Message de Marie reçu par Agnès Bos-Masseron

Toi qui es l'Être, que choisis-tu ?

 

Nous posons à chaque être humain cette question. A chaque être humain : "Que fais-tu de cette situation, de cette opportunité ? Quel choix fais-tu ?"

Cela ne peut jamais être le cas qu'une situation, abstraitement, crée une opportunité nouvelle sans l'implication pleine et totale de chaque être.

Notre vision est qu'il n'est même pas nécessaire que tous les êtres ensemble en arrivent à faire d'autres choix. L'invitation est que chaque être pleinement fasse le choix de créer une création à l'image de son intention la plus noble dans chaque petit détail.

C'est cela en fait que devrait considérer chaque être humain, non se réfugier derrière un collectif, des dirigeants ou des circonstances extérieures. Mais avec quelle intensité de présence et de plénitude est-ce que chaque être choisit de créer cette humanité nouvelle, cette société nouvelle, d'être lumière offert à la lumière à travers son incarnation, de faire le choix sans être écrasé par le poids de la responsabilité de ce choix comme s'il fallait contrôler ou diriger quelques chevaux sauvages ? Non.

S'emplir de la plénitude et de la gratitude d'être, la plénitude d'être humain, la plénitude d'être la noblesse, la plénitude d'être le cœur, et l'implication de cette noblesse, de cette beauté dans chaque choix, dans chaque acte, non depuis le poids d'une responsabilité mais depuis la passion d'offrir au Tout, au Seigneur tout-puissant, le miroir de son image, de sa splendeur.

L'humanité serait étonnée si elle appliquait la puissance du choix de chaque être. Sortir de ce positionnement dans lequel vingt pour cent peut-être de l'attention ou de la présence sont centrés sur actualiser le choix le plus noble, et quatre-vingts pour cent sont dans la léthargie d'une attente car il faut bien que les autres suivent, n'est-ce pas ? Non, les autres ne sont pas. La création n'est que la projection de ce que Je Suis.

Avoir cette audace d'offrir la passion de la présence pour actualiser cette image d'une société d'harmonie. Mettre là toute son attention et garder cette attention, cette intention et cette image jusqu'à l'actualisation totale de l'image, non dans l'abstrait ou en se fermant les yeux mais en contemplant cette vision, en la nourrissant de la passion d'être présence, en la nourrissant de l'enthousiasme d'être créateur de sa réalité. Avoir une telle intensité d'enthousiasme et de passion dans cette vision que naturellement elle se réalise.

Comprenez la puissance de chaque être. Un tel être jamais ne connaîtra le découragement en croyant que sa vision ne peut s'implanter. Un tel être est tout offert, toute son énergie est offerte à implanter cette vision et c'est tout. Cela est sa passion, sa joie d'être. De cela, jaillissent les flots de joie pure et les flots de joie pure nourrissent la vision.

Ainsi nous posons l'invitation à chaque être "Toi qui es l'Être, que choisis-tu ?"

Message de St Germain reçu par Agnès Bos-Masseron

Le corps normal de l’être humain ne connaît aucune limite.

Voyez le secret qui ouvre toutes les portes, le secret qui génère toutes les invitations : être le feu de l’amour concrètement. Non juste une intention ou une approximation, être pleinement consumé, fondu dans ce feu de dévotion dont la vie, l’existence, est la périphérie, ce feu qui est le cœur de la vie, qui est le temple de la vie, qui est le vénérable Seigneur.

Pour cela, nous le disons et redisons, intensifiez l’attention, intensifiez la présence, intensifiez l’intention. Vous vous souvenez, je l’ai dit et le redis, l’union de l’intention, de l’attention et de l’amour.

Et regardez, l’on ne peut simplement croire être le feu de l’amour. Il est un critère concret et physique : les cellules resplendissent, le corps se fond dans ce brasier de l’amour. Le corps alors peut traverser les murs, le corps s’étend à l’infini, le corps est flamme vivante, le cœur est flamme vivante, l’individualisation alors, ravie dans une joie extrême, ananda, le regard, pure compassion, pure célébration. Car celui ou celle qui s’offre pleinement pour être la danse de l’amour a transfiguré sa physiologie…

L’on ne peut que donner l’infini de l’amour et l’on mesure l’intensité de ce don à la transfiguration de la structure physique. Celui ou celle qui est le feu de l’amour ne connaît plus aucun conditionnement. Le corps est infiniment fluide, nous l’avons dit, traverse les murs, se téléporte, se rend invisible et se rematérialise où l’on souhaite. Tout cela, ce que l’on nomme des phénomènes et qui sont l’état naturel de l’être humain, tout cela n’est que le sous-produit de l’intensité de dévotion. L’intention reste d’être pleinement offert, pleinement ouvert…

Voyez l’ultime lâcher-prise de celui qui offre tous les contrôles, toutes les volontés, pour laisser la place à la seule intention et nourrir cette intention et cette affirmation "Je Suis le feu de l’amour". La nourrir de la totalité de l’attention et la nourrir de cet amour même qui est l’intention et l’attention.

Voyez, il se pourrait que l’une des invitations de cette situation qui ressemble à une situation d’enfermement invite à se fondre ainsi pour dépasser toutes les limites. Le corps normal de l’être humain, nous le redisons ne connaît aucune limite. Quelle limite pourrait avoir l’infini de l’amour ? Le sang alors est nectar.

La voie, vous l’avez dit, est de s’ouvrir à sa propre noblesse, à cette infinie générosité inhérente à l’Être, de donner l’amour à l’infini. Et souvenez-vous, s’offrir c’est s’emplir. Donner sans se vider. Donner le rayonnement de cet infini de l’amour incarné à travers son unicité.

Le rayonnement a sa base dans la plénitude, la plénitude dans la simplicité d’être le Oui vivant. Alors intensifiez. Intensifiez l’attention, intensifiez la présence, intensifiez la joie d’être. Vous saurez la mesure juste le jour, pour parler encore en termes de temps linéaire, où la structure physique sera le feu vivant, et donc ne connaîtra aucune limite. La simple intention permettra au corps de se déplacer concrètement d’un point A à un point B, au cœur des étoiles peut-être, ou au cœur des demeures des Êtres Aimés.

Les retraites des Maîtres sont alors ouvertes. Le corps traverse les murs, vole, se rend invisible, et peu importe. Vous l’avez compris n’est-ce pas, le corps est le temple de l’amour, et par amour pour l’amour, ramener son corps à son état que nous nommons normal. Nous ne parlons même pas d’état ascensionné. Retrouver cette gloire de la noblesse.

Message de l'Ami reçu par Agnès Bos-Masseron

Laisse la croyance que tu es enfermé dans la petitesse.

 

Que choisis-tu ? Tu vois, inhérent à l’amour, inhérent à la dévotion, est l’amour de quitter le mensonge. Si tu dis que la séparation est ta réalité, mensonge. Choisis de traverser et laisse les bagages, laisse ton grabat. Je te l’ai dit, pose ton grabat, lève-toi et suis-moi. Cela implique l’audace. Laisse la croyance que tu es enfermé dans la petitesse.

Je n’ai jamais voulu qu’on embrasse mes pieds. Ce à quoi j’invite, ce que je souhaite, c’est qu’on se lève, qu’on prenne ma main et que l’on marche à mes côtés, droit, fier de cette filiation avec ce Père d’infinie beauté, d’infinie splendeur…

Par authenticité, lève-toi et marche. Quitte le grabat de la croyance que tu es séparé. Lève-toi et marche. Eveille, par le bonheur de me donner la main, éveille ce corps lumière, ce corps d’infini qui fait qu’éternellement le Père te touche, et qu’éternellement cette réalité du Père Mère Tout emplit la structure qui est ce que tu es pour rayonner la pure beauté.

L’invitation, il est vrai, est audacieuse. Garde cette authenticité qui est ton trésor. Ne la tourne pas pour nourrir tes croyances. Utilise-la pour marcher droit et fier dans ce regard d’infinie clarté qui toujours s’autodépasse, nourri et mû par cette passion d’être service à la splendeur du Père à travers ton incarnation. L’authenticité, c’est cela. L’authenticité n’a sa base que dans le bonheur et dans la joie. Je Suis l’infini de la joie.

Il faut bien prendre le glaive un jour pour couper les liens avec cette construction mentale, émotionnelle et égotique qui s’est endurcie. C’est le soleil qui emplit et transmue l’ombre. Regarde l’ombre, cela est clarté. Mais regarde-la non depuis les yeux de l’ombre, depuis les yeux du soleil. Cela, c’est la seule dévotion. S’ajuster éternellement à regarder depuis les yeux du soleil, à donner la réalité du soleil, à être l’infini de la joie.

Lâchons prise de cette croyance qui pleure ne pas pouvoir. Je dis "il ne s’agit pas de pouvoir mais de vouloir". Si tu veux, lève-toi, prends ma main. Je la donne à l’humanité et à la création. C’est pour cela que le Père, à travers moi, a créé ce corps qui éternellement adombre la terre et la création, pour qu’il y ait une main qui soit pont. Prends-la. Elle ne perçoit, ne touche, ne vénère et ne donne que la lumière car seul Cela est.

 

Message de St Germain reçu par Agnès Bos-Masseron

Louer l'abondance et non le manque.

 

Pris dans les filets de ses propres croyances ou des croyances du collectif - qui à un certain niveau sont inhérentes à ses propres croyances - la piste est de ne regarder que l'abondance car seule est l'abondance. Quelles que soient les apparences, au sein de cette apparence, contemple l'abondance.

Puis-je prendre un exemple concret ? Tu as cent sous peut-être, il t'en faudrait trente mille, remercie pour les cent sous. Ne regarde pas le manque, regarde ce qui est là. Regarde le don magnifique au sein de ce qui est là. Regarde l'opportunité au sein de ce qui est là.

C'est peut-être cela l'un des entraînements de cette période où en apparence vos libertés semblent être confinées. Gardez le regard sur la liberté, sur les opportunités, sur les possibilités au sein de ce qui est là. Car seul est ce qui est là, seul est maintenant, seul est le présent. Le manque est une projection dans le futur.

Alors tu vas me dire peut-être que le manque fait partie de maintenant. Le manque ne fait jamais partie de maintenant. Maintenant, vraiment maintenant, est plein.

La piste que tu voudrais recevoir est de s'établir pleinement dans maintenant, le plein, et de remercier pour maintenant, le plein. Cela libère les flots d'abondance. La gratitude ouvre à plus, l'inquiétude ferme les portes. Ne te vois pas emprisonnée dans quelque petitesse, contemple-toi libre, libre de ta réalité, libre de tous les dons qui te sont faits, libre de les recevoir.

N'associe pas la liberté à une condition, un événement ou une situation, fais de la liberté un absolu, ce qui est inhérent à ton être, et projette l'image de cet absolu dans les circonstances de ton quotidien. Comprends-tu cela ? Fais de la liberté un absolu inhérent à ton être, et projette cette image de l'absolu dans les circonstances de ton quotidien.

L'humanité souvent fait l'inverse, regarde une apparence et colle cette apparence sur la réalité de ce que Je Suis (je le dis au nom de chaque être). Faire de la plénitude et de l'abondance un absolu. Et au sein de chaque situation, concrètement louer l'abondance et non le manque. Faire de l'abondance un absolu inhérent à la nature de ton être et contempler cette réalité au sein de chaque circonstance. Cela libère les flots de l'abondance.

N'oubliez pas, l'attention donne vie. L'attention est créatrice.

 

Message de l'Ami reçu par Agnès Bos-Masseron

La pleine humanité de chaque être humain est sa divinité.

Comprenez la beauté, la vastitude, la grandeur du corps humain. Lorsque nous parlons de l’aura de chaque être, nous parlons de l’aura dans sa valeur la plus étendue. Vous le savez, les limites du corps humain ne s’arrêtent pas, loin de là, aux limites du corps physique. Le corps physique est l’une des coques internes du corps humain. Lorsque nous parlons de l’aura du corps humain, nous parlons de ce corps vaste, élancé, vibrant, rayonnant, libre de toute limitation.

Car voyez-le, la seule invitation est de ramener sa pleine humanité à chaque être humain, et la pleine humanité de chaque être humain est sa divinité. Non un concept, mais la réalité de cet être qui, dans sa nature et sa structure, est l’image pure du divin. La réalité de cet être qui dans sa réalité, dans sa structure, est le soleil de l’amour. Ainsi naturellement, dans cette perspective et cette vision, s’éveille l’autoguérison innée à chaque corps. Eveillons le corps lumineux de chaque être humain. Eveillons ce corps, reliant chaque cellule, chaque organe, à la structure, à la nature de ce corps.

…Belle est cette période qui permet à chaque être de se repositionner et de s’ancrer dans cette évidence de la capacité infinie d’autoguérison, dans la puissante de l’immunité inhérente à chaque structure physique lorsque l’être choisit les sentiers de la joie, les sentiers de l’amour.

Il faudrait que les radios puissent le dire, que les télévisions le proclament et que chaque être cesse de faire des compromis. Ne jamais se laisser influencer. Être l’écoute dans la simplicité de sa structure corporelle. Servir cette simplicité par des modes de vie, des attitudes, des aliments qui nourrissent cette infinie puissance et cette infinie beauté qu’est le corps humain.

L’immunité, nous le redisons, est générée, est animée, est amplifiée par l’amour et la joie, par la vie saine et simple, par la sérénité, par la paix, cette paix résultant de la confiance dans l’infinie beauté de la vie, cette paix résultant de la confiance dans l’infinie beauté de l’Être. Chaque être vivant sur la Terre étant la pure image de l’Être, cet infini de l’amour. Faire de sa vie une contemplation à la pure beauté.

Puisse l’humanité entendre, alors que les opportunités maintenant invitent à l’écoute, à la pause, à une intériorité peut-être. Retrouver cette relation consciente avec ce corps qui est conscience, car la conscience est tout, n’est-ce pas ? Entrer en relation avec les cellules, avec les organes dans l’amour, dans la gratitude. Imprimez cela dans l’eau que vous buvez. Imprimez cela dans les aliments, dans l’air que vous respirez, et chantez la gloire de la vie à travers la relation avec le corps. Ainsi est amplifiée, est animée cette tendance naturelle, cette immunité naturelle inhérente à la pure bonté qu’est chaque cellule.

Je vous le dis et vous le redis, dans l’union du cœur du Un, puisse être coupé irrémédiablement tout lien karmique du collectif de l’humanité avec quelque croyance, quelque intelligence ou quelque énergie qui insufflerait une illusion de peur alors qu’il n’existe que l’infini de l’amour et l’infinie beauté de la vie, son éternité, la puissance de sa bonté dans chaque cellule. C’est cela l’immunité, n’est-ce pas ? Le regard de chaque être conscient avec cette infinie bonté qu’est la vie et qu’est la nature de chaque cellule.

La gratitude est bien le plus beau don que l’on puisse faire à la vie. La gratitude est bien le plus beau moteur de l’immunité, de la vitalité, de l’éternelle jeunesse. Offrons cela au collectif de l’humanité.

Il est vrai, l’humanité, la création entrent dans une autre phase. Belle est cette phase, et belle est l’opportunité d’aller avec l’invitation de se positionner. Coupez les habitudes. Ne laissez rien impacter quelque illusion, quelque rêve, ou quelque fantôme ou fantasme. Coupons les liens.

… Eternelle est la victoire de l’amour. Inscrire cela dans les cellules du corps unifié de l’humanité. Et de cette éternelle victoire, jaillissent l’infinie vitalité, la puissance d’autoguérison et l’infinie immunité de chaque structure physique. Qui pourrait l’oublier ?

 

Message de l'Ami reçu par Agnès Bos-Masseron

Garder la vision d’un gouvernement qui ramènera l'harmonie au peuple de la terre.

 

Voyez, il serait bon que l’humanité comprenne. Nous accompagnons le déploiement de chaque être avec présence, amour et tendresse infinie. Nous guidons, nous encourageons, et simultanément chaque être doit être pleinement actif, doit faire le choix libre et conscient de se tourner vers l’infinie vitalité, vers l’harmonie.

L’on ne peut s’étonner qu’un virus arrive d’on ne sait où, si on laisse son corps s’emplir d’apathie, penser n’importe quoi, laisser n’importe quelle émotion aller au gré des vents de peur de ceux qui s’amusent à semer ces vents, aller au gré des rafales mentales, laisser les émotions se déchaîner comme des herbes folles dans les jardins du printemps.

L’on ne peut vivre comme cela et s’attendre à ce que le corps fonctionne bien. L’on ne peut mal nourrir son corps, mal le nourrir de nourriture, mal le nourrir d’inspiration, de sagesse, d’amour, car le corps se doit d’être nourri éternellement d’inspiration, d’être élevé, d’être baigné dans l’océan de la sagesse et celui de l’amour, non ces informations erronées, non toutes ces impulsions qui rétrécissent les champs vibratoires, mais la sagesse, la connaissance, l’amour, la tendresse qui élèvent le corps vibratoire et ainsi renforcent le corps physique. Un tel corps est impénétrable. Dans les auras d’un tel corps, dans les auras de la Terre ou de toutes planètes dans lesquelles de tels êtres vivent, aucun virus ne pourrait s’infiltrer.

Loin de se contenter d’arrêter le flot des voitures, il convient de regarder avec la vision vaste qui inspire et élève pour que s’arrête le flot des activités mentales déchaînées, le flot des émotions, le flot des ego qui se posent jusqu’à ce que se tisse la trame d’harmonie dans le corps, dans l’aura et que, de cette trame d’harmonie, découle le bon fonctionnement du corps, l’immunité et la puissance. Qui choisit de faire cela ?

Voyez, l’être humain devrait se souvenir à quel point la nourriture n’est pas que d’aliments, d’eau ou d’air. Elle est aussi de tendre bonheur, d’exaltation, de cette passion de s’autodépasser, de cette passion de s’exposer à l’océan de la sagesse, à l’océan de l’amour, et de se voir grandir éternellement. Et nous signifions cela à plusieurs niveaux car, vous le savez, immense est la structure physique d’un être plénifié, immense son aura, et brillante et puissante la connexion entre son cœur et son cerveau.

Pour un tel corps, vous le savez, aucun agent extérieur ne peut venir semer la dysharmonie alors que ce corps pulse et rayonne l’harmonie, la puissance de la joie, de l’exaltation. Car vivre c’est être exalté, n’est-ce pas ?

Nous gardons la vision de ce gouvernement qui gouvernera les peuples dans la seule intention de ramener les êtres humains à cet état normal d’être humain, un être d’harmonie, au corps infiniment vital, performant, harmonieux, résistant, pulsant de joie, de vitalité, infiniment nourri aux rayons d’amour et de sagesse, incarnant l’amour et la sagesse. Nous gardons la vision d’un gouvernement qui offrira cela au peuple de la terre.

Si l’on veut parler en termes de temps linéaire, il fut un temps où les rois étaient saints. Saint est l’être qui incarne et rayonne la plénitude de l’harmonie, l’union de la sagesse et de l’amour. C’est cela qui nourrit les cellules. C’est cela qui constitue le plein fonctionnement du corps.

Retrouver ce mode de simplicité d’existence qui permet de se nourrir à tous ces niveaux et qui permet à la structure corporelle d’être toujours plus vitale, toujours plus dynamique, tout en étant pleinement reposée. L’être humain est être divin.

 

 

Message de St Germain reçu par Agnès Bos-Masseron

Dites à l’humanité à quel point elle est entourée.

 

Être présence d'amour et de soutien. S’impliquer pleinement dans l’amour et le soutien envers chacun, envers l’humanité tout entière. Amour et soutien, et cela aussi est vital, envers tous ceux qui s’impliquent, ceux qui donnent, quelle que soit leur façon de donner, et même ceux qui donnent l’apparence de donner et qui derrière manipulent. Le même soutien concret pour ceux là aussi, reliés à leur essence. Percevoir ou créer un feu de lumière autour de tous ceux qui décident à quelque niveau que ce soit, les voyant tous dans leur divinité, particulièrement les autorités sanitaires du monde, également les autorités économiques du monde…

Impliquez-vous avec joie, passion et tendresse, quelle que soit la forme d’implication. Il n’est pas nécessaire de commencer à militer pour telle ou telle solution, mais impliquez-vous pour proclamer la voie de vérité. Et la voix de vérité est que le corps humain sait s’autoguérir si l’on le nourrit de lumière, de confiance, de tendresse. Impliquez-vous pour semer concrètement des graines de joie. ..

Comprenez-le, peut être que ce qui semble être l’un des derniers virages semble un peu raide ou aigu, et pourtant la seule réalité reste : seule est la lumière, seul est le Un, seule est la joie…

Bien sûr, vous n’allez pas vous surcharger, mais à chaque impulsion, chaque vague qui pourrait vous faire vous soucier pour quelque secteur de la société, pour quelque décision incongrue, remplacez cela, ou faites succéder cela d’une vague de joie, d’une intention de guérison, de la demande que le cercle des Gardiens de la Flamme, le cercle des Archanges et le cercle des Anges, les Gardiens de l’humanité, que tous ceux-là offrent concrètement  lumière, joie, tendresse et présence à ces secteurs auxquels vous offrez l’attention…

Impliquez-vous dans la lumière, dans le silence et dans la profondeur. Vous le savez, magnifique est cette opportunité. Magnifique pour l’humanité, magnifique pour vous.

Ainsi apprenez concrètement à être présence de joie, présence concrète. Visualisez l’Archange Michaël qui embrasse la terre du manteau de lumière bleue. Visualisez la Flamme violette qui brise les accroches qui sont envoyées à l’humanité ou à la terre, accroches qui se traduisent par ces situations incongrues. Visualisez l’archange Raphaël  qui offre la plénitude de guérison au corps unifié de l’humanité, à chaque être humain. Visualisez les Anges de la Joie. Concrètement, sollicitez-les, ainsi que les élémentaux. Remerciez les Gardiens de la Terre pour leur sagesse, leur regard, leur présence. Chantez, riez, méditez, agissez.

Restez dans le léger. S’impliquer, vous le savez, est rester dans la plénitude de la joie. Restez dans le léger. S’impliquer c’est offrir la puissance de la joie, sachant que chaque être est créateur de sa création. Riez, chantez, méditez, agissez. Intensifiez l’union, semez les graines, et récoltez les graines qui ont été semées.

Vous l’avez dit, l’humanité a su créer ces opportunités de communications à travers tous ces moyens qui, s'ils ont bien une action de pollution à un niveau, restent principalement un don, car à travers ces moyens l’inspiration peut être amplifiée, partagée, offerte.

Intensifiez le lien de tendresse et de présence. La distance n’existe pas, n’est-ce pas ? Tous vivent unis à tous. Faites de cela le concret. Et surtout, quelles que soient les circonstances, intensifiez le mouvement corporel, et même si vous êtes dans les villes, passez un bon moment à aimer l’air frais dehors, en l’inspirant et l’expirant. Cela est vital.

N’oubliez pas : il n’est point de dimensions. Dites à l’humanité à quel point elle est entourée. Dites à l’humanité le triomphe de la beauté, de la santé, de l’abondance, de la créativité, de la joie et de l’union. Nous vous remercions.

 

Message de l'Ami reçu par Agnès Bos-Masseron 

La seule prière est de garder la vision d'harmonie.

Il serait beau que l'humanité comprenne, ce n'est pas en s'inquiétant pour un trouble que l'on peut aider à la résolution de ce trouble. Ce n'est pas par la peur que l'on peut aider à résoudre ce qui en apparence a besoin d'être résolu. La puissance de guérison est la puissance de la foi. Et qu'est-ce que la foi ? Non une croyance aveugle, non une croyance. La foi est la vision noble du divin… Qu'est-ce que le divin ? Le divin est la perfection. Le divin est l'éternel au-delà. Et au sein de cet éternel au-delà, sont toutes les couches de la création. Dans chaque couche, la parfaite beauté, la parfaite harmonie dans la simplicité de l'incarnation, la parfaite harmonie de la santé pour chaque être humain…

Cessez d'écouter ces nouvelles qui ne font que décentrer le collectif de l'humanité. Gardez le regard rivé sur la santé parfaite et offrez cela à chaque être humain et particulièrement maintenant à ceux dont le corps en apparence est affligé de symptômes.

Vous le savez, il est l'ère des miracles, l'ère de l'harmonie. Voyez, alors que certains ne savent pas mieux faire que de créer des histoires qui décentrent, il est la fraternité du Vivant. Et savez-vous, les milliards d'anges ? Savez-vous la fraternité, ces milliers, ces millions, ces milliards d'êtres lumineux qui, unis au cœur du Un, offrent ce qui est la seule prière, la vision de l'harmonie. Car la prière, vous le savez, n'est pas des mots, elle est le verbe et le verbe est la pure expression de la vision…

Vous le savez, n'est-ce pas, il est tous ces médecins qui, paraît-il, font des miracles. Le miracle est la résultante de l'offrande de toute son attention à la vision d'harmonie. L'idéal est par tous les sens ou au moins par un seul sens, peu importe tant que l'énergie est rassemblée, détendue, pleine et unifiée. On ne peut être affolé ou apeuré et en même temps croire ou prier pour la santé de l'humanité. La prière a sa base dans l'infini de la joie.

Ainsi simplement vous rassemblez l'énergie par le souffle et par dévotion vous retirez votre attention ou votre énergie de tous ces courants porteurs de dissension, de toutes ces nouvelles faussées. On n'a pas besoin d'histoires pour garder la vision de l'humanité établie dans l'harmonie de la santé parfaite. On n'a pas besoin d'histoires, on n'a besoin que de l'amour et de cet enthousiasme d'être membre de la fraternité du Vivant.

La connaissez-vous cette fraternité ? Nous le redisons, tous les règnes, tous les plans, toutes les dimensions même, unifiés dans l'unité du cœur. Chacun avec son mode d'expression, chacune dans son langage, offre la vision.

La fraternité du Vivant ne peut se permettre de donner l'attention à quoi que ce soit d'autre que d'offrir cet infini de l'amour, cet infini de la joie et cette vision concrète de la santé parfaite pour chaque être vivant sur la Terre.

Voyez à quel point l'énergie du centre et du cercle s'amplifie. Mille fois plus puissante l'énergie unifiée d'un cercle qui fait le choix par dévotion d'être la vision d'harmonie et d'offrir cela à chaque être vivant sur la Terre. Puisse chaque être entendre l'infini de la tendresse…

Vous le savez, n'est-ce pas, le temps linéaire n'est qu'illusion. Ne vivez pas maintenant comme un moment dans le temps et l'espace. Gardez l'union, gardez la vision.

Voyez, il est un plan de vie qui est le temple du vivant. Là, tous les êtres évoluent et s'unissent dans le temps simultané pour porter et incarner cette vision de l'incarnation d'harmonie. Sortez de l'emprise du temps linéaire.

Votre temps, vous l'avez vu, s'accélère et perd sa tangibilité, n’est-ce pas ? Retrouvez le temps simultané, ce moment maintenant, cette intensité de joie, d'union, de tendresse, cette vision d'harmonie, de guérison, maintenons-la dans le maintenant éternel du temps simultané. C'est là que nous nous rencontrons. C'est là que nous marchons sur les routes de la création.

 

Message de St Germain reçu par Agnès Bos-Masseron 

Vous savez le triomphe. Soyez l'acteur de ce triomphe...

Vous l'avez dit, unique est cette période. Pendant longtemps l'on parlait de ce grand passage et de ce fait de craquer la carapace pour que jaillisse le nectar de l'existence.

Vous le savez, plusieurs niveaux simultanés. Au niveau suprême, seul est le Un. Cela est établi, n'est-ce pas ? Au niveau du duel le plus fin, l'une des apparences de plus grande bataille qui n'ait jamais existé à la surface de la Terre a démarré. Cela est heureux, la plus grande et peut-être la dernière, ou l'une des dernières selon le choix, non des assaillants, mais de l'humanité. Il est beau d'être conscient de tous les plans, de tous les aspects, pour être pleinement présent.

Bien sûr l'évidence est que seul est le Un, indivisible, la pure dévotion offerte au suprême Seigneur par le suprême Seigneur. Et simultanément dans le jeu de l'incarnation, le jeu simplement. Uniques les aspects de ce jeu dans ce moment de maintenant.

Il est vrai, chamboulement et ouverture sont les deux aspects de surface. Il est vrai, plus profondément une apparence de lutte ou d'attaque de ce qui fait semblant d'être l'ombre envers l'éternelle Lumière. Prenez cela dans le temps simultané et non dans le temps linéaire. Il ne s'agit pas d'un moment dans le temps linéaire, dans le cours de l'ouverture de l'humanité ou d'un retour à l'harmonie. Le temps simultané. Au niveau du duel le plus fin, les jeux de l'ombre et de la lumière, l'ombre essaie de triompher, l'ego essaie de se crisper ou de se cramponner. Non les egos, mais l'Ego avec un grand « E ». Nous ne souhaitons pas élaborer sur ce thème ; moins l'attention est mise sur ce thème et mieux cela est. Et pourtant il est beau de saisir tous les aspects.

Tous sont Chevaliers de Lumière, certains plus au premier front peut-être, d'autres plus en arrière-plan, tous unis, tous Un. Différents ressentis également selon les poids karmiques des différentes nations. Certains vivent dans des nations, une particulièrement qui a choisi la Paix et qui a toujours impliqué la paix dans son essence. D'autres vivent dans des pays dont l'implication karmique est plus lourde ; et même dans le même pays, différents lieux géographiques, et la lourdeur peut être ressentie plus ou moins. Et puis, les sensibilités de chacun, ou les hyper-sensibilités, vont faire que certains en sentent plus les aspects…

Comprenez-le, cela est bénédiction, car il est bien réel que la présence des chevaliers et leur pleine conscience de tous les aspects, de tous les tenants et tous les aboutissants, de tous les niveaux, de toutes les couches de cette situation, tout en gardant l'attention sur le non-duel, est bénédiction. L'important est de ne rien prendre au sérieux et de ne résister à rien. Si vous sentez l'inconfort, ne résistez pas. Embrassez-le. Embrassez-le depuis cette totalité de vous qui est éternelle lumière…

Nous le disons, méditez, riez, chantez, priez. Soyez le silence au cœur du mouvement, Soyez la Joie au cœur de quelque ressenti.

Pourtant la réalité ne peut être niée, et il est beau – cela fait partie de la clairvoyance et de la clarté – de percevoir tous les aspects de la réalité pour y être pleinement présent. La regarder en face sans la défier, ne voyant en elle que l'infini de la lumière, sans la défier. Tous les aspects. L'apparente situation à la surface de la Terre, l'ouverture pour l'humanité créée par cette apparente situation, et la réalité durcie des créateurs de cette situation qui croient pouvoir offrir un dernier défi à l'éternité de la lumière. Voir tous les aspects les traversant, l'attention et l'intention ancrées sur l'infini de la lumière, non au sein de ce jeu de dualité, mais au sein du Un…

Continuez à rire et à chanter. Chantez beaucoup. Au cœur de l'inconfort, chantez. Au cœur du confort, chantez. Chantez avec la voix, et surtout chantez avec le cœur.

Ne situez pas cette situation dans le temps linéaire. Vivez-la dans le temps simultané. Réjouissez-vous. Vous savez le triomphe. Et simultanément, soyez l'acteur de ce triomphe...

Il ne suffit pas maintenant de garder la vision du non-enjeu, du Un ; le jeu de l'incarnation maintenant invite à être acteur, pleinement, dans les actions de lumière, et par le choix dans son quotidien, quel que soit ce qui traverse, de s'offrir pleinement à la lumière et à l'évidence que seul est Cela. Et de regarder toutes les facettes, toutes celles qui jaillissent, toutes celles qui apparaissent, toutes celles qui prétendent, sans résister, sans aucun jugement, le regard rivé sur la Flamme éternelle, le suprême Seigneur. Reposez-vous, ancrez-vous, nourrissez-vous. Quel que soit le ressenti, traversez-le, rivé au nectar de l'amour qu'est le suprême. Et ne faites aucune histoire. Vous traversez et c'est tout. Il n'est pas besoin de rationaliser…

Voyez le grand triomphe, celui de l'éternelle Joie…

Ne faites aucune histoire des situations présentes, et n'écoutez surtout aucune de ses fausses nouvelles.

Restez offert, présent, ouvert, et pour cela nous vous remercions.

Message de l'Ami reçu par Agnès Bos-Masseron le 27-3-20

La Fraternité du Vivant embrase la terre dans le Feu de l’Amour.

Être présence d'amour. Cela ne peut se faire de l'extérieur. L'extérieur, vous le savez, n'est qu'illusion. Tout est amour. Et l'amour, vous le savez, est la seule puissance de guérison.

Nous l'avons dit très souvent, le souffle vous aide à retrouver cette verticalité qui fait que naturellement le cœur est le centre et le temple, et que du cœur du cœur, conscient que Je Suis Cela, le cœur du cœur, vous êtes l'amour qui guérit et qui s'offre à chaque être, à chaque parcelle de création.

Quelles que soient les invitations, Je Suis l'amour qui s'offre à l'amour, pleinement ouvert, pleinement offert.

 

Vous voyez la beauté et la grandeur, la puissance n'est qu'une illusion. Pour l'être qui fait le choix d'être présence d'amour, cela en soi est simple, n'est-ce pas ? Il suffit d'aimer. Le souffle dans sa réalité est l'amour. Faire le choix d'unir en conscience le souffle et l'amour.

En inspirant, j'inspire l'amour. En expirant, Je Suis l'amour. Et offrir cet amour inconditionnellement à tout être vivant sur la terre.

Ne jamais croire dans la possibilité d'impuissance. Ne pas attendre. Ne pas attendre que viennent des solutions, être le ferment de cette solution. Choisir de quitter les sentiers de la peur ou de l'inquiétude.

Il est vital que humanité se lève. Je l'ai dit, n'est-ce pas, et les paroles, vous le savez, sont éternelles "lève-toi, prends ton grabat et suis-moi". Lève-toi, ton grabat est toutes ces apparences de poids, tous ces poids qui semblent traîner et reliés à des chaînes, des chaînes collectives peut-être ou des chaînes karmiques.

Voyez, celui qui me suit, celle qui me suit, quitte les sentiers battus pour prendre la route éternellement neuve et nouvelle. A chaque souffle Je Suis le feu de l'amour. Mettre le poids de l'offrande de son attention sur ce choix conscient. Cela est vital, vous comprenez. Quitter les sentiers de l'inquiétude ou de la soumission et surtout de l'attente, créant "Je Suis la fraternité du Vivant". Et "Je Suis", vous le savez, est verbe de puissance.

Puisse chacun et chacune se lever et prendre son grabat, ce lit d'ignorance, d'habitudes, de croyances ou d'addiction à la soumission, pour se lever libre et joyeux, offrant le souffle de l'amour. Tendre la main à chaque être, chaque être humain, chaque être quel que soit son règne, pour que tous se sentent membres de la fraternité du vivant et se lèvent triomphants.

Les miracles, vous savez, sont la résultante de l'amour. Et l'amour, vous le savez, ne connaît pas le doute. La foi est la pleine confiance dans l'inévitable de l'amour. La guérison va bien au-delà de celle des symptômes. Elle est profonde.

A chaque souffle, embraser l'humanité du feu de l'amour pour que chacun se souvienne non seulement qu'il ou elle est infiniment aimé, mais surtout qu'il ou elle est l'amour et peut choisir d'embraser la terre maintenant.

Vous le savez, seul est le temps simultané. Maintenant, je foule la route des hommes pour y mettre l'empreinte du triomphe de l'amour, de l'infinie puissance de l'amour triomphant. La guérison, vous le savez, est la résultante de l'amour.

 

Vous le savez, n’est-ce pas, la puissance de la Joie. Vous le savez, n’est-ce pas, que chaque fibre de création est née de la Joie, et l’infini de la Joie, et que chaque apparence retourne à l’au-delà de l’apparence, la Joie Pure et parfaite. Etre l’océan de la Joie, et dans cet océan, placer toute apparence, toute apparence de souffrance ou de limite, ou toute cause à la source de ces apparences, et que ces causes maintenant soient totalement et instantanément dissoutes dans cet océan de la Joie pour que reste l’évidence que la Vie est pure Joie, que le corps dans sa structure est pure Joie, et que de par cette nature de pure Joie inhérente à sa structure et sa nature, le corps ne peut qu’être l’infini de la guérison, l’infini de la vitalité, l’infini de la Joie. Puisse cette réalité s’imprégner maintenant dans chaque cellule du corps unifié de l’humanité. Puisse chaque être entendre la voix de vérité "Seul est l’infini de la Joie".

 

Souvenez-vous. Souvenez-vous et proclamez-le, que chacun se souvienne : il n’est que le temps simultané. Maintenant, la Fraternité du Vivant embrase la terre dans le Feu de l’Amour, dans le Feu de la Joie. Souvenez-vous et proclamez-le : la Joie est l’origine, la structure et la destinée de chaque parcelle de création. La Joie est la structure et la nature de chaque corps, de chaque structure physique, et la Joie est toute puissante. Je ne parle pas de cette joie motivée par quelque circonstance mais de la Joie, cette réalité infinie et éternelle. C’est cela, comprenez-vous, qu’il convient de proclamer, d’incarner, de rayonner à la surface de la terre.

Voyez, pour beaucoup, tout semble s’être immobilisé pour permettre peut-être de sortir des courses folles et de faire le choix d’être puissance de Joie. Cela est simple comprenez-le :

En inspirant, j’inspire la Joie. En expirant, Je Suis la Joie et j’offre la Joie à la terre, à l’aura autour de la terre, à la structure physique et à l’aura de chaque être vivant sur la terre. Cela, éternellement.

Briser les chaînes des peurs en brisant les croyances dans la réalité des raisons de ces peurs. La peur n’est qu’illusion. Le corps est joie pure et le corps a la capacité d’autoguérison instantanée.

Ensemble, soufflons le Souffle de l’Amour sur ce carcan de peur qui semble enserrer le collectif de l’humanité dans une réalité illusoire. Et Dieu sait que quelquefois les illusions semblent réelles.

En inspirant, j’inspire la Joie. En expirant, Je Suis la Joie et j’offre la joie à la structure de la terre, à l’aura autour de la terre, à la structure des corps et à l’aura de chaque être vivant sur la terre.

Je Suis l’infini de la Joie. Je Suis le souffle de l’Amour.

Offrir ainsi le souffle au triomphe de l’éternelle guérison. Ainsi souffler sur cette illusion de carcan de peur qui semble enserrer le collectif et réveiller la puissance d’autoguérison de chaque être.

Le corps est Joie Pure. Chaque cellule le sait.

Ensemble, le voulez-vous, marchons sur les routes des hommes, même si en apparence vous ne pouvez emprunter beaucoup de ces routes, mais la route c’est le Cœur n’est-ce pas, c’est la puissance de la Présence, la puissance de l’intention et la puissance de cette dévotion qui fait choisir inconditionnellement de sortir des chemins de la peur.

N’écoutez pas les Maîtres illusionnistes. N’écoutez que la voix du Cœur. N’écoutez que la guérison qui pulse, inhérente au pouls de chaque être, qui danse dans chaque cellule. Qui pourrait douter de cela ? N’écoutez pas les histoires illusoires. Soyez le souffle de guérison. Soyons cela. Rayonnons-le, unis à tous ceux et toutes celles qui par leur intention ou leur action font don de l’Amour.

Restons unis pour offrir à la terre le bain de l’Amour. Restons unis pour offrir l’énergie de guérison, de compassion.

Ne doutez pas de la puissance de l’Amour.

Nous vous saluons.

 

Message de l'Ami reçu par Agnès Bos-Masseron le 24-3-20

L'illusion est poussée à son paroxysme. 

Vous le savez, n'est-ce pas, la joie, cet ananda qui est la trame de la création, sa source, sa destination, cet ananda est la puissance de guérison. Par la puissance de l'union du cercle, puisse la puissance de la joie, neutraliser dans le collectif de l'humanité toute énergie de peur, toute énergie de division, toute énergie de faiblesse pour que chaque être se dresse en dévotion à la joie et fasse le choix de briser toutes les chaînes pour être simplement la puissance de l'amour qui guérit et qu'ainsi par la puissance de l'amour qui guérit, soit animée au cœur de chaque être, au cœur de chaque cellule, au cœur de chaque point de la création, l'énergie de bienveillance, d'autoguérison, de vitalité et de joie.

Au nom de chaque être humain, au nom de cette fraternité qui a établi que chaque cellule du corps unifié de l'humanité est la totalité de ce corps, que chaque être porte en lui la totalité des êtres humains, par la puissance de ce souffle qu'est l'amour, par la puissance de ce souffle qu'est la joie, que jaillisse l'énergie d'autoguérison, non seulement pour cette apparence de virus ou d'épidémie mais pour l'épidémie la plus grave qui traverse la terre, celle de la peur et de l'addiction aux croyances étriquées…

…Car c'est cela, comprenez-vous, qu'il convient de garder dans votre vision. Puisse l'humanité entendre. Et quitter – nous vous y invitons avec fougue et ferveur - quitter ces voix des appréhensions, quitter ce fait de se laisser influencer par ces fausses nouvelles, par ces faux importants, par ces fausses voix, pour écouter la seule voix, celle de la confiance, celle de la puissance dans l'amour et la joie, celle qui offre cette vision d'une humanité honorant l'harmonie, de l'aura de la terre saturée d'amour, de respect, de lumière, de pureté, du corps humain triomphant et exultant de joie, de vitalité et d'harmonie.

Comprenez-le, la seule information, la seule connaissance sur laquelle on peut porter son attention et à laquelle on puisse donner le poids de son intention est cette évidence de l'éternel de la guérison et de la puissance d'autoguérison de chaque être humain, de chaque cellule, déterminant ainsi le retour à la puissance de l'autoguérison de la terre.

Puisse l'humanité l'entendre, la seule épidémie est celle de la peur et de l'addiction à se laisser influencer par les nouvelles que l'on sait fausses, faussées, manipulées. Et pourtant, les manipulateurs le savent, ils n'ont jamais eu les rênes de la puissance. Ce n'est que faire semblant, n'est-ce pas ? Et pourtant il suffit de regarder l'aura de la terre pour voir à quoi amène faire semblant. Le manipulateur, nous le savons, n'est jamais extérieur, n'est-ce pas, même si des apparences semblent le montrer.

Le manipulateur, chacun le sait, n'est-ce pas, c'est ces trois inséparables, ces trois lascars, l'ego, le mental et le corps des émotions. Quelle que soit la forme que prenne cette union des trois, qu'elle semble jaillir comme quelque génie ou quelque diable, elle n'est que la précipitation d'une fumée d'illusion. Le cœur le sait. Le cœur sait le triomphe de l'amour. Le cœur sait le triomphe de la joie, et ces deux facettes de la même réalité, amour et joie, sont l'énergie d'où jaillit l'éternelle autoguérison de chaque être.

Voyez à quel point belle est l'invitation. L'illusion est poussée à son paroxysme. Maintenant, à chaque être de choisir, sans perdre de temps à se croire victime de quelque virus ou de quelque puissance. Non. À chacun de choisir de retourner à son centre et de garder la vision pour soi, pour le collectif de l'humanité, pour l'aura de la terre, pour la création, la vision de l'harmonie, la vision de cette puissance d'autoguérison qui éternellement jaillit du cœur de chaque cellule et dont le jaillissement est si grandement facilité par la puissance de l'attention.

Certaines forces illusoires s'amusent à orienter le regard de ceux qui se croient moutons et qui croient devoir suivre. A regarder la peur, les illusions grandissent, n'est-ce pas ? A regarder petit virus pour voir comment il se développe, petit virus est nourri. A regarder par la dévotion offerte à la plénitude de l'être humain, à regarder cette infinie puissance d'autoguérison au cœur de chaque être, ce jaillissement de lumière verte, ce jaillissement de tous les rayons, la beauté du Rayon pourpre et or, la beauté des roses qu'éternellement Marie offre à la terre et à l'humanité, à regarder cette réalité, celle de la lumière, petit virus s'évanouit, se fond. Qui peut donner pouvoir à une illusion si ce n'est l'illusion elle-même ? L'illusion menée à son paroxysme invite à choisir inconditionnellement.

Jaillir et se dresser dans l'unité du cœur, et porter la vision de guérison, guérison de petit virus ou de quelque autre condition, et principalement guérison de l'addiction aux illusions, guérison de l'addiction à la peur, guérison de l'addiction à l'écoute de ces fausses nouvelles que l'on sait fausses mais dont on laisse pourtant l'empreinte entrer dans l'aura, souillant ainsi l'aura de la terre.

Belle est cette période de retrait, n'est-ce pas, pour que chacun réalise, se pose et choisisse. Comprenez la puissance, même d'un petit cercle qui offre au cœur de chaque cellule du cœur unifié de l'humanité, qui offre dans chaque point de l'aura de la terre, qui offre dans toutes les structures, tous les corps humains, les corps de tous les êtres, cette puissance du Rayon vert, des roses offertes par Marie, du Rayon bleu de Michaël, du Feu violet, du Rayon pourpre et or, du Rayon jaune, du Rayon blanc, de l'union de tous les Rayons.

Etabli dans la confiance, dans l'infini respect, dans la révérence même de cette réalité que chaque cellule, chaque point de création est l'éternel, l'innommable, ce qui ne peut ni périr ni être abîmé, l'insouillable, garder cette vision dans l'union des Rayons ou dans la simple relation avec chaque Rayon, particulièrement le Rayon vert, le Feu violet et la tendresse des roses que la Mère offre à la terre, à chaque être humain vivant sur la terre, les portant dans tous les recoins de toutes les demeures, particulièrement pour un instant d'éternité à ceux qui se sentent isolés, à ceux qui se sentent fragiles, à ceux qui se sentent impuissants, sans même leur parler, leur offrant simplement dans le silence du cœur la tendresse de la Mère, la transmutation du Feu violet, la guérison du Rayon vert, l'infini de l'amour, De cœur à cœur tendrement par l'intention, au-delà de toutes les dimensions, prenons dans les bras de l'amour tous ces êtres qui se sentent isolés, impuissants ou vulnérables pour que dans ce bain de tendresse, ils se souviennent de leurs anges, de la fraternité, de ces milliards d'êtres qui entourent la terre et le cosmos de l'énergie de bonté, de bienveillance dans l'unité d'un seul cœur, d'un seul esprit, d'un seul corps. Et à chacun de ceux-là, dans l'unité du cœur, murmurons le chant de l'union "Détendez-vous, nous sommes là pour vous, avec vous, en vous." La force de la guérison.

Car la force de la guérison, vous le savez, n'est pas abstraite, elle est la puissance de l'amour. Elle est la puissance de ce regard qui maintient la vision de la terre d'harmonie, de l'humanité guérie, exultant.

Tendrement, nous murmurons la douceur de la tendresse de la Mère, la joie de la guérison, la joie de la transmutation. Infusons ces énergies profondément au cœur des cellules de tous ces êtres qui se sentent isolés, impuissants ou apeurés. La famille humaine est là. Nul n'est seul, nul n'est faible, et que tous les plans s'unissent pour imprimer cette réalité dans l'aura de chaque être "seul est Cela", la tranquille confiance de l'amour qui se sait aimé.

Et profondément à l'aide du souffle, allons au cœur de chaque cellule, de chaque corps, de ceux qui se sentent isolés d'abord, pour murmurer et saturer cette énergie de compassion, de guérison, de joie sereine et tendre. Et particulièrement maintenant nous allons vers tous ceux qui offrent l'aide et qui pourtant se sentent exposés, fatigués ou désemparés, pour que tous sachent et se souviennent que la générosité ne peut que se nourrir de la confiance, de la puissance de cette énergie d'autoguérison et de guérison de l'amour, la joie, la tendresse. Et que tous ceux qui font le choix d'aider et d'aimer se sentent infiniment entourés, infiniment aimés, infiniment aidés. Des milliards d'anges. Et que tout lien karmique soit brisé avec toute apparence de drame.

Maintenant nous infusons les cellules du corps unifié de l'humanité. Vous le savez, chaque corps humain est comme une cellule dans le corps unifié de l'humanité. Dans la puissance de la verticalité de la tendresse, de l'amour et de la joie, dans la puissance du souffle, le souffle de l'amour, nous infusons l'énergie de cette union des roses de Marie, du Feu violet, du Rayon vert dans la structure de chaque cellule, de chaque corps du corps unifié de l'humanité, gardant la vision. Voyez, il est un art du souffle qui en lui-même est guérison.

Et maintenant, cette puissance de guérison, ancrons-la au cœur du silence, au cœur du cœur.

Choisir d'être ferment de guérison maintenant éternellement, embrassant l'humanité dans cet infini qu'est le cœur, coupant tout lien avec les illusions, ne laissant pas l'attention se disperser, par dévotion simplement envers cette beauté de l'être humain, être divin. Rien ne peut être plus puissant que ce regard de guérison offert à l'intérieur du cœur à chaque cœur. Et maintenant cette énergie de guérison, offrons-la à tous ceux qui prennent les décisions pour que les décisions soient basées sur le bon sens de l'amour, sur la clarté, sur la tendresse, sur l'intelligence de la vision vaste et sur l'intention réelle et profonde de guérison et d'harmonie. Et maintenant pour chaque être, pour chaque parcelle de création, offrons la vision d'harmonie, cette harmonie qui est santé parfaite, qui est union, qui est l'infini de la joie dans la simplicité d'être membre de la fraternité du vivant.

Nous vous remercions d'offrir la vision. Gardez-la comme un trésor. Ne laissez rien vous détourner de cette vision.

Vous le savez, et si vous ne le savez pas comprenez-le, une intensité suffisante offerte à cette vision permettrait de sortir de toutes les histoires, de tous les courants du temps linéaire pour que la terre soit ce paradis de beauté, d'amour, de joie et de tendresse dans lequel la seule réalité est la santé parfaite, le confort, l'abondance et la dévotion offerte à l'éternelle source. Gardez la vision et très souvent, prenez au cœur du cœur tous ceux qui peut-être se sentent isolés, impuissants ou apeurés pour les nourrir de la tendresse des roses de la Mère, de la vitalité, de la santé, de la transmutation de chaque apparence en pure beauté au cœur du Un, simplement très souvent. Gardez la vision, incarnez-la.

Nous vous remercions.

 

Message de l'Ami reçu par Agnès Bos-Masseron le 19-3-20

Chaque situation est ferment.

Belle est l’union du cœur qui sait le triomphe, l’éternel triomphe de l’unité, de l’amour, de la compassion.

Proclamez ce triomphe avec vos voix, avec le cœur principalement. Souvenez-vous, ne mettez pas l’attention sur les apparences. Mettez l’attention sur l’intention de pleine harmonie, de pleine santé, de bonheur infini pour chaque être humain.

Vous le savez n’est-ce pas, chaque situation est ferment de croissance. Comment chacun, chacune transformera cette situation en ferment d’harmonie, de don de lumière et de joie, pour en saturer l’aura de la terre et qu’ainsi soient transmuées toutes ces énergies lourdes qui encombrent l’aura de la terre et permettent de telles situations. Comprenez l’enjeu. Chaque situation est ferment. Ne laissez pas ceux qui véhiculent consciemment des énergies de peur influencer le collectif. Soyons la puissance de l’amour.

Vous le savez, vous et nous sommes un, n’est-ce pas ? La fraternité du Vivant, la Fraternité de la Rose. Dans la plénitude de la tendresse, dressons-nous et imprimons dans le collectif de l’humanité la voix de la confiance, l’énergie de guérison. Puisse chaque être humain comprendre la puissance de la simple joie, non celle que l’on ressent comme un enfant et dont on serait esclave, mais celle que l’on crée par son positionnement, par son attention, par son choix, celle que l’on donne par son rayonnement, par l’intensité de la tendresse, par le don de soi.

Le don, vous le savez, est à bien des niveaux. Les médecins donnent très généreusement à travers des actes concrets. Le personnel de santé donne très généreusement à travers des actes concrets. Chaque être humain peut donner tout aussi généreusement à travers son rayonnement, et à travers le choix de ne générer que des énergies de joie, non cette joie que l’on reçoit égoïstement ou que l’on attend égoïstement, celle que l’on incarne par son attention sur l’infini de la joie qui est la vie, l’éternel, l’immuable.

Voyez, il suffit d’un petit nombre comparativement au nombre des êtres humains, un petit nombre qui choisit la voie de la noblesse, qui choisit de ne pas se laisser embarquer mais d’être don vivant de joie, d’amour, de tendresse, d’harmonie, relié à chaque être humain et au collectif de tous les êtres humains, au cœur du cœur, par la simple attention, sans écouter même les voix de ses égrégores qui s’amusent à enfermer le collectif de l’humanité dans une maille de peur ou de fausses nouvelles.

Qui peut oublier la puissance du corps humain ? Qui peut oublier la puissance et la beauté de l’amour et de la joie ? Le corps saturé de joie ne connaît pas la maladie. Le corps saturé de tendresse, rivé sur la propre noblesse, peut s’autoguérir.

Comprenez-vous ? Beaucoup ne savent pas écouter et entendre. A chacun qui choisit d’écouter et d’entendre de faire le choix de guérison au nom de tous. L’on ne peut animer à la fois la guérison et la peur. Choisir la guérison. Ne pas écouter les voix de ces soi-disant statistiques faussées, de ces soi-disant nouvelles faussées. Garder le vrai. Le vrai est la vision de l’harmonie, de la santé, de l’affluence et du bonheur pour chaque être humain. Gardez la vision. Portez-la au nom de tous.

Il est beau que des êtres humains servent d’ancre. Cela est vital, vous le savez, pour la civilisation incarnée. Des milliards d’anges veillent sur la terre. Aidez ceux qui ne le peuvent pas à choisir la vision juste et les gestes simples et justes. Tant de plantes, tant de moyens simples, un art de vivre assurant la santé. Il est beau qu’un cercle serve d’ancre pour ancrer l’humanité dans son corps de santé et d’harmonie.

Pour ce choix, nous vous remercions.

Tous les jours, plusieurs fois par jour, unissez-vous à Marie pour offrir le don de l’amour à travers les pétales de rose au corps unifié de l’humanité.

Animez la joie par l’intention simplement et distancez-vous de ces soi-disant médias qui ne savent pas la réalité.

Chaque situation, vous le savez, est ferment de croissance. Une chance unique pour l’humanité de faire le choix juste d’animer l’énergie porteuse de vie, de saturer l’aura de la terre et leur propre aura de l’énergie du don, de l’amour, de la joie, celle que l’on crée par le don de soi.

Pour ce moment d’union, nous vous remercions.

Avec joie et tendresse.

 

Message de Sanat Kumara reçu par Agnès Bos-Masseron 

Passer de l’illusion du temps linéaire au temps simultané.

Voyez, de l’attention rivée sur la joie par dévotion, s’ouvre l’accès aux flots de nectar (soma). Ces flots sont en sous-produit de l’intensité de la joie, et simultanément ces flots de nectar transfigurent la structure corporelle pour que concrètement la matière soit lumière. L’attention dynamique offerte à servir la joie en l’incarnant est donc la base de la transmutation cellulaire, de la transmutation des organes. De l’intensité juste d’attention naît une autre structure cérébrale, cellulaire, corporelle, encastrée si l’on peut dire dans des structures plus grossières, moins subtiles.

Pour ceux et celles qui savent regarder avec la vision vaste et l’œil du cœur, la création tout entière, les planètes, les étoiles, l’espace même, les plantes, les animaux, les minéraux, tous sont offerts pleinement à l’infini de la joie, et dans cette fréquence de la dévotion offerte à la joie - puisqu’il s’agit d’une fréquence, d’une intensité d’attention - inhérents à cette fréquence coulent les flots de nectar. Inhérente à cette fréquence est une autre notion de temps. Passer de l’illusion du temps linéaire au temps simultané.

Ainsi rassemblés, vous rapprochez les deux berges du temps jusqu’à ce qu’elles se touchent dans l’éternel présent. Cela aussi, vous le savez, est cultivé par l’attention. Pour ceux et celles dont l’attention reste rivée sur le temps linéaire, l’illusion du temps linéaire se renforce. Pour ceux et celles qui savent lâcher prise de l’attachement au temps linéaire pour animer cette évidence que les deux berges se rapprochent, vous pouvez le vivre concrètement même. Le temps n’a plus la même saveur que celle d’antan, n’est-ce pas ? Certains disent qu’il s’accélère. Peu importe, il vient toucher l’infini. Pour ceux et celles dont le regard reste rivé sur l’infini, les deux berges du temps se rapprochent. Et de la perception du temps, jaillit celle du non-temps, de l’éternel, de l’infini.

Ainsi voyez comment l’attention reste le guide. Pour chaque événement, l’on peut mettre son attention sur bien des plans, animant ainsi le plan correspondant. Voyez ainsi l’absurdité de la croyance que l’incarnation est inscrite dans le devenir. L’incarnation est bien inscrite dans l’autodépassement. L’autodépassement peut ne pas répondre aux lois du temps linéaire.

Voyez la beauté de cultiver une relation d’amour avec le silence. Voyez la beauté de l’art de l’incarnation qui ne connaît pas l’attente, qui ne connaît que le dynamisme et qui, par la façon dont l’attention est posée, projette le niveau de création correspondant à la fréquence de l’attention au niveau vibratoire. Ainsi au milieu de cette terre qui, pour certains, semble un champ de bataille, on peut vivre la beauté de la vie, la beauté de l’infini, la beauté des niveaux les plus subtils, les plus paradisiaques, la beauté de cette absence totale de forme et l’amour offert au Vénérable. Absence totale de forme, et pourtant une réalité si concrète que d’elle tout coule et qu’en elle tout retourne.

La beauté d’un cercle ainsi uni à garder cette vision, déjouant ainsi à la surface de la terre, dans son aura, cette croyance que tout est régi par ce temps linéaire et ce devenir. Au cœur de la dévotion est le temps simultané. Tout immobile, et pourtant un immense mouvement de pendule de par l’émergence du cœur du silence et la convergence dans le cœur du silence de cette évidence que seule est la pure beauté de l’au-delà de la forme. Aucune histoire et pourtant le berceau de chacune des histoires. L’attention reste rivée sur la source, même au cœur de chaque histoire.