Message de Sanat Kumara reçu par Agnès Bos-Masseron

Il est un plan de vie où chaque être joue le registre de la perfection.

S’offrir éternellement. Que signifie cela ? S’offrir, c’est s’emplir. S’emplir de la pure beauté. L’on ne peut plus dire Ma beauté ou Sa beauté, l’on ne peut que dire la pure beauté.

Alors que beaucoup croient que s’emplir est opposé à s’offrir, qui comprendra ? S’offrir c’est s’emplir. S’emplir de cet amour infini qui est le tout, qui est la vie, qui est la relation. Et l’offrande infinie est la plénitude infinie.

Être l’incarnation d’ananda. Et ananda, vous le savez, la source et la destination de tout, et ce qui est l’immuable sans source ni destination. Ananda s’offre éternellement, tel un torrent. Et cette offrande c’est l’incarnation.

S’offrir n’est pas s’effacer, c’est se fondre. Se fondre et se retrouver dans ce jaillissement du Un, du non-duel. Sa nature est adoration. La nature de l’incarnation est adoration. Inscrire cela concrètement dans les cellules du corps. Nous n’amenons pas un concept, nous amenons la réalité de la structure corporelle.

Voyez, inhérente à la structure corporelle est cette réalité d’ananda, et superposé à cette réalité d’ananda est le jaillissement de la joie de l’offrande. S’offrir c’est s’emplir.

L’humanité a mal compris et a cru que s’offrir était s’épuiser ou se vider. Non, s’offrir c’est s’emplir. S’emplir de cette vitalité, de cette dévotion, de cette simplicité qui, de par son intensité, assure la santé absolue, l’immunité totale et le rayonnement, tel un soleil éclatant. Les éclats du soleil sont le jaillissement de la joie pure.

C’est cela la vie, par dévotion et c’est tout, rendre au Vénérable sa nature à travers son incarnation. S’offrir, c’est s’emplir et exulter. Exulter car la vie n’est qu’un chant de louanges, une symphonie. Chaque être a son registre et son instrument. L’instrument, c’est l’incarnation. Et chaque être joue dans la symphonie de louange.

Que personne ne s’inquiète, l’être est multidimensionnel. Chaque être joue déjà la perfection de son registre pendant que il ou elle amène tous les aspects de cette multidimensionnalité à couler en harmonie avec le registre de perfection déjà réalisé. Comprenez-vous cela ? Non une petite personne qui tend vers le divin mais le divin qui est le tout. Et l’individualisation s’offre. S’offrir c’est s’emplir.

Et l’on ne peut priver le Divin de sa perfection. Chaque être joue la perfection de son propre registre, tout en amenant tous les autres aspects de la multidimensionnalité à se fondre, uni à la perfection d’être l’offrande de la joie pure à l’infini de la joie.

Simple est la vie. Il faudrait que les événements ramènent l’évidence de ce simple pour que l’humanité lâche prise. Lâcher prise même de cette apparente lutte du devenir, pour trouver l’évidence de la dévotion. L’on ne peut priver le Divin de sa propre perfection. Et il est tout, n’est-ce pas ? Il est un plan de vie où chaque être joue le registre de la perfection… Et ce regard qui ramène tous les aspects de l’individualisation pour se fondre dans cette perfection, ce regard est amour, compassion et non-jugement.

S’offrir c’est s’emplir, s’emplir de la grâce d'être l'étincelle qui est le tout du feu et qui danse la danse de louange.

Nous vous ramenons la connaissance et la clef pour éveiller le corps physique à une vitalité, à une puissance, à une immunité jamais appréhendées par la compréhension humaine. Considérez le corps comme jaillissement de lumière éternelle, cette lumière qui est l’amour. Considérez le corps. La coque physique en est une partie, une infime partie. Le corps, énergie-lumière-dévotion, s’élance. Si l’on voulait parler selon vos instruments de mesure, l’on pourrait parler de kilomètres pour la taille du corps, bien que les instruments de mesure font piètre figure à côté de ce corps qui est l’expression de l’immesurable.

Ressentez la coque physique et le corps énergétique en dessous, au-dessus, immense. Et cette simple attention au corps énergétique nourrit la coque physique qui se retrouve reliée, nourrie.

Qui pourrait douter de la totale immunité du corps qui est temple ?...

L’on pourrait dire que le corps est l’instrument de louange. Appliquez cette infusion du corps énergétique dans la coque physique. Visualisons le corps dans ce flot touchant l’infini, flot du feu blanc, et de ce feu partent tous les rayons. Et ce feu et les rayons traversent la structure physique comme une danse infiniment vitale, la danse du bonheur d’être dévotion, la danse unifiée, cette danse qui ne connaît pas la séparation.

Honorez le corps. Honorez le corps, non seulement les organes mais leurs correspondances énergétiques, non seulement les fluides mais le nectar qui est le mouvement et la danse dans la structure énergétique du corps. Il suffit d’avoir l’intention, les pieds bien ancrés sur la Terre, empli de cette présence qui est danse, la danse et le dense. Avoir l'attention sur ce corps qui emplit et traverse la coque physique, qui en est la pulsation et qui s’élance en dessous et en dessus, danse vivante. Ainsi vous nourrissez le corps physique bien mieux qu’avec les aliments.

S’offrir c’est s’emplir. Le plus beau don que l’on puisse faire à l’humanité est de garder cette vision de ce qu’est réellement l’humanité et d’incarner cette vision. L'être humain est cosmique.

Les écritures l’ont dit "Ô fils d’immortalité". Car les Fils sont les miroirs de la beauté du Père et s’offrent éternellement pour qu’éternellement soit magnifiée cette beauté.

Cette sœur de lumière l’a dit "sortir des modes de petitesse". Ils ne sont régis que par des croyances. Sournoise la ronde des croyances et des apparences. Les apparences justifient les croyances et les croyances créent les apparences. Sortir du piège en portant la vision de l’humanité noble offerte. S’offrir c’est s’emplir.

Message de l'Ami reçu par Agnès Bos-Masseron

Le collectif de tous ces êtres qui s’assemblent pour célébrer la lumière l’a emporté dans cette chaîne du temps.

Il est beau de célébrer l’éternelle victoire. L’on pourrait dire que dans le temps linéaire et dans la chaîne des événements, la lumière s’est posée dans la sérénité du regard de ceux et celles qui sont incarnation de l’intention de lumière. Bien sûr l’intention reste avec plus ou moins d’intensité, et pourtant le collectif de tous ces êtres qui s’assemblent pour célébrer la lumière l’a emporté, pourrait-on dire, dans cette chaîne du temps. En même temps l’invitation est d’aller au-delà, toujours au-delà. Intensifier l’intention, intensifier l’attention, intensifier l’amour, et savoir, de ce savoir inébranlable qu'est la connaissance du cœur que l’amour triomphe toujours.

Ne pas nourrir des apparences déstabilisantes en leur donnant de l’attention.

Voyez à quel point l’atmosphère s’est allégée et dégagée. Rester les chevaliers lumineux pour offrir au collectif de l’humanité toujours plus d’intensité de lumière, de sérénité et de joie profonde. Sans parler, rayonner. Ne pas parler à ceux ou celles qui se sentent enfermés dans une maille de  peur, rayonner. Rayonner une telle intensité de bienveillance, de confiance, de bonheur, de vitalité, que tous et toutes se sentent rassérénés.

Peut-être que beaucoup auront compris l’invitation. L’on ne peut, au cœur de l’humanité, rester tiède ou en retrait. L’on ne peut que se positionner et choisir d’être le don vivant, don de cette joie infinie qui est la nature de la vie, don de sérénité, don de bienveillance, de bonté et de légèreté, sans rien occulter et en ne nourrissant que l’infini de la confiance.

L’humanité aura peut-être compris à quel point il est vital de se reconnecter au corps de joie, ce corps énergétique qui nourrit le corps physique, ce corps énergétique qui permet au corps physique de s’épurer.

L’humanité aura peut-être compris de prendre un soin absolu de son corps, de sa nourriture, de sa boisson, de ses émotions, de ses pensées car le corps, vous le savez, est fait des pensées et des émotions. Le sang, l’état du corps physique, la structure osseuse, les cellules, ne sont que l’expression des vibrations de pensées et des vibrations d’émotions de chaque être. A chacun de retrouver cette impeccabilité d’hygiène, qu’elle soit mentale, émotionnelle, nutritionnelle, au niveau du mouvement, à tous les niveaux. Pour être puissance de rayonnement, il convient que le corps soit posé dans sa vitalité.

Il convient d’insuffler l’esprit de célébration au cœur du silence, l’insuffler dans le collectif de l’humanité. Qu’entendons-nous par célébration ? Non ces joies de surface ou ces fausses joies qui comblent ou croient combler une apparence de manque, la joie sereine et pleine de la vie, cette joie qui fait que la nature est éternelle célébration, cette joie qui est la nature de l’éternelle victoire de la lumière au-delà du duel.

Car nous ne parlons pas de victoire au sein du duel. Le duel ne peut que connaître les opposés. Au-delà des opposés, au cœur du Un, l’éternelle victoire de l’Être lumière.

Il est beau que certains choisissent d’offrir la personne à l’Être et de se fondre dans leur nature même et dans son au-delà. Il est beau que certains choisissent d’incarner la célébration de l’union.