Message de Christ'Al Chaya reçu par Agnès Bos-Masseron le 18-9-12

Honorer le silence.

 

Vénérer le silence. On pourrait dire que du silence, la Mère puise l'adoration et l'offre à la terre. Ainsi le créé s'unit à sa source. Vénérer le silence.

L'humanité saura-t-elle enfin s'incliner et se taire pour que jaillisse le chant, le chant du silence ? Le chant du silence est chanté par celui ou celle qui a su offrir l'entêtement de l'ego, qui a su offrir le bruit mental, qui sait s'incliner et se taire, tout rendre. Ainsi la simplicité retrouvée, tout offert.

De cette offrande, jaillit le chant de la Mère. La Mère, l'océan de l'amour. Elle offre l'adoration à la terre. L'adoration est offerte au silence. Vénérer le silence.

Il est concret, les portes s'ouvrent. Leur offrir le silence, s'installer au seuil. Vénérer le silence et entrer dans cette dimension qu'est la simplicité retrouvée. Le chant du silence n'invite à aucune autre expertise que la simplicité retrouvée. Lâcher prise. L'humanité saura-t-elle lâcher prise ?

Voyez l'incongru, certains attendent de grands chamboulements, l'invitation, l'invitation réelle et profonde est à retrouver la simplicité, s'incliner et se taire, offrir toutes les soi-disant expertises pour être service, être le don vivant. Tout donner, tout donner à cet océan d'amour qui donne tout, et ainsi se retrouver l'un des visages de la Mère. L'invitation n'a jamais été si concrète et profonde.

Et l'on pourrait dire qu'il est vrai, ceux qui croient en la course du temps ont un point de vue clair : maintenant, maintenant est l'invitation au choix. S'accrocher à des crispations éphémères, de faux savoirs, de fausses expertises, de fausses importances, ou tout offrir dans la simplicité retrouvée, s'incliner et se taire et se reconnaître l'un des visages de la Mère.

Vous le savez, dans ce qui semble ce temps linéaire, dans tous ces moments qui semblent transition, certains préparent la voie, pourrait-on dire. Cette voie est la voie sans voie. Certains choisissent maintenant de s'unir à cette infinie simplicité qui ne connaît que le chant de l'amour. Le chant de l'amour, la mélodie est l'amour, l'harmonie est l'amour, la voix est l'amour, l'intention est l'amour. Le chant de l'amour chanté avec quelque expertise mais sans l'amour n'est pas le chant de l'amour.

S'incliner et se taire. L'invitation n'a jamais été aussi profonde, aussi claire. Pressante pourrait-on dire, bien qu'elle se situe dans l'au-delà du temps. La Mère aux mille visages offre l'amour, offre le nectar, offre la simple bonté. Et l'invitation est au choix, incarner l'un des visages de la Mère.

Voyez, concevez-vous l'humanité, chaque être, l'un des visages de l'océan de l'amour ? Concevez cela. Concevoir est créer, comprenez-vous ? La vision crée la réalité, et l'heure est à la vision.

Dans le silence de ce moment que vous nommez le soir, unissez-vous à la Mère qui offre l'amour, qui offre le nectar. Inondez la terre d'amour, gratuitement, inconditionnellement.

Vous le savez, nous avons parlé souvent d'intransigeance, cette intransigeance qui sème la graine de clarté, cette intransigeance qui sait ne faire aucun compromis. Nous l'avons dit souvent, bas les masques ! L'avez-vous remarqué, les masques se durcissent et se crispent, la fluidité danse l'infini de l'amour.

Voyez, nous vous le rappelons sans cesse, voyez la beauté de l'attention. Ne laissez pas l'attention dévier de l'océan de l'amour, concrètement. Non dans un rêve, concrètement. En ultime service dans chaque moment, s'unir à la Mère, être la Mère, être l'océan de l'amour, ultime service, la simplicité retrouvée. Et s'ouvre une autre sphère. Certains parlent de dimensions, certains de supramental, certains ne nomment plus mais incarnent.

Quel que soit le moyen que vous employez, intensifiez la joie. Le sérieux n'entre pas par la porte qui s'ouvre. Intensifiez la joie, offrez-la à la Mère comme l'on offre un mala, une guirlande. Chaque perle, chaque fleur, silence joie, concrètement.

Voyez, changez l'angle. Nous l'avons dit souvent, changez l'angle. Ne plus attendre de cause de joie pour exprimer la joie, offrir la joie en service, gratuitement, cette joie qui touche le silence, concrètement à travers ce qui semble les petits actes du quotidien. Être hymne à la joie.

Nous l'avons dit souvent, ne plus attendre, créer maintenant la création de plénitude, d'abondance. Ne plus s'accrocher à des croyances de manque. Tout donner avec la générosité de celui ou celle qui se sait l'océan de la joie. Tout donner et tout rendre, tout rendre et tout trouver.

Vénérer le silence. Autant que vous le pouvez, simplifier vos quotidiens et lâcher prise des vieux conditionnements. Tout ouvrir et tout offrir concrètement. Vous le comprenez, n'est-ce pas, l'heure est à l'application concrète, maintenant.

Dans ce moment offert au silence que vous nommez le soir, vénérez le silence, unissez-vous à la Mère. Elle offre l'amour à la terre, elle offre le nectar, elle offre la simple bonté. Tous les soirs. Et dans vos journées, façonnez les malas de la joie pour les unir et les offrir à l'océan de l'amour.

Si l'on voulait parler d'importance, rien n'est plus important, la vision crée la réalité. Déposer les visions étriquées, créer sa création à la mesure de l'infini de l'amour, créer sa création à la mesure de l'océan de la joie.

Vous le savez, la création naît d'ananda, non cette joie qui nécessite une cause pour se justifier, la joie gratuite qui est service, non le ressenti de la joie, le service de la joie. Le ressenti alors est le sous-produit.

Chaque soir, voyez comme maintenant, unissons-nous dans le silence, unissons-nous à la Mère pour inonder la terre de l'océan de l'amour et concevoir la création de lumière. Concevoir la création de lumière dans le centre du cœur et placer la conception dans cette lumière située dans le centre du front. La conception de la création, amour lumière joie gratuitement. Maintenez la vision pour un moment d'éternité, concrètement. Offrez la vision à l'océan de l'amour.

Chaque jour appliquer la vision, appliquer la vision façonnant les malas, en faire une guirlande, et le soir se retrouver dans le silence uni à travers le silence, uni à la Mère pour inonder la terre de la simplicité de l'océan de l'amour et maintenir la vision de la création, amour joie silence. Amener la vision dans le centre du cœur, l'amener dans le centre de lumière au centre du front.  Allez vous allonger, maintenant la vision, et le matin vous vous levez pour appliquer la vision. Voyez, vous avez là l'invitation directe à partager ce qui est la vie dans la lumière, concrètement.

Rassemblez-vous souvent comme vous êtes rassemblés maintenant, avec ou sans les fils de téléphone, mais rassemblez-vous souvent. Le soir, lorsque vous vous unissez à la Mère, ressentez la famille unie dans le même partage. Le jour, lorsque vous façonnez les perles des malas, ressentez l'union de la famille unie dans le même partage. Et physiquement lorsque vous le pouvez, rassemblez-vous. L'union culminera dans bien des célébrations que vous exprimerez.

Nous vous saluons. Avec ceux qui sauront comprendre, vous partagerez l'invitation.

 

 

Les Gardiens de la Flamme, le 14-9-12

A propos du Fauteuil de Lumière ascensionnelle


Les Fauteuils sont portes. Et temples. Le rayonnement s'intensifie. Le don offert s'intensifie. Sachez vous ouvrir pour recevoir le don. Le simple oui à venir recevoir les dons offerts dans les sessions ouvre la porte vers d'autres dons, insoupçonnés peut-être, bien que pressentis dans le temple du cœur. Soyez écoute. Soyez le don vivant. Recevant les dons, soyez le don vivant. Dans cette période d'ouverture, les sessions avec le Fauteuil sont d'autant plus intenses et ferments de transformation. Recevant le don, soyez le don vivant.

 

 

Message de l'Ami (Jésus) reçu par Agnès Bos-Masseron le 14-9-12 (Message reçu à propos de la période jusqu'à la fin de l'année)

Invitez chacun, tous les soirs peut-être, pendant un moment, à animer la vision d'un monde de paix, de lumière, d'affluence qui émerge.

Il est bon d'inviter chacun à se focaliser sur l'Amour et la prospérité, l'amour et l'abondance.

Il est bon de s'unir avec tous ceux ayant une telle vision.
Invitez chacun, tous les soirs peut-être, pendant un moment, à animer la vision d'un monde de paix, de lumière, d'affluence qui émerge.
Invitez chacun à s'unir à l'océan de tendresse embrassant la terre, en animant les sentiments de joie et de plénitude.
Invitez chacun à s'engager activement dans la création du monde de lumière en animant la vision d'un monde baignant dans l'amour, la lumière, la tendresse et l'affluence.

Il n'est pas très important de planifier un événement en célébration du 21 décembre. Ce qui est important c'est maintenant, chaque jour, d'intensifier l'attention et de s'unir à cette énergie d'amour et de tendresse, de joie et de plénitude. La vision crée le monde.
Rassemblez-vous souvent. Dans les villes, dans la vallée. Par l'intention ou la présence physique. Rassemblez-vous souvent.

Ne sous-estimez pas la valeur de chaque être offrant inconditionnellement l'amour à l'amour, l'amour à la tendresse, l'amour à la terre. Dans chaque souffle, offrir l'amour à l'Amour. Et à l'expression de l'amour, la création.

Maintenant, vous êtes créateurs. Ne faites aucun compromis. Unissez-vous pour matérialiser l'océan de l'amour. Unissez-vous à l'océan de l'amour, et, de par votre assise dans la matière, matérialisez-le. Que chaque atome de matière soit inondé de la plénitude de l'amour !
Animez la vision d'un monde d'abondance. La vision crée la réalité.

 

 

Message de Christ'Al Chaya reçu par Agnès Bos-Masseron le 22-6-12

Se mettre en marche

 

L'humanité le sait, le dit et le proclame, l'heure est venue de rentrer à la maison. Pourtant rentrer à la maison implique se mettre en marche. Alors pourquoi tant se contentent-ils d'attendre quelque changement au lieu de comprendre que l'invitation et l'accompagnement est de se mettre en marche ? Se mettre en marche hors des méandres du mental, retrouver la simplicité d'être la vie.

Beaucoup ont forgé un concept qu'ils nomment "ascension" y projetant les réalités tridimensionnelles du monde mental. Cela est un beau leurre. Peu comprennent que l'invitation est de se mettre en marche...

Certains voient l'ascension comme un accomplissement, comme un trophée peut-être, vous savez, comme dans vos courses, on court la course de la vie et l'on gagne un trophée, et l'on monte sur l'estrade pour recevoir un trophée et l'on redescend. L'ascension n'a rien à voir avec une course, un devenir ou un accomplissement, l'ascension est l'ultime service. Tout offrir, et offrir en premier lieu peut-être l'attachement au monde mental, l'attachement aux apparences qui régissent le monde mental, l'attachement aux références, aux apparences. Tout offrir et se retrouver simple, infiniment simple, dépourvu des accroches, des attachements à vouloir conquérir et vouloir devenir, infiniment simple, tout offert à l'ultime service de l'incarnation, être le feu vivant, le feu de l'amour, non par un ressenti mais par ce feu qui brûle, nature des cellules, libéré.

Nous aimons vous accompagner pendant que vous retrouvez la condition initiale pour que se déploie naturellement cet art d'être la vie, cet art d'être le feu vivant. Car l'ascension n'est pas sur la ligne d'un devenir, mais ce que vous nommez l'ascension se déploie naturellement lorsque l'on a retrouvé la condition initiale, l'art de l'incarnation.

Nous vous l'avons dit, la première étape est d'être présence. Que signifie être présence ? Être présence n'a rien à voir avec la tiédeur d'être vaguement présent, un peu plus qu'avant quand même. La vie n'a rien à voir avec la tiédeur. La vie c'est la passion, la passion de l'amour qui s'aime lui-même, la passion de la relation, du silence qui se reconnaît dans son visage d'amour, de l'amour qui se reconnaît dans son visage de silence, le visage du Sans-visage, les noces éternelles.

Être présence est donc être ouvert à cette passion qui est la nature de la vie, non par un ressenti mais en incarnant cette passion, le feu vivant libéré dans chaque cellule. Être présence est unir l'attention dans sa plénitude à l'intention première et ultime du service de l'incarnation. Être présence à une mesure d'infini. On n'est pas modérément présent, un peu plus présent, on est infiniment présent, éveillé, l'éternel éveillé, ouvert, ouverture de celui et celle qui embrasse la création et reconnaît à travers la création l'union de l'amour et du silence. Être présence à une mesure d'infini, et dans cette mesure, l'attention s'intensifie à l'infini.

La première étape, nous vous l'avons dit, est d'intensifier l'attention offrant définitivement la croyance que je sais, j'ai compris, j'ai déjà entendu. Vous avez entendu bien des fois peut-être, et un jour vous écoutez. Et nous répétons mille fois peut-être, avec amour, tendresse et passion, et un jour vous écoutez, et dans ce moment d'éternité, les anges recueillent les larmes de félicité de la vie qui se trouvent reconnue.

La question n'est donc pas si vous avez déjà entendu, la question est "savez-vous écouter, savez-vous l'art de l'attention ?"

Car voyez-vous, l'humanité anime la croyance de ce qu'elle croit être un phénomène et qu'elle nomme ascension et quelque extraordinaire, alors que l'invitation est de retrouver l'ultime simplicité d'être la vie. Grande est la simplicité.

Ne plus attendre quelque événement, quelque changement, être la clef du changement, être la source des événements car les événements sont le sous-produit de l'attitude. C'est bien là qu'est l'invitation, transformer radicalement l'attitude, transformer radicalement le mode de fonctionnement. Ne plus accepter la dispersion de l'énergie aux mille vents du mental, aux mille vents des événements, aux mille vents des émotions, aux mille vents des histoires.

Ne plus accepter la dispersion. Rassembler l'énergie. Retrouver l'art de l'attention et cultiver cet art comme on cultive la fleur la plus rare, comme l'on garde le trésor le plus précieux, et offrir ce trésor à l'intention première de l'incarnation, être le feu de l'amour, le feu vivant.

Il est amusant que l'humanité ait bien compris que ces êtres que vous nommez êtres de la nature, élémentaux, soient associés à la notion de simple et que l'humanité ait oublié de vénérer le simple en incarnant le simple. Incarner le simple signifie être silence, le cerveau uni au cœur, être silence qui s'offre à l'amour, le cœur uni au cerveau, être l'amour qui s'offre au silence. De cette union et de cette offrande mutuelle naît la création dans sa perfection.

Nous l'avons dit souvent et nous le disons encore, simplifiez, simplifiez vos quotidiens, simplifiez vos emplois du temps pour retrouver la claire simplicité de l'énergie rassemblée. Hors du temps, hors de l'espace, être le simple. De cette énergie rassemblée, spontanément jaillit une autre configuration de la structure corporelle. Ce qui semblait dense se fluidifie, ce qui semblait pesant est lumineux.

Voyez, il est vrai que l'irréversible a bien lieu, la terre change de dimension ouvrant la porte à l'humanité. Beaucoup attendent d'être élevés, peu choisissent de s'unir à l'énergie qui élève, peu choisissent de guider.

Car comprenez-le bien, il est vrai la terre s'ouvre et l'humanité est élevée dans cette ouverture. En même temps, l'humanité doit franchir les marches de l'élévation. Ne plus attendre, comprendre l'invitation, écouter l'invitation et appliquer avec passion. Car bien sûr, le temps n'existe pas, seul est l'éternel, c'est une évidence, n'est-ce pas ? Pourtant en termes du temps linéaire, l'on pourrait dire que le temps est compté, non dans la ligne d'une appréhension ou d'un événement mais dans la ligne d'une intensité de la transformation.

 

 

Message de l'Ami (Jésus) reçu par Agnès Bos-Masseron le 8-6-12

Etre rayonnement.

 

Unissez-vous au courant magnifique qui traverse la terre. Vous le savez, deux courants : l'un ascendant, l'énergie nouvelle, Don d'énergie, de nouveaux paradigmes, pour retrouver l'évidence de la beauté d'Etre Humain.

L'autre descendant, le courant de transformation, pour que l'énergie crispée lâche prise et s'unisse au courant ascendant.

Que choisissez-vous d'honorer ?

Ne plus attendre. Ne pas attendre quelque date, quelque prédiction, quelque futur. Maintenant, vous unir à l'énergie nouvelle, vous unir au Don en le rayonnant. Faites de cela votre intention maîtresse.

Ne plus attendre. Etre créateur de la réalité nouvelle, en incarnant le don.

Intensifier l'attention. Intensifier l'amour. Etre créateur des dons.

Vous vous souvenez ? Cette simple attention "En inspirant j'inspire l'Amour. Un temps de pause. En expirant Je Suis l'Amour et je l'offre à la création au cœur de chaque cellule. Un temps de pause."

Etre créateur de l'énergie nouvelle, en lui offrant la plénitude de l'attention. Nous ne parlons pas nécessairement de ressenti, mais de la plénitude  de l'attention. L'attention offerte à l'intention première : Etre adoration.

Etre rayonnement. Maintenant. Créer l'énergie nouvelle, en incarnant inconditionnellement l'intention d'être adoration, d'être le Don Vivant, d'Etre courant de joie simple, d'amour simple.

Etre rayonnement. Nous aimons vous accompagner. Pour marcher ensemble et créer ensemble, maintenant, cette terre nouvelle, terre de partage, de joie, d'Amour.

Ne plus prédire. Ne plus attendre. Etre rayonnement. Pleinement. Maintenant.

Telle est l'invitation.

Celui et celle qui donne reçoit. Le plus grand est offert.

 

 

Message de Maitreya reçu par Agnès Bos-Masseron le 3-6-12

Dire oui à être le mystère

 

Beau était le partage de la passion de l'autodépassement éternel. Nous aimons vous accompagner. Au-delà de ce que vous entendez, nous aimons vous accompagner pour vous rappeler simplement le sens réel d'être humain, le sens réel de vivre incarné dans ce monde qui semble tridimensionnel jusqu'à ce que l'on change son propre regard et que l'on perçoive au sein de la tridimensionnalité d'autres horizons, d'autres points de vue, d'autres dimensions.

Ces points de vue s'autodépassent éternellement. Nul n'est jamais arrivé et nul n'arrivera jamais à encapsuler la grandeur divine à travers un ressenti ou un mode de vie. La grandeur divine, la splendeur de l'Être, reste cet éternel au-delà. La passion de l'incarnation est qu'à travers l'incarnation, cet éternel au-delà, éternellement, se découvre encore et toujours avec des milliers de facettes, de visages, d'angles, de points de vue, pour réaliser encore et toujours éternellement un niveau toujours plus intense de perfection.

La perfection n'est pas figée. On n'arrive jamais à la perfection, on est la perfection et la perfection par nature est infinie, ouverte. Déposer le mental comme on dépose les chaussures au pied d'un temple ou au bord de la mer de sable. Marcher dans le sable, s'émerveillant de la beauté de chaque grain, aller vers l'océan et s'émerveiller de la beauté des vagues, la pureté de la beauté. Déposer le mental comme on dépose les chaussures au pied d'un temple pour accepter cette invitation éternelle de terre inconnue qui se découvre elle-même, s'ouvrant sur un autre inconnu, plus de beauté, plus de perfection vers l'infini.

Cette simple passion de la découverte, cette passion d'apprendre, d'écouter, cette émulation, ouvrent à cette autre façon de vivre où le critère n'est plus le figé du connu, le critère est l'invitation de l'inconnu. La passion est d'embrasser l'inconnu comme on se jette dans les vagues, sachant que la vague toujours nous ramène au bord du rivage et s'ouvre à une autre vague. La passion d'apprendre, d'écouter, la passion de la découverte. Non une personne qui, à partir de critères connus, voudrait bâtir un château de connu.

La personne s'offre à l'Être pour se découvrir dans sa beauté, dans sa pureté, dans son mystère. Déposer le mental comme on entre dans un temple pour écouter le mystère. L'on ne connaît pas le mystère, l'on ne peut que l'incarner et on réalise que Je Suis le mystère qui s'autodécouvre. Et la connaissance s'ouvre vers d'autres infinis. L'on ne perce jamais le mystère, on est le mystère. Le mystère s'ouvre éternellement vers d'autres infinis, d'autres niveaux de connaissance, amour, silence. C'est cela vivre, n'est-ce pas ?

L'humanité a cru contrôler le connu pour conquérir l'inconnu, mais l'inconnu ne se conquiert pas, il se vénère. On vénère l'inconnu avec infiniment de respect et de dévotion, parce qu'à vénérer l'inconnu, on s'ouvre à être le mystère du feu vivant. On ne conquiert pas l'inconnu, on le sert à travers l'incarnation. A le servir, il se révèle, gardant sa nature d'au-delà du connu. Il se révèle et l'on se fond dans le mystère du vivant, le mystère de la vie qui est le tout et le silence, et le mystère de l'amour qui est le feu vivant, la passion incarnée.

Qui pourrait prétendre connaître l'amour ? L'amour ne prétend pas connaître l'amour. L'amour sert l'amour en l'incarnant. L'incarnation, pourrait-on dire, est adoration. Nous le disons souvent, n'est-ce pas ? Que signifient ces mots ? Adorer n'est pas aimer comme on aimerait une poupée, la mettant dans une boîte, adorer est vénérer la nature d'inconnu, l'infini, l'éternel. L'adorateur et l'adoré se fondent, et Je Suis le mystère du vivant qui s'autodécouvre, gardant son visage d'infini, s'autodécouvre éternellement, d'autres infinis, d'autres horizons, éternellement.

Ce qui fait que celle qui sert de porte-parole perçoit et entend, c'est sa passion pour le mystère. A tout offrir au mystère sans vouloir le maîtriser ou le contrôler mais le servir, on le sert. Servir ouvre, et l'ouverture est au sein de l'union. Déposer le mental, déposer le savoir comme on dépose les chaussures au pied d'un temple et entrer seul. Le feu de l'amour, la passion de découvrir, car la passion de découvrir est inhérente à la nature de l'Être. La passion de découvrir est le diapason juste pour que fonde la rigidité de la matière et que s'ouvre la fluidité de la danse de l'éternel inconnu qui découvre ses mille visages et s'émerveille, et se reconnaît, reconnaissant toujours sa nature d'inconnu.

Être le feu vivant, être le feu d'amour, le feu d'amour de cet inconnu qui s'autodécouvre avec passion et vénération, sans vouloir conquérir ou encapsuler, comme des papillons devant lesquels on s'émerveille puisqu'ils volent libres dans le vent de l'amour.

Nous aimons vous accompagner avec tendresse et joie infinie. Nous aimons vous accompagner pour vous rappeler le sens d'être humain. L'être humain, merveilleusement seul de cette solitude qui se sait le tout, qui s'autodécouvre et se reconnaît, sachant que la connaissance est infinie, que la découverte est infinie. On ne conquiert pas l'infini, on ne peut que le servir, s'incliner, se fondre, être l'infini qui entre en relation avec lui-même à travers cette connaissance qui s'appelle l'amour, car l'amour et la connaissance sont un.

Il est vrai, il semble que nous vous amenions en terre inconnue, d'autres modes de fonctionnement, d'autres lois, d'autres paradigmes. Vous vous rappelez l'art de vivre, simplement.

Nous aimons que celle qui sert de porte-parole ne mette aucun écrin, ne rattache à aucun connu, transmette simplement avec innocence, le souffle de l'inconnu qui la traverse. A s'exposer ainsi encore et toujours au souffle de l'inconnu, on apprend à le regarder et à le reconnaître sans l'enfermer dans aucune croyance figée, sans le conquérir. On apprend à le reconnaître et à se fondre dans cet infini qui se reconnaît lui-même. La reconnaissance n'est pas mentale, la reconnaissance a lieu au temple du silence. Et exulte la joie, et exulte le cœur de cette reconnaissance qui ouvre vers d'autres inconnus, d'autres infinis. Nul n'arrive jamais nulle part.

Nous aimons vous accompagner avec joie et tendresse pour vous mener sur cette rive de l'infini et vous apprendre à diriger la barque de l'incarnation dans l'eau de l'infini. Une autre façon de ramer peut-être, un autre mode de fonctionnement. Ne pas se cramponner à de vieux paradigmes qui s'effondrent. Oser dire oui à être éternellement neuf, émerveillé, le feu de l'amour et se reconnaître dans d'autres infinis qui ouvrent vers d'autres infinis, et regarder tout ce qui semble un sommet d'infini pour s'ouvrir vers un autre infini. L'ouverture est éternelle.

L'on ne conquiert pas l'infini, on ne peut que le servir, le vénérer et l'incarner, et s'émerveiller reconnaissant tout ce que l'on croyait être les perles de la vie, la perle liberté, la perle de l'amour, la perle de connaissance, les reconnaître dans leur nature d'infini.

Nous aimons vous accompagner avec joie et tendresse dans ce qui semble être le grand virage où l'humanité quitte le contrôle du faux savoir ou du faux connu pour embrasser avec passion la découverte de sa propre nature, la vie.

Déposer les faux savoirs, les énergies crispées, les croyances pour être éternellement ouvert avec innocence et se fondre, à travers cette connaissance qui est l'amour, se fondre pour être l'infini et se découvrir en s'autodépassant éternellement. Cela semble abstrait peut-être, pourtant c'est cela le concret de la vie.

N'oubliez pas la puissance et la beauté de l'attention. L'attention donne vie. Offrir la puissance de l'attention à ce qui est l'intention première de l'incarnation, être l'infinie puissance de l'amour. Cela est concret, n'est-ce pas ?

Et aujourd'hui (jour de la fête des mères) dans le cœur des mères est la célébration de cette infinie puissance de l'amour. Lorsque le bébé naît, la mère sait, n'est-ce pas, l'infinie puissance de l'amour qui dépasse le connu. On regarde le corps du bébé et l'on entend son âme. L'infini exulte à travers l'âme, et l'on se reconnaît. Là on entre dans le mystère, et l'on dit oui à être le mystère. Comment peut-on oublier ?

Nous aimons rappeler à l'humanité, le feu de l'amour est l'éternel mystère qui s'autoconnaît et s'autodépasse éternellement, à travers le concret de l'incarnation. Car concrète est notre invitation. L'infini, comprenez-le, n'est pas éthéré, l'infini est concret, l'infini est la vie. Le feu de l'amour est concret, plus concret que vos matières. L'attention donne vie. L'attention donne vie pour qu'éclose l'intention première à travers l'incarnation.

Nous l'avons dit souvent, l'heure est proche où nous marcherons concrètement main dans la main, vous et nous. Nous nous regarderons avec l'œil intérieur et nous reconnaîtrons. Souvenez-vous, regarder avec l'œil intérieur est garder l'attention offerte au feu de l'amour, car nous offrons tout éternellement au feu de l'amour. Nous ne regardons que cela. A travers toutes les formes ou le sans forme, nous n'honorons que cela.

Comprenez-le, l'une des clefs maîtresses pour ouvrir la porte de ce monde qui semble inaccessible alors qu'il est omniprésent, est de diriger son attention sur la fréquence ou l'énergie correspondant à ce monde. Vous savez, comme vos radios, vous réglez la fréquence.

Nous aimons vous accompagner pour vous rappeler comment régler la fréquence. La première étape est d'être présence. Être présence est être infiniment ouvert, infiniment ouvert à ce feu d'amour qu'est la présence, ici, maintenant, à travers la structure du corps, l'attention tout offerte à être le feu de l'amour. Cela implique lâcher prise de bien des faux savoirs, de bien des contrôles. Oser se dresser, pure présence, sans attente, dans l'éternel service de celui ou celle qui se sait l'amour et qui aime éternellement, gratuitement, infiniment, la simple joie de servir l'infini en l'incarnant. Vous avez là la juste fréquence.

De cette juste fréquence, vient tout un art de vivre son quotidien autrement depuis la fluidité d'être le feu de l'amour, et la fluidité fait résonner la fluidité. Ne croyez pas que vous guidant vers l'infini, nous vous guidons vers l'abstraction. Nous aimons vous ramener à l'art de l'incarnation. Pour retrouver l'art de l'incarnation, il convient de lâcher prise. Lâcher prise des faux savoirs, des rigidités, du contrôle, être dans chaque moment d'éternité éternellement neuf, ouvert, être service, être amour qui se reconnaît. Être service n'est pas être servitude, être service est être ouverture, être le un, être la plénitude qui se reconnaît, exulter de la joie d'être le vivant qui s'autodépasse éternellement. Être service n'est pas être servitude. Être service est être liberté.

Pour la beauté de votre partage, nous vous remercions. Nous vous saluons.

 

 

Message de Maitreya reçu par Agnès Bos-Masseron le 1-6-12

Aimer le cœur, aimer l'Être, aimer la vie.

 

Avez-vous en cela le point central de votre attention ? Dans votre quotidien, à qui ou à quoi offrez-vous votre attention ?

L'humanité s'ouvre à une autre réalité ou retourne à la maison, les deux sont synonymes. Comprenez-vous à quel point vous êtes co-créateurs dans ce retour à la maison ? Si l'humanité pouvait comprendre cela et arrêter d'attendre quelque événement, quelque date et s'harmoniser maintenant au diapason de ce retour à la maison, le diapason du cœur, de l'Être ! Aimer le cœur, aimer l'Être, aimer la vie. Ne plus attendre et créer maintenant, créer ce nouveau paradigme, non sur la base des anciens paradigmes, mais en écoutant l'éternel nouveau. Telle est l'invitation faite à chacun et à chacune.

La terre s'ouvre. Beaucoup se contentent d'attendre, espérant quelque transformation après l'ouverture, après une date. Peu comprennent qu'ils sont co-créateurs dans cette ouverture et que le temps n'est pas. Certains prédisent des événements, peu savent qu'ils peuvent créer ce qui semble le futur, en incarnant maintenant l'harmonie correspondant à la vibration de ce futur.

Aimer le cœur, aimer l'Être, aimer la vie. Que signifie aimer ? L'amour dont nous parlons est l'amour qui se sait amour, non l'amour d'une personne qui aimerait un être extérieur à elle, nous l'avons dit souvent, n'est-ce pas, mais l'amour du cœur qui se reconnaît dans sa nature d'amour.

Dans vos quotidiens, honorez-vous le silence ? Et comment l'honorez-vous ? Ecoutez-vous le silence ? Vénérez-vous le silence ? Respectez-vous le silence ? Entrer en relation avec le silence et se reconnaître. Se reconnaître et le reconnaître comme l'éternel Bien-aimé. Et à travers cette relation, recréer toutes ses relations. Dans le quotidien, à travers chaque relation, reconnaître le visage du silence, de l'éternel Bien-aimé.

Avez-vous là une relation concrète dans votre quotidien ? Ou un vague abstrait ? Où placez-vous le poids de votre attention ?  Car si vous placez le poids de votre attention sur les événements ou les apparences, il reste peu d'énergie pour vénérer le silence et le silence semble vide et abstrait. N'oubliez pas, l'attention donne vie. A quoi et à qui donnez-vous le poids de votre attention ?

Nous l'avons dit souvent, l'heure est à la simplification. Simplifiez vos existences. Simplifiez vos existences, les enrichissant de l'attention offerte à la simplicité même. Simplifiez vos existences, les enrichissant de l'attention offerte à être rayonnement.

Vous souvenez-vous, être adoration ?

En inspirant, j'inspire l'amour. Un temps de pause. En expirant Je Suis l'amour, et je l'offre à la création au cœur de chaque cellule. Un temps de pause.

En inspirant, j'inspire l'adoration. Un temps de pause. En expirant Je Suis l'adoration, et je l'offre à la création au cœur de chaque cellule. Un temps de pause.

Lorsque vous inspirez l'amour ou l'adoration, quel degré d'intensité d'attention offrez-vous à l'amour et à l'adoration ? Vous vous souvenez, rassembler l'énergie.

En inspirant, j'inspire l'adoration. Un temps de pause. En expirant Je Suis l'adoration, et je l'offre à la création au cœur de chaque cellule. Un temps de pause.

En inspirant, j'inspire le rayon pourpre et or. Un temps de pause. En expirant Je Suis le rayon pourpre et or, et je l'offre à la création au cœur de chaque cellule.

Nous le redisons, nous ne disons pas "en inspirant, je perçois le rayon pourpre et or" mais j'inspire, unissant l'attention à l'intention d'animer le rayon pourpre et or. Vous vous souvenez, le rayon pourpre et or est l'expression de la dévotion, de l'attribut de dévotion inhérent à la nature de l'Être, l'Être que Je Suis.

En inspirant, j'inspire le rayon blanc. Un temps de pause. En expirant Je Suis le rayon blanc, et je l'offre à la création au cœur de chaque cellule. Un temps de pause.

N'oubliez pas, comment placez-vous votre attention ? Rassemblez l'énergie. Ne plus accepter de semblants d'impossible. L'attention sur le souffle vous aide à rassembler l'énergie et à offrir la plénitude de l'attention à qualifier le souffle des rayons. Vous vous souvenez, chaque rayon, un attribut de l'Être. Le rayon blanc, l'attribut de pureté, de sagesse.

En inspirant, j'inspire le rayon rose. Un temps de pause. En expirant Je Suis le rayon rose, et je l'offre à la création au cœur de chaque cellule. Le rayon rose est l'expression de l'attribut d'amour inconditionnel, de compassion.

En inspirant, j'inspire le rayon vert. Un temps de pause. En expirant Je Suis le rayon vert, et je l'offre à la création au cœur de chaque cellule. Un temps de pause. Le rayon vert est l'expression de l'énergie de guérison, de compassion.

En inspirant, j'inspire le rayon jaune. Un temps de pause. En expirant Je Suis le rayon jaune, et je l'offre à la création au cœur de chaque cellule. Le rayon jaune est l'expression de l'attribut de joie, de corrélation, de relation, inhérent à la nature de l'Être.

En inspirant, j'inspire le rayon bleu. Un temps de pause. En expirant Je Suis le rayon bleu, et je l'offre à la création au cœur de chaque cellule. Le rayon bleu est l'expression de l'attribut d'infinie protection inhérent à la nature de l'Être.

En inspirant, j'inspire le feu violet. Un temps de pause. En expirant Je Suis le feu violet, et je l'offre à la création au cœur de chaque cellule. Le feu violet est l'expression de l'attribut de l'amour qui transmue tout, qui clarifie tout, inhérent à la nature de l'Être.

En inspirant, j'inspire l'union des rayons. Un temps de pause. En expirant Je Suis l'union des rayons, et je l'offre à la création au cœur de chaque cellule.

En inspirant, j'inspire l'adoration. Un temps de pause. En expirant, Je Suis l'adoration, et je l'offre à la création au cœur de chaque cellule.

Être rayonnement. Ne plus baser son existence sur quelque attente ou quelque extérieur. Réapprendre l'art de l'intention et de l'attention sur la base de l'amour pour créer la réalité à l'image de l'intention la plus profonde, être adoration, Je Suis feu d'amour.

La nuit, lorsque vos corps dorment, où mettez-vous le poids de votre attention ? Donnez-vous le poids de votre attention à des apparences inertes ? Ou nourrissez-vous de votre attention l'intention "Je Suis feu de vie", l'intention d'être rayonnement ?

Dans ce que vous nommez retraites de lumière, l'attention est tout offerte éternellement à cette intention première "Je Suis feu de vie" et le feu de vie par nature est adoration.

Alors pendant que la nuit tombe, unissons-nous pour servir cette intention première, entrer dans le silence de la nuit, laisser les corps se reposer, rester l'éternel éveillé, offrir l'amour à l'amour par amour pour l'amour.

Nous vous remercions.

 

 

Message de Maitreya reçu par Agnès Bos-Masseron le 27-4-12

Actualiser l'affirmation "Je Suis feu d'amour, Je Suis adoration".

 

Nous ne parlons pas là d'un ressenti, nous parlons là d'un alignement de tous les aspects de l'individualisation à cette énergie infinie qui est feu d'amour. Voyez, l'invitation est sur deux plans. Ramener l'évidence de la nature de l'Être, cette réalisation que Je Suis l'Être que Je Suis qui est le tout, que cet Être par nature est feu d'amour. La réalisation est incontournable. Il suffit d'arrêter de croire aux masques, aux déguisements pour faire semblant d'être une personne qui joue le jeu du devenir. Et parallèlement à ce retour aux sources de ce que Je Suis, est l'alignement par l'attention consciente et soutenue, déterminée, de tous les courants de l'individualisation pour que soit actualisée à travers l'incarnation cette évidence "Je Suis l'Être que Je Suis". Et l'Être que Je Suis par nature est feu d'amour, adoration.

Cette actualisation, je vous le redis, se fait par l'attention déterminée pour que chaque courant de l'individualisation honore sa nature propre. D'autres paradigmes. Il suffit de retrouver l'art de vivre, l'art de l'incarnation. Nous vous l'avons dit bien souvent, la base de l'art de vivre, de l'art de l'incarnation, est la détermination. Les êtres humains ont perdu le sens de la détermination. Ils croient devoir appliquer un effort, exercer une volonté, tendre l'énergie, la crisper. Les parties crispées s'épuisent vite et retombent dans l'inertie initiale.

Là n'est pas l'intention. L'intention est d'être écoute, nous vous le disions hier, être écoute de l'énergie de la vallée, et au-delà même de cette écoute de l'énergie de la vallée, être écoute de ce que Je Suis. L'écoute implique l'alignement car l'écoute implique se taire, calmer les élans effrénés des énergies mentales, émotionnelles ou égotiques. Être écoute et ramener l'énergie à la source, pleinement éveillé, pleinement éveillé. Là aussi, on retrouve la nature de l'Être. L'Être par nature est pleinement éveillé.

La première étape, nous l'avons dit souvent, est de rétablir l'homogénéité de la verticalité de l'énergie dans le corps. Pour cela, à nouveau, l'invitation est à l'attention déterminée. Ne plus accepter l'inacceptable. Car en fait, l'humanité pourrait bien le comprendre, l'Être n'est qu'harmonie. Pour un Être d'harmonie, incarné pour glorifier cette harmonie de sa nature, le chaos est inacceptable. Ne plus accepter l'inacceptable. Cela peut être une façon d'exprimer ce qu'est la détermination. Retrouver la simplicité de dire oui à accompagner en conscience, par la présence, l'infinie verticalité de l'énergie qui traverse le corps.

Ne plus accepter l'inacceptable, ne plus accepter le chaos mental. Ramener par l'attention consciente et déterminée toutes les fibres, pourrait-on dire, d'énergie pour les homogénéiser à cette circulation verticale d'énergie qui traverse le corps. Alors naturellement, le cerveau retrouve en conscience son union avec le cœur. L'activité cérébrale s'ancre dans l'activité du cœur.

Ne plus accepter l'inacceptable. Ne plus accepter tous ces "oui mais" qui font que les personnes disent "j'essaie mais n'y arrive pas". Comprenez bien, celui ou celle qui n'y arrive pas n'essaie pas. Alors avec cette même attention déterminée, réapprendre à essayer. Ne plus accepter l'inacceptable, ne plus accepter le compromis, le compromis des émotions qui trouve mille et une excuses pour ne pas essayer ou ne pas y arriver, mille et une histoires.

Nous l'avons dit souvent, déposez les histoires. Ici, maintenant, déposez les histoires, les histoires des identifications au nom, au nom tridimensionnel, car le nom de lumière vous ramène à la source des histoires. Les histoires d'identification au passé individuel, ancestral, national, mondial. Les histoires d'identification au futur. Vous le savez, 2012, la grande porte. Et l'humanité attend quelque date illusoire oubliant qu'elle peut créer sa réalité maintenant. Et l'humanité attend qu'une porte s'ouvre par magie, oubliant que c'est elle qui détient la poignée. Alors, quelle porte ouvrirez-vous ?

Offrir ici et maintenant les identifications aux croyances. Se retrouver seul, merveilleusement seul, seul de celui qui se sait le tout et qui embrasse l'univers dans sa nature, seul de celui ou de celle qui se sait le un et qui embrasse la diversité de la création au sein de son unité. Se retrouver seul et droit, l'énergie dressée de cette verticalité qui est sa nature même. Alors les courants s'harmonisent, alors l'Être retrouve sa nature d'être de détermination.

Ne plus accepter l'inacceptable et embrasser le seul acceptable, l'Être est le tout. Le tout, la vie, ce que Je Suis, par nature, est feu d'amour. Alors au lieu d'attendre que quelques ressentis m'ouvrent un accès vers Je Suis feu d'amour, j'aligne mes ressentis à l'énergie correspondant à l'évidence de Je Suis feu d'amour. J'aligne mes ressentis en les rendant à leur source. Les rendre à leur source c'est arrêter de crisper l'énergie, de crisper l'attention, comme un enfant goulu crispe un gâteau au point de le mettre en miettes, le gâteau s'effrite et tombe, et l'enfant s'étonne de n'avoir pu le manger.

Aligner l'attention sur ce qu'elle sert. Car l'attention, pourrait-on dire, est le serviteur ou la servante. Et que sert l'attention ? L'intention. Nous vous l'avons dit souvent, n'est-ce pas, l'union de l'amour, de l'intention et de l'attention. Placer l'attention au service de l'intention. Le souffle vous aide. Le souffle vous aide à décrisper l'énergie car le feu du souffle est concret. Unir l'attention au souffle, accompagner le souffle pour lui rendre sa nature ample, sa nature subtile.

Ne plus accepter l'inacceptable. Une personne qui croirait "oui mais moi je ne sais pas respirer". Voyez jusqu'où ont été les mascarades. Le souffle est la vie. Comment peut-on vivre sans savoir respirer ? Pourtant il est vrai, la majorité des personnes croient vivre et ne savent pas respirer, croient vivre et survivent se débattant, essayant de comprendre sans voir. Ils sont comme les enfants qui tiennent la vie dans la coupe de leurs mains et écrasent la vie en crispant les mains, et la vie semble s'émietter ou s'effriter. Pourtant la réalité est que la vie est ineffritable. Elle coule des mains crispées et resplendit, fluide, en cascade verticale d'énergie, attendant que l'enfant décrispe la main et s'aligne. Nous en revenons à l'alignement, et nous en revenons à l'attention.

Ne plus accepter l'inacceptable, se nourrissant du seul acceptable. L'amour que Je Suis, l'Être de silence, d'infini que Je Suis, est ineffritable, inémiettable. Alors, s'il suffisait de dire oui, s'il suffisait de comprendre qu'il suffit d'arrêter de donner son attention à tous ces faux impossibles ou difficiles et de reprendre l'entraînement de l'art de l'incarnation offrant toute son attention a l'évidence d'être l'amour qui s'offre à lui-même. C'est cela l'Être.

Alors par amour pour l'amour, le seul acceptable devient le pilier. L'Être alors retrouve la nature de la détermination. La détermination n'est pas crispation, la détermination est l'autodépassement éternel de la vie. L'Être alors retrouve, par amour pour l'amour, la plénitude d'être. Car l'Être aimé est plénifié, et l'Être qui aime est plénifié de la même plénitude et se reconnaît dans l'Être aimé. Le merveilleux d'aimer l'amour. La coupe est pleine, c'est cela l'éveil. Aimer l'amour. La coupe est pleine. L'attention alors nourrit par la puissance de l'amour reposant sur la plénitude de l'indicible joie d'aimer et d'être l'amour qui aime.

Alors jaillit l'évidence d'être la liberté. L'Être éveillé alors entre dans le flot de l'autodépassement. La vie est offerte à cet autodépassement, et tous les plans de l'individualisation se réharmonisent dans cette attention offerte à l'intention d'être l'autodépassement naturel qu'est la nature de la vie.

Voyez un autre paradigme, l'attention ne part plus de crispations mais de la plénitude et du merveilleux de cet élan fantastique qu'est l'autodépassement éternel. Apprendre toujours et encore, grandir toujours et encore. Et qu'apprend-t-on ? Son propre infini, sa propre éternité et les lois correspondant à cet infini et à cette éternité. C'est bien cela le jeu de l'incarnation.

Voyez un autre paradigme. Ne plus accepter l'inacceptable, les croyances dans la petitesse parce que depuis trente, quarante ou cinquante ans peut-être les apparences reflètent la petitesse, oubliant que les apparences en fait ne s'alignent qu'aux projections des croyances.

N'accepter que le seul acceptable, l'Être, l'humain, le divin. La création est divine. C'est cela la porte qui s'ouvre, n'est-ce pas ? Et la poignée, vous l'avez bien compris, est l'union de l'amour, de l'intention et de l'attention. Les trois unis sont la nature de la poignée. Les trois unis sont l'énergie qui tourne la poignée. La porte s'ouvre. L'humanité semble avoir oublié qu'éternellement la porte s'ouvre. Croire que la porte est déterminée par un temps limité ou un espace limité est l'illusion de l'inacceptable. Embrasser l'invitation de cette ouverture qui s'offre dans l'éternité de l'au-delà du temps et de l'espace, est embrasser le seul acceptable. Ainsi l'humanité forge sa destinée, retrouvant l'évidence de sa divinité.

Nous vous l'avons dit, et nous le redisons éternellement et le proclamons - et joyeuse est la proclamation - dans la dimension de lumière, la rencontre est adoration. De cette attention offerte à l'adoration, jaillissent les rayons. Les rayons sont la précipitation de l'intention inhérente à la nature d'être adoration. Chaque rayon est l'expression unique et spécifique d'un des attributs de la nature de Je Suis feu d'amour. L'attention offerte aux rayons reste rivée sur l'intention exprimée par le rayon. Il ne s'agit pas de jouer avec des crayons de couleurs ou de jouer avec des arcs-en-ciel imaginaires, il s'agit d'accompagner la précipitation de l'intention pour affirmer la nature inhérente à l'Être. Il s'agit d'affirmer, offrant l'attention à l'intention spécifique de chaque attribut de l'Être. Il ne s'agit pas d'un jeu mental, il s'agit de l'affirmation de l'Être qui affirme sa nature avec chaque fibre de l'Être.

En inspirant, j'inspire l'amour. Un temps de pause. En expirant, Je Suis l'amour et je l'offre à la création au cœur de chaque cellule.

Vous vous souvenez, le choix est de ne plus accepter l'inacceptable. L'inacceptable serait d'attendre de ressentir de l'amour avant d'offrir la plénitude de l'attention à cette intention d'inspirer l'amour et d'affirmer Je Suis l'amour. L'attachement ou la servitude aux ressentis fait partie de l'inacceptable. Alors me direz-vous "nous sommes êtres d'incarnation, le ressenti fait bien partie de l'incarnation". Oui, simplement la plupart des êtres humains ont perdu l'art de l'incarnation. Alors de quoi parlent-ils ? L'art de l'incarnation retrouvé, le ressenti s'aligne automatiquement à l'intention. Le ressenti alors sert de référence. Je sais appliquer l'art de l'incarnation, et si le ressenti n'est pas aligné à l'intention, alors je sais que je ne sais pas encore et j'apprends avec enthousiasme et détermination. J'apprends à retrouver l'inévitable, ce qui m'est dû, la vie, la perfection. Exaltante est l'incarnation !

En inspirant, j'inspire l'amour. Un temps de pause. En expirant, Je Suis l'amour et je l'offre à la création au cœur de chaque cellule. Un temps de pause. En inspirant, j'inspire l'adoration. Un temps de pause. En expirant, Je Suis l'adoration et je l'offre à la création au cœur de chaque cellule.

Alors de nouveau certains diront peut-être "l'adoration m'est étrangère". Comment puis-je inspirer ce que je ne connais pas ?" Ceux ou celles-là oublient à nouveau que la dimension de lumière est dimension d'intention, et que le seul acceptable pour retrouver l'art de l'incarnation est de se détacher de l'attachement aux apparences, aux ressentis. Lâcher prise pour que l'alignement puisse se faire et que puisse renaître l'application de l'art de l'incarnation et que le ressenti reflète la plénitude de cet art.

En inspirant, j'inspire l'adoration. Je signifie par là que mon attention est offerte à cette intention d'être adoration, indépendamment de tout ressenti. En inspirant, j'inspire l'adoration. Un temps de pause. En expirant, Je Suis l'adoration et je l'offre à la création au cœur de chaque cellule.

En inspirant, j'inspire le rayon pourpre et or. Un temps de pause. En expirant, Je Suis le rayon pourpre et or et je l'offre à la création au cœur de chaque cellule. Le rayon pourpre et or est l'expression de l'attribut d'adoration et de dévotion inhérent à la nature de l'Être. En inspirant, j'inspire le rayon pourpre et or. Un temps de pause. En expirant, Je Suis le rayon pourpre et or et je l'offre à la création au cœur de chaque cellule.

En inspirant, j'inspire le rayon blanc. Un temps de pause. En expirant, Je Suis le rayon blanc et je l'offre à la création au cœur de chaque cellule. Le rayon blanc est la précipitation de l'attribut de pureté, de sagesse, inhérent à la nature de l'Être. En inspirant, j'inspire le rayon blanc. Un temps de pause. En expirant, Je Suis le rayon blanc et je l'offre à la création au cœur de chaque cellule. Un temps de pause.

En inspirant, j'inspire le rayon rose. Un temps de pause. En expirant, Je Suis le rayon rose et je l'offre à la création au cœur de chaque cellule. Un temps de pause. Le rayon rose est l'expression de l'énergie de compassion, d'amour inconditionnel, inhérent à la nature de l'Être. En inspirant, j'inspire le rayon rose. Un temps de pause. En expirant, Je Suis le rayon rose et je l'offre à la création au cœur de chaque cellule. Un temps de pause.

En inspirant, j'inspire le rayon vert. Un temps de pause. En expirant, Je Suis le rayon vert et je l'offre à la création au cœur de chaque cellule. Un temps de pause. Le rayon vert est l'expression de l'attribut de compassion, de guérison par la compassion, inhérent à la nature de l'Être. En inspirant, j'inspire le rayon vert. Un temps de pause. En expirant, Je Suis le rayon vert et je l'offre à la création au cœur de chaque cellule. Un temps de pause.

En inspirant, j'inspire le rayon jaune. Un temps de pause. En expirant, Je Suis le rayon jaune et je l'offre à la création au cœur de chaque cellule. Un temps de pause. Le rayon jaune est l'expression de l'attribut de joie, de corrélation infinie, de relation, inhérent à la nature de l'Être. En inspirant, j'inspire le rayon jaune. Un temps de pause. En expirant, Je Suis le rayon jaune et je l'offre à la création au cœur de chaque cellule. Un temps de pause.

En inspirant, j'inspire le rayon bleu. Un temps de pause. En expirant, Je Suis le rayon bleu et je l'offre à la création au cœur de chaque cellule. Un temps de pause. Le rayon bleu est l'expression de l'attribut de protection inhérent à la nature de l'Être, l'infinie protection d'être infinie puissance. En inspirant, j'inspire le rayon bleu. Un temps de pause. En expirant, Je Suis le rayon bleu et je l'offre à la création au cœur de chaque cellule. Un temps de pause.

En inspirant, j'inspire le feu violet. Un temps de pause. En expirant, Je Suis le feu violet et je l'offre à la création au cœur de chaque cellule. Un temps de pause. Le feu violet est l'expression de l'attribut de transmutation, la puissance de l'amour qui transmute, clarifie, purifie, attribut inhérent à la nature de l'Être. En inspirant, j'inspire le feu violet. Un temps de pause. En expirant, Je Suis le feu violet et je l'offre à la création au cœur de chaque cellule. Un temps de pause.

En inspirant, j'inspire l'adoration. Un temps de pause. En expirant, Je Suis l'adoration et je l'offre à la création au cœur de chaque cellule.

Vous le voyez, la rencontre dans la dimension de lumière est dans le partage d'adoration, dans le silence. Offrir son attention unissant le souffle et l'intention à être adoration. L'intensité de l'attention et le lâcher-prise de l'attachement aux ressentis ou aux apparences, mènera à l'alignement du ressenti pour qu'il exprime et reflète pleinement la gloire de l'intention, dans le silence, Je Suis feu d'amour, Je Suis adoration.

 

 

Message de l'Ami reçu par Agnès Bos-Masseron le 7-4-12

Par Amour pour l’Amour, Etre incarnation de l’amour.

 

Etre éveilleur. L’Etre, l’éternel éveillé, le feu d’Amour.

Pour Amour pour l’Amour.

Ne pas se placer en attente d’événements, créer sa réalité à l’image de l’Amour et de la Beauté de l’Etre.

Certains essaient de vous faire croire qu’il est inévitable de mettre votre attention sur des crispations. Vos ressentis peut-être essaient de vous faire croire cela. Choisissez de ne mettre votre attention que sur l’Amour.

Vous le savez, et comprenez-le bien, l’humanité est à la croisée des chemins. Lequel choisissez-vous ? Celui du Créateur, Celui de l’Eveilleur, Celui de ceux qui savent que seul est l’Amour, que l’attention nourrit, et que l’attention tout offerte à l’Amour peut transporter des montagnes, peut créer des mondes de lumière et de Paix ? Ou celui de ceux qui essaient de vous faire croire en d'inévitables crispations, en des chemins tous tracés, en des ultimatums ?

Le choix est vôtre. Le chemin de l’Amour est intransigeant. Simple et lumineux, mais intransigeant. L’heure est au choix conscient. Vous ne pouvez servir l’amour et rester en attente de quelque hypothétique futur.

Vous ne pouvez servir l’Amour qu’en l’incarnant, faisant le choix de le servir, de l’honorer, de se mettre à son écoute, de l’incarner. Simple et légère alors est la voie. Nous vous parlons de la voie sacrée.

Le choix est maintenant. Maintenant, créez le monde à l’image de l’Amour. Vous le savez, n’est-ce pas, la création est la projection de votre attention. Ne mettez votre attention que sur la lumière.

L’invitation est éternelle. A cette croisée des chemins, elle reste plus vivante, plus invitante.

Notre attention éternellement reste sur l’Amour. L’Amour sème des fleurs d’Amour, et ces fleurs semées sur la terre la vivifie, la clarifie, l’illumine.

Semez les fleurs de l’Amour. De par votre attention tout offerte à la lumière, semez les fleurs de l’Amour.

Pour votre pays, pour le monde, l’heure est à la croisée des chemins, faire le choix juste et vibrant de vie. Faire le choix d’être créateur de vos réalités. Créateur du monde d’Amour et de Joie auquel vous aspirez. Votre attention est créatrice. Souvenez-vous, votre attention est créatrice. Offrez votre attention à l’Etre Eternel et vénérable, la Vie, le Feu de l’Amour. Offrez votre attention pleinement, joyeusement, inconditionnellement.

En cela, nous vous accompagnons.

Retrouver le sens d’Etre Vivant. Etre le Feu vivant.

 

 

Message de l'Ami reçu par Agnès Bos-Masseron le 1-3-12

Oser dire oui.

 

Oui à la grandeur de l'Être. Être humain, c'est incarner la grandeur de l'Être. Depuis cette grandeur, vivre l'incarnation.

L'invitation est de vivre l'incarnation depuis la grandeur de l'Être. La puissance de l'Être.

L'invitation n'est pas de passer son incarnation à atteindre, à essayer d'atteindre la simple grandeur de l'Être, l'invitation est de vivre l'incarnation depuis la grandeur de l'Être.

Changer de registre. Se mettre à l'écoute et au service du cœur d'infini. Car le cœur d'infini innocemment exprime cette simple grandeur.

Passer du registre des limites à celui de l'illimité. Il suffit de changer de regard.

Comprenez-vous ? Il suffit de changer de regard. Car le regard est l'attention, et l'attention nourrit et donne vie. L'attention toute offerte à incarner le cœur d'infini dans la simplicité de chaque moment.

L'attention nourrit et donne vie. L'attention permet de changer de registre.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
Adresse

Anandamath

Hameau des Peyres

05300 EOURRES

04 92 20 23 35

Nombre de visites
Nous trouver