouvrirait par quelque événement ou par quelque magie qui ferait transformer l'humanité instantanément, une baguette magique. Ceux-là ont oublié la gloire de l'humanité, et la gloire du choix initial de l'humanité d'être le créateur et de conquérir sa propre liberté depuis l'évidence qu'éternelle est la liberté. Le 21 décembre, donc, est bien significatif. La lumière est accrue, l'énergie allégée, la porte est ouverte.
Et voyez la conséquence de cette ouverture, nous pouvons maintenant vous parler d'un autre niveau d'intensité et de détermination, et vous pouvez l'écouter, l'entendre et le comprendre, et l'appliquer peut-être, si vous le choisissez. C'est cela l'ouverture. L'ouverture est la grâce. Et la gloire que nous rendons éternellement à l'humanité est d'être créateur de sa réalité. Alors nous proclamons, et la terre proclame "Regarde, humanité, la porte est ouverte, lève-toi et marche !" Et nous rappelons ce que signifie se lever, et ce que signifie marcher. Et l'humanité enthousiaste se lève et marche !
Cela implique infinie discipline, infinie détermination, infini enthousiasme, infini amour. Car c'est ainsi que l'on marche. On ne marche pas soutenu par des béquilles, ou l'on ne rampe pas au lieu de marcher, on marche heureux, la tête haute. Marcher, dans l'art de l'incarnation, est créer, créer une apparence à l'image de l'intention. Créer n'est réalisable que dans le mode de l'infini dynamisme, de l'énergie infiniment rassemblée, d'une détermination infinie, d'un enthousiasme infini.

 

 

Message de Christ'Al Chaya reçu par Agnès Bos-Masseron le 21-12-12

 

Certains parlent du début d'une ère, d'un retour aux sources. Retrouver le mode de l'incarnation. Incarner et proclamer l'amour pour le grand, vénérable silence, la source de tout. Incarner et proclamer l'amour et le service à travers l'incarnation à ce grand, vénérable silence. Ne plus jouer les jeux éphémères. La base de l'art de l'incarnation est cette relation d'amour non tiède mais passionnée de l'Être avec sa nature propre, le silence. La relation de l'existence avec sa source, la vie, le un se reconnaissant dans la splendeur de l'autre. Alors il n'y a plus l'un ou l'autre, l'existence est la gloire de la vie. Cela est simple, beau et intransigeant. L'incarnation alors est offerte à honorer la vie.

Et qu'est-ce que la vie ? La vie est le chant d'amour que le silence chante éternellement, le chant d'amour que le silence chante pour se glorifier pourrait-on dire, parce que par nature le silence chante sa propre gloire et s'autodépasse à l'infini. Car plein est le silence. Peu connaissent la nature du silence. Le silence, disent certains, est le vide, le vide est le plein, et l'incarnation est le chant de plénitude. On n'a pas à gagner la plénitude, on est la plénitude éternellement.

La première étape, nous vous l'avons dit souvent, pour accueillir cette ère nouvelle est de déposer la croyance dans le devenir, la croyance dans devoir gagner ou acquérir alors que par nature l'Être est le parfait. Déposer la croyance dans le devenir n'implique pas la non-action. L'action est basée alors sur cet autodépassement qui par nature est la nature de la vie. La vie est l'infini et s'exprime à un degré toujours plus intense de son propre infini pour se reconnaître et se redécouvrir éternellement. Tel est le miracle de l'incarnation. Déposer la croyance dans le devenir, avoir la suprême humilité de reconnaître sa propre grandeur et de l'exprimer.

Nous l'avons dit souvent, la première étape est de retrouver cette relation consciente et constante avec le grand, vénérable silence, l'éternellement présent. L'humanité se croit enfermée dans la chaîne de ses pensées, oubliant le fil qui relie les pensées, oubliant cet infini qui pulse et chante. Il suffirait de changer son regard, de changer le poids de l'attention, écouter le silence.

L'une des clefs également est de comprendre qu'il ne s'agit pas de résister, de se crisper, vouloir vaincre ou grimper, même si les sommets à grimper sont des sommets spirituels. Détendre l'énergie, changer de paradigme irrémédiablement. Changer de paradigme et comprendre il s'agit de changer de regard et de changer le poids de l'attention. Lâcher prise. Lâcher prise de ces attaches et de ces accroches qui font que l'humanité se croit enfermée dans le brouhaha du mental, l'agitation des émotions ou quelque histoire, et par amour, par amour simplement pour l'amour, se faire écoute, écoute du silence qui chante et palpite au sein des pensées, entre les pensées, à leur source, dans leur aboutissement. Se faire écoute.

Se faire écoute du silence et de cette note unique qu'est notre incarnation, cette note unique puisque la création est la symphonie d'expression du silence et que chaque être est une note unique. Honorer cette unicité, l'honorer en l'incarnant. Ne plus entrer en référence avec soi-même à travers les masques forgés, forgés par les histoires, forgés par les croyances. Faire le choix d'être éternellement neuf, à l'écoute de ce vénérable silence et de cette expression unique du silence qu'est chaque individualisation, et réapprendre l'art de l'incarnation, l'art de la création, l'art de la précipitation, l'énergie détendue.

Il ne s'agit plus de dur labeur pour gagner ou conquérir, il s'agit de la joie de la création spontanée. Nous ne parlons pas de concept ésotérique mais de la réalité. La réalité de la puissance de l'intention lorsqu'elle est nourrie par une intensité suffisante d'attention. C'est là que l'humanité est invitée à prendre un autre mode. Ne plus accepter de dissiper son attention en l'offrant aux mille vents d'un mental qui semble éternellement agité puisqu'il est nourri par l'attention. Voyez le cercle vicieux. Simplifier, simplifier son quotidien. Simplifier, rassembler l'énergie. Et peu importe le train des pensées qui, pendant quelques temps encore, va sembler se bousculer. L'attention se tourne avec intensité nouvelle sur le vénérable silence au sein des pensées, à leur source, entre les pensées.

Notez bien, notez bien l'intensité. L'humanité a perdu l'art de l'intense. Vivre n'est pas un art réservé à des tièdes, vivre est l'expression de la passion de l'amour, la passion d'être le feu de l'amour et d'exprimer par amour pour l'amour cette plénitude, cette gloire de l'exprimer à travers une note unique. Ainsi est offerte la symphonie de la création au vénérable silence, et à travers cette symphonie, le silence se reconnaît dans sa gloire qui toujours s'autodépasse.

Il ne s'agit plus de rêver ou d'attendre que soit amené sur terre quelque réalité ou quelque changement, il s'agit de comprendre l'art d'être le créateur de cette terre d'harmonie, reflet parfait de l'intention de la vie à travers chaque relation, relation avec la terre, relation avec le cosmos, relation avec les êtres, relation avec soi-même. Faire le choix grand et intransigeant de rendre hommage, rendre hommage à ce merveilleux, vénérable silence et rendre hommage à cette expression unique du silence qu'est chaque être. Je Suis le vénérable silence. Je Suis n'est plus l'impersonnel du silence mais le silence glorifié.

Il ne s'agit plus de rêver ou d'attendre mais de créer maintenant. L'humanité à un certain degré a entendu cela puisque aujourd'hui bien des êtres se rassemblent et célèbrent cette intention commune, ce feu commun au cœur de chacun, rendre justice à la vie. Cesser les mascarades où la vie dans son infini serait déguisée en quelque limite ou quelque impossible. Cesser les mascarades. Chacun, dans son domaine d'intérêt propre, réanime son intention de servir la vie. L'humanité voudra-t-elle bien unifier tous ces courants pour partir de la source, retrouver l'art de l'incarnation et l'appliquer chacun dans ses domaines, chacun selon sa note juste ?

L'humanité a mis ceux et celles qu'elle nomme la dimension de lumière sur quelque piédestal, l'invitation est d'enlever le piédestal et de cheminer ensemble simplement, honorant, partageant le même service, honorer la vie en incarnant sa simple beauté et sa simple grandeur. Cette fraternité que beaucoup nomment fraternité de lumière, au-delà du temps, au-delà de l'espace, et pourtant dans un cadre d'incarnation puisque le mode ascensionné est en fait le mode normal de l'incarnation. Il n'est pas normal ni même raisonnable que le mode normal de l'incarnation soit régi par des limites ou régi par la croyance du temps et de l'espace, puisque même vos physiciens et même vos scientifiques ont montré que l'espace et le temps tel qu'il est conçu par l'humanité est en fait une projection d'un mental qui a oublié.

Retrouver l'au-delà du temps, le temps simultané. Cela est simple si l'on retrouve l'intensité de l'attention. Car voyez, cette projection du temps est la résultante d'une attention diluée qui se pose sur une intention. L'intention nourrie d'une attention diluée semble prendre une période de temps pour se réaliser. Et se construit la grande illusion. Ce mode de vie connu sous le nom d'ascensionné sait l'intensité de l'attention. L'intensité de l'attention qui nourrit l'intention, l'intension ainsi nourrie spontanément précipite en manifestation ou matérialisation. La manifestation, la matérialisation, quelle que soit sa nuance, sa note propre, exprime la gloire du silence, exprime la gloire de la vie, l'harmonie.

Voyez, cet au-delà du temps est présent au sein du temps. Vous le trouvez lorsque l'attention s'offre au silence. Réserver des moments de relation avec ce silence, la source de tout, quel que soit le mode de relation, une simple méditation, un simple regard tourné vers sa propre source, une simple écoute. Et garder cette relation vivante. A travers le mode de l'action, le regard donne vie, l'attention donne vie. Et prendre comme seule référence cette image de perfection vibrante au sein de chaque être, car étant la nature de chaque être.

Nous l'avons dit, l'heure est venue du grand choix. Il ne s'agit pas d'attendre passivement que quelque configuration auspicieuse change le monde. L'on pourrait dire que la configuration auspicieuse aide à faire le bon choix Le choix reste le propre de celui qui choisit inconditionnellement. Le choix est simple et grand. Ne plus faire de compromis. Ne plus faire de compromis avec ces croyances qui racontent des histoires d'impossibles ou d'inévitable de dispersion ou d'inévitable de disharmonie, "un jour peut-être mais maintenant pas encore". Ce "jour peut-être" n'existe pas, il n'est que maintenant.

Cela appelle peut-être à un entraînement. Comme tout art invite à un entraînement, l'entraînement concret de chaque moment est de déposer tout d'abord la croyance dans cette illusion du temps et cette illusion de l'espace. Déposer la croyance jusqu'à ce que l'affirmation de la simultanéité du temps projette l'apparence correspondant à la simultanéité du temps, l'éternel maintenant.

La base reste de rassembler l'énergie. Rassembler l'énergie implique simplifier, rassembler l'énergie implique retrouver une autre relation avec sa propre structure corporelle, avec la structure de l'intellect qui n'est pas la dispersion du mental mais qui est cette fonction du silence qui se reconnaît et discerne tout en restant silence rassemblé. Le silence se connaît, se reconnaît et discerne. L'énergie reste rassemblée, un autre mode de fonctionnement. La première étape est de rassembler l'énergie.

Comprenez, la première étape également est de déposer cette croyance dans cette lutte qu'a semblé être l'incarnation "il faut y arriver, il faut réussir". Détendre l'énergie et se souvenir que selon ce mode de simultanéité du temps, Je Suis déjà l'Être de perfection que j'aspire à devenir, maintenant. Et se souvenir de la puissance de l'attention qui nourrit et donne vie maintenant. Au lieu de donner toute l'attention à ces pensées qui semblent un train déchaîné, offrir l'attention au silence au sein des pensées, à leur source, entre les pensées. L'attention ainsi se rassemble.

Ne pas chercher à créer des histoires. Ne pas faire une histoire de cette ère nouvelle. L'humanité a assez des histoires. Savoir écouter et entendre ce qu'est l'art de l'incarnation. Rassembler l'énergie. Honorer le silence, l'énergie ainsi rassemblée, nourrie par la plénitude du silence qui se reconnaît à travers la création, l'énergie ainsi rassemblée offerte à l'attention qui s'offre à l'intention.

Et quelle est cette intention ? Honorer l'intention suprême. Quel que soit le mode d'expression, chacun à travers son unicité, chacun dans son domaine, réunifier. Dans chaque domaine, l'intention suprême est de servir l'harmonie en l'exprimant, de servir la perfection en l'exprimant, de servir l'amour en l'incarnant. L'énergie rassemblée nourrit l'attention qui s'offre à l'intention depuis la plénitude d'être silence et depuis la plénitude d'être l'amour, nature du silence qui s'offre à lui-même.

Ne plus tergiverser, ne plus accepter dans aucun domaine, qu'il soit grand ou infime, de faire des compromis. Bas les masques ! Et si l'on veut reparler d'entraînement, l'entraînement serait de choisir inconditionnellement que chaque fibre de pensée, d'action, de non-action, d'intention, de parole, de relation, soit en harmonie avec l'intention la plus profonde. Faire ce choix inconditionnellement. Cela est simple, intransigeant peut-être, mais intransigeant est l'art de l'incarnation puisque l'incarnation est la gloire du silence qui éternellement s'autodépasse.

L'humanité voudra-t-elle bien entendre l'invitation ? Ainsi chaque être simplement, quel que soit son domaine d'action ou de non-action, choisit de créer une réalité à l'image de l'intention la plus profonde. Car vous le savez n'est-ce pas, les apparences ne sont que la projection de l'énergie donnée à  travers chaque pensée, chaque parole, chaque action ou non-action. Chaque être est créateur. Et il est simple et grand maintenant de ne plus attendre et de créer cette terre nouvelle, cette humanité nouvelle, à l'image simplement de l'harmonie, de la perfection. La perfection semble un grand mot. La perfection est l'harmonie. L'harmonie n'est pas l'absence de dysharmonie, l'harmonie est l'art juste de la relation juste. La grandeur du silence qui simplement s'exprime. Car simple est la grandeur.

Et de cet alignement naissent tous les possibles et l'humanité se retrouve dans cette évidence que tout est possible maintenant. Tout est possible. De l'harmonie découle l'ineffable beauté. De l'harmonie découle l'invincible santé. De l'harmonie découle la joie d'être en relation et que chaque relation soit l'expression pure de l'ineffable beauté de l'Être éternel.

Comprendre et appliquer l'art de l'incarnation. Ne plus se prendre aux jeux et aux mirages de l'enchaînement des habitudes. Retrouver la puissance de l'Être souverain qui choisit de déposer toutes ses soi-disant habitudes pour retrouver la liberté de choisir chaque acte, chaque parole, chaque pensée à l'image de l'intention la plus profonde. Infiniment noble est le visage de l'être humain.

En sous-produit de cette attitude juste, s'épanouissent bien des potentialités ignorées ou oubliées. Les potentialités ne restent que des sous-produits, l'attention reste offerte en dévotion à servir à travers l'incarnation cet Être vénérable dont la nature est l'harmonie, la perfection.

Ralentissez le rythme. Vivre en relation consciente et constante avec ce vénérable silence implique ralentir le rythme. Et ralentir le rythme, comprenez bien, n'exclut pas le dynamisme. Ralentir le rythme implique retrouver l'harmonie, retrouver la justesse de la relation de chacune des phases de l'incarnation, retrouver la justesse de la relation de toutes les phases de l'incarnation avec le vénérable silence. Au sein de cette relation est l'infini dynamisme. L'Être, souvenez-vous, est créateur. Ralentir le rythme n'implique pas la passivité, ralentir le rythme implique retrouver le rythme juste pour l'action juste et soutenue qui spontanément porte ses fruits, éliminant la possibilité de course effrénée née de cette croyance dans tant d'impossibles ou de difficiles. Ralentir le rythme, détendre l'énergie, s'autonourrir à sa propre nature d'être silence, s'autonourrir à sa propre nature d'être le plein.

Respirer. Savez-vous le sens profond de la respiration ? Cosmique est la respiration. La respiration naît du silence et retourne au silence. Entre sa source et son aboutissement, la respiration est la plénitude offerte, plénitude d'attention, plénitude de présence.

Choisir inconditionnellement d'écouter la nature du silence et d'entrer en relation consciente et constante avec ces attributs qui sont la nature du silence. Le silence est l'amour. Le silence est la joie. Le silence est la plénitude, gratitude. Le silence est l'éternel autodépassement. Le silence est dévotion, adoration. Offrant la plénitude de l'attention à ces attributs, les incarner spontanément puisque l'attention nourrit et donne vie, et appliquer ces attributs, chacun selon son unicité, créant ainsi une note juste dans la symphonie de la création.

L'humanité voudra-t-elle bien comprendre qu'il ne s'agit pas de créer des concepts sur cette ère nouvelle à l'image des histoires anciennes ou de rêves ? Sortir des histoires et retrouver maintenant cet art d'être le créateur d'une réalité aussi noble, aussi simple et aussi grande qu'est la nature de l'Être.

Rassemblez-vous ainsi souvent. Non pour créer des concepts mais pour ensemble être écoute.

Nous aimons vous redonner l'art de l'incarnation. Souvenez-vous, il est vain de donner de l'attention à l'indésirable, il est juste de donner le poids de son attention pour servir l'intention. L'humanité voudra-t-elle bien entendre que l'heure est venue du "tout est possible", maintenant ? Tout est possible se réalise par le choix conscient de chaque être d'être le créateur de sa réalité à l'image la plus noble. La création se fait à travers chaque pensée, chaque parole, chaque sentiment, chaque acte, chaque non-acte.

Offrir toute adhérence au mode égotique, quelle que soit l'expression de cette adhérence, ramenant l'ego dans la douceur de l'amour à sa propre source, ramenant l'ego à cette nature inhérente à la nature de l'Être, l'autodépassement éternel. L'autodépassement n'est pas affaire égotique, affaire de crispation ou de volonté mais l'art de tout offrir, l'art d'être écoute et service.

Ainsi unis, aimons le silence. N'oubliez pas, qui aime ? Le cœur aime, n'est-ce pas ? Et le cœur est l'infini, n'est-ce pas ? Détendre l'énergie. Rassembler l'énergie.

Souvenez-vous de cet art d'être écoute et amour du silence qui s'offre à lui-même, de cet art d'être écoute et amour spontanément et d'animer l'art d'être rayonnement. Retrouver l'art d'être rayonnement, et spontanément et naturellement rayonner la nature du silence, amour, joie, gratitude, autodépassement, liberté, dévotion, adoration. Naturellement être rayonnement.

Et comprenez bien, ne plus attendre, ne plus attendre de recevoir les dons, être créateur des dons. Celui qui donne à l'infini reçoit à l'infini.

Il est réel qu'unique est le rayonnement offert à la terre, en ce moment de maintenant. Encore plus unique est le rayonnement offert à ceux et celles qui disent oui à être rayonnement.

En inspirant, j'inspire l'amour. Un temps de pause. En expirant, Je Suis l'amour et j'offre l'amour à la création au sein de chaque cellule. Ainsi en inspirant, vous inspirez les attributs du silence, en expirant, vous affirmez la seule réalité, Je Suis les attributs du silence, et à travers mon incarnation, j'offre ce rayonnement à la création présente au sein de chaque cellule. Puisque vous le savez, cosmique est chaque cellule. Simple et puissante est cette méditation de rayonnement. En inspirant, j'inspire la joie. Un temps de pause. En expirant, Je Suis la joie et je l'offre à la création au sein de chaque cellule. Ainsi vous rassemblez l'attention.

Nous aimons vous accompagner.

Inscrivez dans chaque cellule du corps unifié de l'humanité, l'heure est venue du "tout est possible". "Tout est possible" se déploie de cette évidence dans la possibilité même que tout est possible. Souvenez-vous, le comment de toute réalisation n'est qu'un sous-produit, ce qui compte est d'établir la base juste, l'attention juste, l'intensité juste. Offrir l'attention avec l'intensité juste à l'intention juste, et spontanément jaillit la réalisation. Ne sous-estimez pas la puissance de cette intensité. Rassemblez l'énergie.

Nous vous saluons.

 

 

Message de Christ'Al Chaya reçu par Agnès Bos-Masseron le 13-12-12

 

Hors du temps, hors de l'espace, hors des événements, être le créateur de la pure splendeur, la splendeur de l'Être, dans la simplicité, au-delà des histoires, quelles que soient les histoires. Garder la vision d'une création à l'image de la pure splendeur, la pure splendeur du silence, silence lumière amour. L'invitation est de maintenir cette vibration. Ne pas créer des films ou des histoires, créer une réalité simple à l'image de la splendeur d'être.

Il est vrai, l'on pourrait dire qu'est amorcée la plus grande des transitions. L'on pourrait parler d'une fin de cycle et du début d'une ère nouvelle, cela est encore parler le langage du temps. La caractéristique de l'ère nouvelle est l'attention offerte à l'au-delà du temps. Alors maintenant unissons-nous pour offrir cette attention à l'au-delà du temps, maintenant.

L'invitation, nous vous l'avons dit et le redisons avec tendresse, est de ne mettre son attention que sur ces attributs qui caractérisent la nature de l'Être pour les incarner. Cela est la plus belle façon de ce que d'autres expriment par l'invitation à vider ses bagages. Il n'est plus le temps de trier ou d'analyser, ou même de regarder, il est temps de déposer pour embrasser la réalité de la vie sur un autre taux vibratoire.

La base, comprenez-le, est de s'élever à ce taux vibratoire. S'élever à ce taux vibratoire signifie incarner ou rayonner ou exprimer ou animer les caractéristiques de ce taux vibratoire, la joie, la gratitude, la bienveillance, l'amour, tous les attributs de l'Être. En faire un trésor que l'on vénère et que l'on sert, lui offrant toute son attention. Ainsi naturellement l'humanité s'élève à un autre taux vibratoire et naturellement la réalité s'aligne à cet autre taux vibratoire.

Nous l'avons dit souvent, ne pas attendre, ne pas se préoccuper de toutes ces histoires, de tous ces concepts ou de tous ces conseils, créer. Créer la réalité par l'intention. Vénérer l'amour, la joie, la gratitude, non comme on vénèrerait un ressenti mais comme on vénère un trésor que l'on sert. Les ressentis peuvent induire à l'esclavage ; l'adoration, la vénération, induit à la liberté.

Chaque jour, si l'on veut parler dans ces termes de temps linéaire, chaque jour élever la vibration de son attention. S'unir, se rassembler, s'assembler pour faire résonner la terre à cette autre vibration et que l'apparence s'aligne à cette vibration. Ecouter la vibration de l'amour au cœur des arbres, au cœur de la planète, ne perdre aucune miette d'attention à essayer d'envisager ou de concevoir quelques événements, s'unir en un chant de triomphe. Le triomphe est offert à l'amour, à la bienveillance, à la gratitude.

Adoucir tous les angles et lâcher prise irrémédiablement des fausses histoires. Lâcher prise de cet attachement à la vibration de peur perpétuée par ceux qui croient détenir le pouvoir. Nous ne parlons pas d'éléments gouvernementaux ou extérieurs, nous parlons du sein de chaque être. Lâcher prise de tous les attachements. Ne plus jouer avec les émotions comme l'on joue avec des jouets désuets mais auxquels on est attaché, embrasser les sentiments et les servir en les incarnant. Embrasser la noblesse, c'est cela le point de départ de l'invitation, n'est-ce pas ? Embrasser la noblesse, non mentalement mais physiquement, spirituellement, sur tous les plans de son individualisation, embrasser la noblesse d'être l'être humain.

Elever sa vibration, cela est simple, le savez-vous ? Il suffit de faire le choix inconditionnel de la joie et de la gratitude, non la joie causée par quelque événement, la joie service. Servir ananda, l'océan de la joie, la joie qu'est la Mère. La Mère veille sur la terre. Tout est bien. Et l'humanité, chaque être, s'unit à la Mère pour insuffler le vent de l'amour, insuffler l'énergie de la joie, comme les souffleurs de verre.

Être présent, pleinement présent. Se savoir lumière et offrir tout le poids de l'attention à être cette flamme qui est l'infini. Ainsi resplendissent des milliers de flammes, et s'embrase la terre au feu de l'amour. La terre ainsi embrasée change sa fréquence. Une autre fréquence, une autre résonance. Chaque structure physique sur tous les plans s'harmonise à la nouvelle fréquence, nouvelle, éternelle.

Simplement, nous l'avons dit souvent aussi, on ne peut servir deux mondes à la fois. L'heure est venue du choix. On ne peut faire semblant de servir mentalement le monde de lumière en s'accrochant à des histoires mentales, en s'accrochant à de faux besoins, à de faux schémas. Lâcher prise. Lâcher prise et servir avec passion, car l'heure est venue de la passion. L'heure est venue d'incarner le plein du plein. Le chant n'est pas faible, le chant emplit la totalité de l'univers, et cosmique est le chant. Le chant n'est pas la résultante de quelque événement ou de quelque attente, le chant est dévotion. Chanter la terre nouvelle, non à travers quelque événement mais en incarnant l'intention d'incarnation.

Le plus important peut-être est de comprendre et de se souvenir que l'on ne peut servir deux mondes à la fois ou deux réalités. L'invitation est donc inconditionnellement à lâcher prise, inconditionnellement à servir l'amour, la joie, la gratitude. Il est erroné de croire qu'il est besoin de raison pour avoir la joie. Il est juste besoin de choisir la joie, de l'honorer, de la nourrir, de l'insuffler, de s'en emplir, de la rayonner. De la joie découle la gratitude, la gratitude unie à l'amour gratuitement. Littéralement, l'amour coule des yeux, larmes de tendresse.

Ce choix de servir la lumière en l'honorant implique de réviser tous ses choix au niveau de chaque acte, au niveau de la relation avec les différentes avenues de la vie. Réviser tous les choix. Comment vivez-vous ? Que mangez-vous ? Que buvez-vous ? Comment honorez-vous la structure corporelle ? Comment entrez-vous en relation ? Que choisissez-vous ? La noblesse ou le compromis ?

Il n'y a pas de demi-noblesse. La demi-noblesse n'est pas la noblesse. La noblesse est entière, pleine. Choisir la noblesse est inconditionnel, intransigeant et amène le regard à se fixer inconditionnellement sur cette autre fréquence vibratoire. L'on peut résumer ainsi peut-être ce qu'est la transition. Ne vous méprenez pas sur le sens réel de la noblesse. La noblesse est la perfection. Et ne vous méprenez pas sur le sens réel de la perfection. La perfection est l'intention. Résonner en unisson avec l'intention la plus noble, la plus élevée, la plus intègre, à travers chaque choix. Maintenant, non demain, non après ce 21 décembre que certains attendent. Ne pas attendre, maintenant résonner avec la vibration la plus haute dans la joie, dans la joie d'être créateur d'une terre de lumière. Et honorer le silence.

Ralentir le rythme car à quoi servent les courses folles ? Sortir du mode d'habitudes. Les modes d'habitudes sont reliés aux attachements, sortir des modes d'habitudes.

Soyez fermes, fermes dans votre énergie. Ne pas se laisser ballotter par quelque vent imaginaire ou l'appréhension de quelque vent imaginaire. L'arbre ferme est embrassé par le vent, il reste relié à la puissance de ses racines et l'ouverture de ses branches. Se réjouir. Se réjouir d'être le vivant, de là naît la gratitude. Ne plus gaspiller le don de la vie par quelque histoire ou quelque attachement.

N'oubliez pas, vous ne pouvez à la fois changer de fréquence et rester sur l'ancienne. La nouvelle fréquence est générée automatiquement par l'intensité de l'amour, l'intensité de la joie, l'intensité de gratitude, automatiquement ainsi produits. Et connaissez-vous le niveau de cette intensité ? Ne vous méprenez pas, ne pas croire savoir, incarner l'éternel autodépassement et s'offrir tout entier pleinement à embrasser l'océan de la joie, servir la Mère, embrasser l'amour, la gratitude au sein du silence, l'énergie rassemblée. Il ne s'agit pas d'une joie qui disperse, mais de la joie rassemblée au sein du silence.

Et se souvenir dans la clarté, de l'importance de chaque choix. Choisir entre les habitudes ou les faux savoirs, ou la noblesse et l'au-delà des habitudes. Ne pas rapetisser le noble, le libérer. Et en sous-produit les cellules s'ouvrent, et en sous-produit est transfigurée la structure physique. Intensifier l'attention sur être lumière. Intensifier. Ne vous méprenez pas sur le niveau de cette intensité. Quels que soient les vents qui passent ou ne passent pas, l'arbre reste tout offerte à la puissance de ses racines et la puissance de l'ouverture de ses branches. Telle est l'attitude juste. Chaque jour, répondez à l'invitation. Et vous vous émerveillerez en sous-produit de voir à quel point vos réalités s'ajustent à cette autre fréquence.

Si vous avez des questionnements, exprimez-les maintenant…
Que signifie cette invitation pour ceux qui n'auraient aucune expérience ou aucune évidence et se sentent perpétuellement confrontés au monde mental ?

Peu importe la réalité de maintenant et l'expérience de maintenant. Nous parlons d'intention. Nous ne parlons pas de ressenti. Le ressenti s'ajustera, faites confiance. Brisez la chaîne de cause à effet. L'intention, comprenez-le, chaque être qui se dit enfermé dans le monde mental est de toute façon multidimensionnel. Ce même être peut se tourner vers l'intention et ne servir que l'intention avec plus d'intensité encore et plus d'intensité encore. Ne faites pas de compromis. A travers chaque parole, chaque pensée, chaque acte, ne faites pas de compromis.

Apprendre le discernement, le discernement qui vous fait écouter la noblesse à travers chaque parole, chaque pensée ou chaque action, et réajustez en permanence, reformulez. Si quelque vieille habitude vous fait formuler une expression qui n'est pas le reflet de l'attention ou de l'intention suprême, reformulez. L'heure n'est plus au compromis ainsi vous sortez de la tendance mentale, ne l'alimentant plus.

Chaque être est être d'intention. Même ceux qui se croient enfermés dans le monde mental ont une dimension de noblesse qu'ils connaissent dans le silence de leur cœur. Honorer cette dimension de noblesse dans le silence du cœur, telle est l'invitation. Est-ce que cela répond à la question ?

Quitter les vieilles références, embrasser la seule référence, celle qui est la noblesse. Ne pas la couvrir de quelque habitude ou de quelque apparence, de quelque formulation qui n'en serait pas le pur reflet, de quelque pensée qui n'en serait pas le pur reflet. L'invitation n'est pas au contrôle mais à l'authenticité. Être authentique à sa propre beauté, apprendre à mesurer sa parole, sa pensée, son action. Cette mesure est la mesure de noblesse.

Et ressentir cette chaîne magnifique, la chaîne de l'amour qui entoure la terre maintenant, au-delà des dimensions tous unis, ces millions d'êtres qui tendent la main à l'humanité pour ensemble porter et former cette chaîne d'amour et d'amitié. Ainsi le courant est transmis de main à main, de cœur à cœur, et éclate le chant de joie. La fraternité.

Chanter, seul ou ensemble, chanter la gloire du silence dans chaque moment, chanter même dans vos rues. Offrez la joie à la mesure de la noblesse, offrez l'amour, la simple bonté. Et vous verrez la structure corporelle se transfigurer.

N'oubliez pas d'offrir une part de ce qui se nomme le temps au silence. Nous aimons vous accompagner. N'oubliez pas la vision la plus vaste, non une histoire mais la vision de l'harmonie, non l'harmonie exprimée dans une histoire, l'harmonie au-delà de toute histoire, l'aboutissement de toute histoire.

Nous vous saluons.

 

 

Message de Deydas Chi reçu par Agnès Bos-Masseron le 11-11-12

 

Rayonner la paix. Lâcher prise et rayonner la paix. Rester unis, rassemblés.

La transition est délicate et belle. Le service est dans l'union pour le rassemblement dans le rayonnement.

La transition est délicate et belle. Selon votre temps linéaire, dans ces quelques mois, être rayonnement de paix. Rassemblez-vous. Rassemblez-vous en vous-mêmes, rassemblez-vous autant que vous le pouvez, aussi souvent que vous le pouvez physiquement.

Cette période que vous nommez fin d'une année et début d'une année nouvelle aura une signification particulière. Soyez rassemblés. Être présence, présence de paix inconditionnellement, présence de joie sereine inconditionnellement.

La transition est délicate et belle, soyez bénédiction.

 

 

Message de l'Ami (Jésus) reçu par Agnès Bos-Masseron le 4-11-12

L'heure est au rassemblement

 

Honorer le silence. Honorer le silence, et vous unir pour honorer le silence car l'heure est à l'union. Nous le disons souvent, l'heure est au rassemblement, rassemblement créatif. Il fut un temps où l'humanité se rassemblait pour combattre, l'heure est venue du rassemblement créatif, rassemblement de création, la création de la société nouvelle, société d'harmonie.

Déposer les armes, quelles que soient les armes, que les armes soient le ressentiment, que les armes soient l'apathie, ou que les armes soient l'endormissement, s'éveiller, honorer le silence et l'exprimer pleinement, joyeusement à travers son incarnation. Honorer le silence, le servir en l'incarnant.

Le silence, vous le savez, est plénitude. Le silence, vous le savez, est chant de perfection. Le silence est chant car le silence, je vous le redis, est plénitude. Être l'exaltation d'être. Se recréer éternellement, exprimant à travers sa création la gloire du silence, se recréer éternellement. Le corps n'est pas figé, la conscience est chant d'amour, la conscience est fluide. Ne plus s'enfermer dans aucun carcan, que le carcan soit croyance ou émotion, tout offrir et se recréer éternellement à l'image de la perfection pour le triomphe de la vie, pour le service de la vie.

Et à travers chaque souffle, offrir l'impulsion à la terre et à la création. Car souvenez-vous, chaque être humain est la totalité de l'humanité. Offrir tous les carcans des croyances ou des émotions et exprimer la plénitude d'être. Réapprendre l'art d'être conscient en accroissant la vigilance, ce qui signifie accroître l'amour. Chaque être humain est la totalité de l'humanité et belle est l'humanité qui sait s'unir, se rencontrer, se regarder, regardant dans les yeux de l'autre la perfection de l'Être pour ramener l'évidence de cette perfection et recréer l'évidence par l'attention. Se souvenir encore et toujours de la puissance créatrice de l'attention. Déposer les carcans des croyances ou des émotions.

La porte est ouverte, l'heure est venue de s'entraider. Les deux plans simultanés, vous les connaissez. Dans un plan, seule est le parfait, le seuil est franchi. Et sur un autre plan, actualiser cette perfection et franchir le seuil. Et pour franchir le seuil, s'entraider.

L'heure est au rassemblement. Plus que jamais l'heure est au rassemblement. Être présents les uns pour les autres, s'inspirer les uns les autres, s'entraider les uns les autres, s'écouter de cette écoute qui ne fait aucun compromis, de cette écoute qui élève.

Et éternellement, honorer le silence.

 

 

Message de Gardiens de la Flamme reçu le 28-10-12

Rassemblez l'énergie.

 

Nous intensifions le rayonnement. Simplifiez vos quotidiens, rassemblez l'énergie, recevez le rayonnement, soyez le rayonnement.

Comprenez l'interconnexion entre recevoir et donner. Comprenez l'interconnexion entre votre ouverture, votre assentiment à être le oui vivant et l'intensité des dons faits à la terre.

S'ouvrir est sans retour. La transition menant à l'ouverture est sans retour. Les différents points de rayonnement sont renforcés, l'étendue du rayonnement élargi. Le rayonnement est reçu au mieux lorsque vous faites le choix d'être rayonnement.

Maintenant l'humanité crée sa destinée. Maintenant. Ne plus attendre, ne pas espérer, créer. Vous élever à l'ouverture qui amène naturellement une plus grande intensité de don. Lorsque vous cultivez cette attitude de façon réaliste et non simplement par un assentiment mental, lorsque vous cultivez cette attitude, vous créez la condition pour le non-retour - ou le grand retour, retour à l'ère d'harmonie.

Chaque être pleinement éveillé et ouvert à son potentiel de créateur. L'humanité, créatrice de sa réalité d'harmonie. Cela commence par un certain nombre faisant le choix intransigeant d'harmonie.

Les deux courants se renforcent, celui de l'harmonie et celui de l'apparent chaos.

Votre ouverture, là aussi, contribue à l'intensité des dons. Votre ouverture et votre participation consciente à l'acte de création participent aux dons.

Comprenez maintenant l'importance vitale de votre positionnement, l'importance vitale de vous faire accompagner, de vous rassembler, de vous unir en un puissant courant de création dans l'harmonie, de création de la terre d'harmonie.

 

 

Message de Christ'Al Chaya reçu par Agnès Bos-Masseron  le 7-10-12 (Préparation pour le 21 décembre)

Créez le monde nouveau dans votre vision intérieure et générez l'énergie qui correspond à ce monde.

 

Se préparer, ne pas attendre. Maintenant choisir d'embrasser l'attitude juste, maintenant. Ne pas attendre quelque date, en cela réside la préparation. Faire le choix maintenant d'être le vivant, faire le choix de l'éclosion totale de tous les aspects de l'Être pour offrir à la vie, maintenant, la plénitude, l'ouverture, la disponibilité. Ne pas attendre, en cela réside la préparation. Comprendre que rien n'est défini. Comprendre que cette date choisie arbitrairement ou peut-être par quelque tendance astrologique, ou peut-être par quelque tradition, est figée par le mental humain et fluidifiée par le cœur qui sait qu'il ou elle est créateur de sa réalité maintenant. Le futur n'existe pas. Il est vrai pourtant que la transition est réelle. Il est vrai pourtant que peut-être cette date est un chaînon dans l'ouverture. Ce que sera cette date n'est pas défini. Ce que sera cette date se définit maintenant par l'attitude de chaque être humain, par l'attitude de chaque être vivant. Le futur ne se prédit pas, il se crée. Il est vrai donc que chaque être a une fonction prépondérante dans l'établissement de cette terre nouvelle, maintenant. A travers chaque acte, à travers chaque souffle, à travers chaque intention, à travers chaque non-acte, faire le choix d'être le vivant. Faire le choix d'honorer l'intention la plus vaste, la plus profonde. Calmer le galop du train du mental et quitter ce train irrémédiablement pour entrer dans la plénitude et la danse d'être le cœur. Quitter les croyances, surtout cette croyance que moi je sais. Personne ne sait. L'Être ne se sait pas, il se définit éternellement dans l'éternel nouveau. Chaque être maintenant, et maintenant peut être plus encore qu'il y a quelque temps selon votre temps linéaire, chaque être définit ce qu'est l'ouverture, ce qu'est l'intensité de l'ouverture. Ne pas attendre, être créateur. En cela est l'invitation. L'invitation aussi est de se rassembler souvent autour de cette intention, autour de cette énergie porteuse. Se laisser nourrir et nourrir, être écoute, recevoir l'inspiration, recevoir l'impulsion, recevoir le modèle et l'appliquer, l'intégrer, l'incarner. Se rassembler souvent de cœur à cœur, et dans la présence physique tout comme ce rassemblement. Car plus que jamais selon votre temps linéaire, ce rassemblement d'intentions est porteur, porteur pour chaque être présent, porteur pour la terre, porteur pour l'humanité. Faire le choix éternel de l'autodépassement. L'heure n'est pas à attendre, l'heure est à l'action. Cette action qui sait qu'elle est la plénitude de l'intention, qui sait qu'elle ne passe plus par le faire. Chaque choix est semence. Certains sèment les graines du vieux, des vieux schémas, des vieilles habitudes et, en semant cela, créent une porte toujours plus étroite, toujours plus fermée, car le vieux n'est plus actuel. Certains choisissent de semer l'éternel nouveau. Et attention, ne pas prendre un déguisement du vieux pour l'éternel nouveau ! L'éternel nouveau est radicalement nouveau. L'éternel nouveau est le jaillissement d'innocence, le jaillissement de la vie, le jaillissement pur d'énergie. L'éternel nouveau ne se déguise pas. En semant l'éternel nouveau, l'être ouvre la porte pour que se déversent les flots de plénitude, les flots de ce que l'on appelle la terre nouvelle. Certains parlaient de la terre promise, chaque être est créateur de la réalisation de ses promesses. L'invitation donc n'est pas de se préparer pour quelque événement spécial le 21 décembre, mais chaque jour de créer la réalité du 21 décembre, avec plénitude, avec enthousiasme, avec passion, avec ferveur, avec respect, respect pour la vie, respect pour l'éternellement neuf, respect pour être liberté. Si l'on voulait parler de préparation pour ce moment ponctuel du 21 décembre, apprendre cet autre mode de fonctionnement qui fait que, dans ce moment du 21 décembre, l'énergie de chaque être est établie dans le sereine confiance, est établie dans cette paix intérieure, dans le silence, dans la joie. Se rassembler souvent. Ne sous-estimez pas la profondeur et l'influence du rayonnement offert par de tels rassemblements. Si l'on voulait parler d'autres modes de préparation, gardez les corps reposés, simplifiez les nourritures, ralentissez le rythme. Ralentissez le rythme et fortifiez les corps. Fortifiez les corps accroissant la stabilité. Et fortifiez les corps pour qu'ils s'ouvrent avec puissance à la puissance de l'énergie, comme un vaisseau qui s'élargit pour recevoir l'infini. Si l'on voulait parler de préparation, souvenez-vous que chaque être est créateur du 21 décembre. Visualisez, ressentez le monde qui pour vous est le monde nouveau. Très souvent ou éternellement, créez ce monde dans votre vision intérieure et générez l'énergie qui correspond à ce monde. Comprenez-le, deux courants. Certains se savent créateurs. Les créateurs sont empreints de la confiance, empreints de l'évidence que Je crée la réalité à l'image de la vision la plus vaste, de la conception la plus vaste. D'autres ne savent qu'attendre et entretenir le brouhaha du mental et le brouhaha des émotions. Eux s'enferment dans les précautions naissant de la peur. Les créateurs vivent un autre plan, ne sont pas concernés par ceux qui attendent ou craignent. Le 21 décembre, célébrez la vie !

 

 
 
 
 
 
 
Adresse

Anandamath

Hameau des Peyres

05300 EOURRES

04 92 20 23 35

Nombre de visites
Nous trouver