Message de l'Être reçu par Agnès Bos-Masseron le 29-12-20 

Vous ne vous désolidarisez pas, vous servez l'humanité.

Beaucoup parmi vous, n'est-ce pas, essaient de comprendre le positionnement juste avec infiniment de sincérité. Il semblerait que les événements amènent bien des questionnements. Nous le redisons, ne regarder que la lumière, ne parler que de la lumière. Entendez-nous, cela ne veut pas dire occulter les situations actuelles, cela ne veut pas dire que vous vous désolidarisez de ces millions ou de ces milliards d'êtres qui ne savent pas voir ce qui est précieux, le seul trésor. Vous ne vous désolidarisez pas, vous servez l'humanité. Il faut bien que certains portent la vision pour la réimprimer dans la trame du collectif de l’humanité.

Porter la vision. Comprenez, la seule façon de porter la vision est de l'inscrire dans chaque fibre, dans chaque cellule et de la nourrir exclusivement, car la loi est la loi, l'attention donne vie.

Et souvenez-vous, ne vous souciez pas. Vous faites don du bonheur, vous faites don de légèreté même. Ne jamais croire dans des drames, il n’est aucun drame. Il est des histoires mentales préfabriquées, il est des adhérences à ces histoires mentales. Il est des voiles. Il est des projections comme les projections sur vos scènes de cinéma mais vous savez toujours que c'est un film, n'est-ce pas ? Ce qui se déroule à la surface de la Terre n'est qu'un film. Il faut bien, n'est-ce pas, que certains gardent l'image réelle, la vision, pour aider les autres à réaliser que ce n'est qu'un film.

Alors il est réel, il semble qu'il y ait bien des enjeux. Nous le redisons, pour ceux et celles qui s'offrent pleinement, le don n'est que lumière. Comprenez qu’en recevant ce don que seul est la lumière et ce don d'infini bonheur, l'on ne se désolidarise pas, au contraire, l'on sert. Car il suffit d’un être établi dans l'infini du bonheur, dans l'infinie simplicité, dans l'infini de la joie, pour que ce bonheur, cette simplicité, cette joie, soient magnifiés par cent ou mille et offerts à l'humanité. Cela est un don concret.

Les inquiétudes, les préoccupations, les consternations ne sont pas un don concret. Le don du bonheur, le don de la joie, le don de la confiance, le chant de victoire que la lumière reste éternelle lumière et que la victoire est éternelle, car le film n'est qu'un film, cela est le don le plus concret qu'un être puisse faire, le seul don même. Et plus vous offrez le don avec enthousiasme, avec passion, le rayonnant, l’exprimant, le parlant, le dansant, le chantant, et plus vous infusez la lumière dans la trame de chaque être et la trame de la Terre. Aucune aide ne peut être plus précieuse que celle-là. Aucun don ne peut être plus généreux que celui-là.

Voyez, la fraternité est plus nombreuse que les êtres humains vivant sur la Terre. Lorsque vous vous offrez pleinement à la lumière, vous n'êtes pas isolés. Ce n'est pas rare, c'est la majorité. Le choix de la majorité des êtres. C'est cela qu'il faut répandre ainsi que les voies de noblesse, à travers les choix conscients de chaque moment, le choix de guérir la terre par l'amour et par l'expression concrète de cet amour. Prendre le temps de la nettoyer. Et vous savez, n'est-ce pas, ce qui salit principalement la Terre, l'inquiétude, les pollutions. La colère est pollution, la tristesse est pollution. La confiance est guérison. Concrètement pour la Terre, essayez, agenouillez-vous sur la Terre et parlez-lui, confiance, amour. Remerciez-la.

Et mesurez - vous avez bien les machines pour le faire - son champ d'énergie. Vous verrez quelle intensité de guérison concrètement est offerte. Il en est qui ont fait cela avec de l'eau, n'est-ce pas ? Exposer une particule d'eau à de l'amour ou de la tristesse et voir comment l'eau se transforme. Vous vous souvenez bien, n'est-ce pas, que le corps des êtres humains est principalement composé d'eau. Il faudrait pouvoir montrer avec les machines comment les soucis, les préoccupations, les inquiétudes, même au nom de bonnes causes ou de bonnes intentions, abîment la structure de l'eau. Cela est concret, n'est-ce pas ? On ne parle pas là d'imaginaire ou de rêve mais du concret de la structure de la matière, la matière des corps, la matière de la planète, la matière des étoiles.

Voyez, si l'on voulait révéler les jeux de ceux qui se croient magiciens et qui jouent les jeux du pouvoir, ils ne font que faire peur, car ils savent à quel point la peur ou l'inquiétude affaiblit et détruit. Alors qui peut encore croire dans la nécessité de jouer ces jeux, ou de même prendre au sérieux ce qui n'est qu'un film ?

Proclamer les voies de la joie, proclamer les voies de l'amour, par des mots peut-être, en rassurant sûrement et surtout en étant le corps de la joie, le corps de l'amour, le corps du cœur. Et montrez-leur à quel point cette énergie guérit. Et cette énergie, donnez-la à l'infini et ne vous souciez pas. Dites cela à tous les êtres. Et si certains veulent rester dans des courants d'inquiétude, alors détournez-vous. Rassurez, aimez, offrez le chant de la joie. Détournez-vous des courants d'inquiétudes.

Maintenant la possibilité de régénérer le corps humain est cent fois plus grande au moins, qu'il y a ne serait-ce que quelques mois, par des technologies peut-être, par la puissance de la lumière et de l'amour certainement. Régénérer sans perdre une minute. Régénérer, exposer les fluides de vos corps à l'amour, à la joie, à la légèreté, aux jeux, aux dons.

Ainsi vous commencez à vous donner les moyens de porter la vision. Gardez cette vision comme on garde un trésor. Soyez-en les gardiens pour l'humanité, pour la Terre. Cela est le plus sacré et le plus grand des secrets. Sans perdre une minute, nourrissez la joie, la tendresse, l’amour. Remerciez, bénissez. Bénissez, remerciez. Chantez depuis la profondeur du silence par dévotion. Emerveillez-vous de la puissance de transformation. Et accompagnez cette transformation d'une attitude toujours plus en adéquation avec cette énergie d'amour. Polissez vos mots, polissez vos actes, polissez vos pensées, polissez vos sentiments par dévotion simplement.

Voyez, vous avez tant de moyens concrets. C'est maintenant que se bâtit la civilisation d'harmonie, sans attendre ni soucoupe ni vaisseau spatial, ni personne d'autre que vous-même. Vous êtes le maître magicien car seul est l’Être, n'est-ce pas ? Quittez les histoires.

Vous vous demandez, n'est-ce pas, quelle est l’attitude la plus juste. Nous vous la décrivons. Dites cela au collectif des humains. Et encore une fois ne vous souciez pas. Peu importe si peu ou beaucoup savent entendre, car chaque être est le Tout. Il n'y a pas d'enjeu. Chaque être est le Tout.

 

Message de St Germain reçu par Agnès Bos-Masseron le 29-12-20 

Il y a information, déformation et désinformation.

L’invitation est à réinventer l’information. Voyez, il y a information et désinformation. L’information est ce qui aide à informer, à donner la forme de la perfection à toute apparence. Cela est l’information. La désinformation est ce qui déforme la valeur énergétique, même sous le couvert de croire devoir informer. Vous le savez, tout est vibration, tout est lumière. Parler de danger déforme. Parler de la lumière informe. La beauté dans cette période est l’invitation que certains choisissent d’informer uniquement sans déformer. Puisse l’humanité entendre que dénoncer un danger est déformer. Ce n’est pas informer. Puisse l’humanité entendre que choisir une telle intensité de rayonnement est d’informer cette ouverture, cette évidence de ce monde éternel de perfection qui est la réalité, non dans le temps et l’espace mais dans l’éternité. Cela est informer.

Puissent certains choisir d’être informateurs sans déformer à aucun niveau.

Message de l'Être reçu par Agnès Bos-Masseron le 28-12-20 

Ne plus se battre, affirmer.

La grande invitation et cette porte qui s’ouvre dans ce moment du temps et de l’espace qui reste si auspicieux, la grande invitation est de quitter le monde du duel.

Alors certains s’étonnent peut-être et s’inquiètent, "il faut pourtant résister". Certains parlent même de se battre. Pour que triomphent les valeurs, pour que soit restaurée la noblesse de l’humanité, il est une autre invitation plus grande encore. Elle est celle de maintenant. Ne plus se battre, affirmer. Affirmer que seule est la joie pure. Ne pas l’affirmer mentalement. Cette affirmation implique quitter les attachements aux inquiétudes.

Vous le savez, la fraternité offre un plateau d’or pour que soient déposés les attachements aux inquiétudes. Avez-vous bien entendu ? Les attachements aux inquiétudes. Car si l’attachement est transcendé, l’inquiétude fond. Offrir les attachements aux croyances. Offrir l’attachement à cette image que certains projettent et que beaucoup reflètent. Qui voit cela ? Certains projettent des images semblant justifier l’inquiétude, la peur, le tremblement, la petitesse. Qui voit que seuls certains projettent et que beaucoup reflètent ? Et que choisit chacun et chacune ? C'est là qu’est la grande invitation.

Message de l'Être reçu par Agnès Bos-Masseron le 13-12-20

Puisse le grand boomerang entrer en action maintenant. 

Souvenez-vous, les différents plans. Michaël accompagne certains pour manier le glaive de l'amour, de la joie, de la puissance, dans ce qui semble être l'un des derniers volets, pourrait-on dire, de la grande bataille, l'une des dernières portes menant au triomphe. Pour d'autres, les chaînes se resserrent.

Vous le savez, n'est-ce pas, chacun crée sa création et maintenant plus que jamais, est l'heure du grand choix. Maintenant plus que jamais, il est vital, passionnément primordial pourrait-on dire, de rester rassemblés, unis, de se laisser nourrir par la puissance du rayonnement du glaive de l'amour. Vous le savez, l'heure est au grand choix.

Puissent être bénis tous ceux qui contribuent, quelle que soit la façon, à faire triompher le vrai, le bon, et à montrer à quel point ceux qui croient pouvoir encore opposer le pouvoir à la Puissance ont une action désuète. Ne jamais donner de sa puissance au pouvoir en mettant son attention dessus.

Plus que jamais, vous le comprenez, il est vital d'être unis, non dans la lutte mais dans le triomphe, dans cette vision d'une Terre d'harmonie, d'une Terre de joie pure, d'une humanité-fraternité, d'une humanité qui sert par son regard, par sa vision, l'infini élan créatif qu'est la vie.

Voyez à quel point la joie au cœur de l'union est intense. C'est pour cela qu'il est beau de s'unir, de se rassembler avec infinie créativité. Alors que certains veulent faire croire à l'importance de l'éloignement, non, physiquement se rassembler, même si le physique est comme maintenant par le biais des technologies. Vous voyez à quel point, là, les cœurs se rencontrent. Comprenez la présence et la puissance d'un cercle qui reste uni pour porter la vision du lumineux, du vrai, du bon.

Puissent être bénis tous ceux qui ont choisi de prêter leur voix à celle du vrai. Puisse l'humanité comprendre de ne jamais mettre la puissance au service du pouvoir. Et l'attention donne vie, n'est-ce pas ? Plus que jamais il est vital de porter cette vision de la Terre d'harmonie, de l'humanité-fraternité…

Ne doutez jamais du triomphe de l'éternelle lumière. Ne doutez jamais de la puissance de l'attention tout offerte à l'éternelle lumière, que ce soit pour vous, pour votre environnement, pour la Terre, pour le cosmos.

Que soient bénis ceux qui choisissent de porter la vision sans se laisser distraire par quelque vision éphémère de fantômes qui croient encore au pouvoir sans choisir de servir la puissance. Puissent les chaînes que certains ont l'illusion de vouloir tendre pour l'humanité, enfermer la croyance dans la possibilité d'un pouvoir qui détrônerait la puissance. Puisse le grand boomerang entrer en action maintenant pour retourner irrémédiablement vers ceux qui font le choix de jouer des jeux de pouvoir, oubliant de servir la puissance, la puissance de l'amour, la puissance de la lumière, la puissance de la fraternité exprimée à travers l'humanité, exprimant la pure beauté du Divin.

Certains pourraient parler des derniers volets de la grande bataille, ne regardez pas la bataille, ne regarder que la lumière, celle qui est inscrite au sein de chaque phase de transmutation, de transformation. Car infiniment belle, n'est-ce pas, est cette phase de transformation, infiniment beau ce tremplin offert à chaque être pour qu'il ou elle rebondisse dans sa propre divinité.

Puisse l'irrémédiable du grand boomerang devenir évidence. Que tout essai de placer des chaînes, quelle que soit la nature de ces chaînes, sur quelque être que ce soit, retourne irrémédiablement au créateur de celui-ci.

L'heure est venue du grand triomphe. Garder la vision sur le triomphe du vrai, du lumineux. Garder la vision, vous le savez, c'est à travers l'incarnation. Ce n'est pas en parlant mais en étant que l'on établit la société-lumière. En étant et en agissant. Agir non "contre" mais "pour", tous ces petits actes qui permettent de construire.

Ne jamais avoir l'attention sur la destruction, même si la destruction visée est celle du soi-disant négatif. N'avoir l'attention que sur la construction au sein de l'incarnation de cette vision du Divin qu'est chaque être.

Et toujours et encore, rester unis. Toujours et encore Michaël offre le rayonnement de protection. Encore faut-il intensifier son attention et ne pas créer de contre-courant. Toujours et encore la fraternité offre le rayonnement d'amour, le rayonnement de guérison, d'autodépassement. Voyez la puissance de l'union qui intensifie ce déferlement infini de lumière.

En inspirant j'inspire l'amour, en expirant Je Suis l'amour et j'offre l'amour à tous les êtres vivant sur la Terre, quels que soient les règnes, quels que soient les choix, et j'affirme la puissance de l'amour qui transmue irrémédiablement toute apparence, quelle qu'elle soit, pour en faire le miroir de l'amour pur.

La main sur le cœur, la fraternité nous bénit et nous remercie.

Message reçu par Agnès Bos-Masseron le 29-11-20

Le mental est devenu un épouvantail. Comment distinguer le mental de l'intellect ?

Le mental est souvent représenté comme un épouvantail, un épouvantail qui s'éparpille aux mille vents. L'intellect, la pensée pure, est un faisceau rassemblé.

Concrètement la porte permettant de ramener l'activité mentale dispersée au faisceau de clarté qu'est la pensée pure, est le rassemblement de l'attention.

Ce que vous nommez ancrage se doit d'amener une communion profonde entre cœur et cerveau, une relation profonde. Le cœur alors nourrit le cerveau, et le cerveau nourrit le cœur. Les deux retrouvent leur unité. De l'unité entre cœur et cerveau, émerge un autre fonctionnement de la pensée. L'on ne peut plus dire si c'est le cerveau ou le cœur qui exprime car les deux sont un.

La résultante est une clarté sobre. L'expression est rassemblée, précise, claire, exprimée dans une grande économie d'énergie et dans ce jaillissement d'énergie-amour qui reste la source de toute expression, amour-silence pur qui se reconnaît.

Ce que vous nommez ancrage se doit d'amener un autre fonctionnement du corps, de tous les aspects de l'individualisation. Le cerveau et le cœur unis permettent l'expression de la voix unique, de l'infinie clarté.

Passer de savoir à cognition.

Message de Nikola Tesla reçu par Agnès Bos-Masseron le 29-11-20

Comment se protéger des énergies électromagnétiques nocives ?

Le don que notre collectif a voulu ramener à l'humanité était la connaissance et l'union avec l'énergie. Le don que notre collectif a voulu ramener à l'humanité en apparence n'a pas pu être reçu puisque l'aspect pratique de la découverte a été occulté, détruit, et qu'ignorant cette simplicité de la production d'énergie à partir de l'union, des systèmes ont été créés toujours plus nocifs.

L'aspect pratique du fait de générer l'électricité à partir de l'énergie universelle n'a pas été utilisé. Personne ne peut nier ou entraver l'évidence que l'énergie universelle est le grand Tout.

Mettre toute son attention sur incarner cette relation d'union entre tous les systèmes - les systèmes corporels, les systèmes émotionnels ou même les systèmes de production d'énergie - à un niveau de clarté extrême, renverse l'effet toxique.

Voyez la synchronicité. L'humanité peut être en train de basculer vers les rayonnements les plus toxiques et les plus nocifs, et simultanément l'humanité s'ouvre à cette autre réalité, à cette évidence de l'union. Et l'attention donne vie. Garder l'attention sur cette évidence peut transformer toute toxicité, surtout si cette attention est le produit d'un collectif.

C'est un collectif qui, à travers moi, a amené les nouvelles compréhensions et principalement le don de la gratuité de l'énergie et la gratuité de son utilisation pour le bien de tous. Il convient qu'un collectif choisisse de mettre son attention sur l'intensité de l'union et reconnaisse l'énergie pure dans toute parcelle de création, quelle que soit sa nature. Vous avez là l'invincible protection.

Est-ce que cela répond à ton questionnement ?

Oui c'est très profond mais pas très dans les détails pour la vie pratique.

C'est très dans les détails pour ta vie pratique, frère de lumière, car l'attention donne vie et chaque être est la totalité de l'Être et la totalité des êtres.

Ne sous-estime pas le fait de ne mettre ton attention que sur cette union au sein de l'énergie pure. Ne sous-estime pas la puissance de cette attention à condition qu'elle ait pour origine la pensée claire et non le mental confus. L'attention et l'ancrage dans la pensée claire, l'attention et le mouvement au sein de l'énergie pure, l'attention et le rassemblement total, l'attention et la clarté créatrice.

Message de l'Être reçu par Agnès Bos-Masseron le 29-11-20

Comment concilier se désidentifier de son corps et s'ancrer ?

Les deux données de ton questionnement s'unifient. Il est vrai, fondamental pour l'incarnation est de s'ancrer, d'emplir son corps, et tu as là la porte pour la désidentification.

Se désidentifier de son corps ne signifie pas se désincarner. Cela ne signifie pas aller dans quelque plan éthérique ou flottant. Cela veut dire s'emplir de cette structure physique et de toutes ces structures car en emplissant son corps, on le découvre.

Regardez, vous mettez l'attention sur le corps maintenant. Le souffle vous aide. Vos seules attention et intention sont d'intensifier cette attention. Tranquillement le souffle vous aide. Ainsi le corps se révèle. Vous pouvez déjà remarquer que votre attention est moins fragmentée. Peut-être qu'au départ vous sentez plus vos points d'assise ou quelque sensation, mais à mettre l'attention sur emplir le corps de son attention, le corps se révèle dans sa totalité. Si quelque sensation trop forte empêche votre corps de se révéler dans sa totalité alors vous intensifiez l'attention sur cette sensation jusqu'à ce que l'attention s'ouvre dans la totalité du corps. Le corps tout d'abord se révèle dans sa structure de chair et d'os. Vous pouvez sentir les battements du cœur, le pouls, le mouvement des yeux, les cycles, le souffle, la circulation. Vous continuez à emplir le corps. Et le corps se révèle dans une autre structure, un peu peut-être comme du nectar. Les différences entre l'ossature, les muscles, les nerfs s'amenuisent et le corps se révèle. Ainsi de révélation à révélation, votre attention se repose sur la source du corps, l'Être, la conscience, le silence.

Vous avez là alors la désidentification. Au cœur de chaque cellule est l'Être. Au cœur de chaque cellule est le Divin.

L'ancrage est cette attitude qui permet que le seul point d'appui soit cette source de la cellule, de l'ossature, des muscles, l'Être infiniment dense et infiniment fluide. Au cœur de l'Être est l'innommable, et au cœur de l'innommable, le, la suprême Seigneur.

Cette adoration intensifie le nectar qui vient nourrir chaque partie du corps et éclairer avec toujours plus d'intensité cette évidence que le corps est conscience, que le corps est lumière, que le corps est divin. La base reste l'ancrage. L'incarnation ne peut être vécue depuis l'abstraction de la relation avec le corps.

 

Message de l'Être reçu par Agnès Bos-Masseron le 29-11-20

Pourquoi l'enseignement est-il si souvent répété ?

En fait, rien n'est répété. Il n'est qu'un seul acteur, qu'une seule actrice. Cette individualisation, cet être que tu es, met en œuvre une scène, la projection de la création. Et de même que tout ce qui est perçu dans cette scène n'est que la projection de ta propre vision ou ta propre réalité, ce qui est dit dans ces scènes est la projection de ta propre réalité. Simplement de par la beauté et la magie de la relation de l'Être avec lui-même, et de tous les aspects de la multidimensionnalité, chaque expression qui semble être répétée ou chaque partie qui semble vouloir comprendre et intégrer ce qui est répété est ouverture.

De même qu'une note est jouée et qu'à écouter cette note on perçoit des millions d'harmoniques, ne peut-on pas passer l'éternité à écouter une note en savourant les harmoniques ? Et chaque fois, une harmonique perçue ouvre à une autre possibilité de percevoir d'autres harmoniques, et chaque fois une harmonique perçue ouvre à une résonance, une réponse qui amène une restructuration.

Il est beau que tout soit répété. Il est encore plus beau de savoir discerner l'éternellement neuf au sein de ce qui semble être simple répétition. Et il est encore plus beau de se reconnaître dans son essence la plus ultime dans chaque son.

 

 

Message de l'Être reçu par Agnès Bos-Masseron le 29-11-20

Quand j'utilise de l'eau, je remercie mais je ne sais pas la bénir. Quelles formules utiliser ?

Chaque fois que tu remercies, tu bénis. Comme tu le dis, remercie l'eau, pour elle surtout. Remercier implique reconnaître la beauté. Indépendamment des services qu'offre l'eau pour lesquels elle pourrait être remerciée, la remercier pour elle dans sa nature, dans sa structure, dans son essence.

Ainsi, tu résonnes de suite avec la partie la plus profonde, la plus holistique, la plus pure de l'eau, et avec la partie la plus profonde, la plus holistique, la plus pure de toi.

Il y a bien des formules mais peu importent les formules, elles ne sont que cristallisation de cette intention. Dans la simplicité, ce remerciement offert à l'eau depuis la plénitude de l'ancrage dans cette intention de remercier, de la présence à ce remerciement. Non le merci automatique. Les formules souvent créent des automatismes, on répète la formule oubliant la pleine présence qu'est la source de la formule.

Un simple merci au-delà du service rendu. Merci à l'eau pour sa beauté, pour sa fluidité, pour sa divinité, pour sa structure et sa nature, pour sa vie, pour son être, merci.

A remercier l'être de l'eau, tu t'harmonises, ton être à l'individualisation unique et cet Être suprême auquel est offert l'éternel merci, gratuitement, non comme ces suppliques - on remercie pour avoir des grâces - la grâce est d'être le merci vivant.

Merci.

Message de Frère Lantos, l'un des Gardiens de la Flamme, reçu par Agnès Bos-Masseron le 22-11-20

Réseau internet ou réseau cosmique.

 

Il est vrai, à un certain niveau le réseau d'internet est réseau cosmique. Pour ramener cette simple évidence que les connexions et l'écoute mutuelle même au niveau de la voix n'ont pas besoin de réseau fabriqué par les hommes, il convient de délaisser au maximum les réseaux fabriqués par les hommes.

Les deux aspects, vous le voyez, le génie de cette possibilité de vous relier ainsi, et la pollution qu'amènent ces moyens de connexion et l'intention avec laquelle ces moyens de connexions ont été créés.

L'invitation des Gardiens de la Flamme, vous le savez, est de permettre un tel déploiement de joie pure, d'amour, de plénitude au sein du Un qui, en sous-produit, permet de déploiement de toutes ces capacités latentes. Il va bien falloir qu'un jour les êtres humains osent arrêter leur ordinateur et écouter, s'entendre, se parler et se voir à travers le réseau cosmique. Pour cela, il convient de se dépolluer à tous les niveaux, au niveau des pensées, au niveau des aliments, au niveau des auras, au niveau des paroles.

Simplifier et dynamiser pour qu'à travers le réseau cosmique, chacun puisse parler aux frères des étoiles ou de la Terre intérieure, se voir et danser ensemble telle une grande chaîne d'union.

Vous le savez, l'invitation n'est pas simplement à une amélioration mais à une transfiguration totale. Puisque le temps n'est pas linéaire mais simultané, en s'alignant aux fréquences justes, retrouver le compagnonnage concret avec ce qui semble des civilisations antérieures d'harmonie. Il n'est point d'antérieur.

…Chaque moment est vibrant de potentialités. Prendre chaque moment comme un don et écouter au sein de chaque moment l'invitation. Elle n'est jamais à l'inerte, elle est toujours à la danse, la danse du déploiement éternel, la danse de l'hommage pour qu'à travers l'individualisation de chacun, le la Suprême Seigneur soit honoré et reconnu comme la seule réalité.

Chaque matin porter au creux du cœur l'intention la plus profonde pour son incarnation et mettre chaque moment de la journée au service de cette intention la plus profonde. Oser être authentique dans tous les détails. Oser la joie de cette danse du déploiement qui fait que le cerveau s'illumine.

Il est un écran magnifique au cœur du réseau cosmique fabriqué par le rayonnement de lumière du cœur, tout s'y reflète, tout peut communiquer avec tout. Aucun interdit, aucune limite.

…Marchez beaucoup. Plus que jamais la nature donne. Plus que jamais l'énergie des civilisations éternelles d'harmonie offrent les dons. Emplissez vos auras de cela. Soyez le triomphe vivant de la joie. Ecoutez le cœur du silence, le cœur de chaque être, le cœur des étoiles, le cœur de la nature, le cœur, le la Suprême Seigneur. Et que cette écoute soit reconnaissance. Seul est Cela.

Il faut bien que certains osent créer cet autre mode de vie et se démarquer.

Nous vous saluons.

Message de l'Être reçu par Agnès Bos-Masseron le 15-11-20

Laisser les voix de ceux qui se croient contrôleurs s'épuiser d'elles-mêmes.

Magnifique est l'heure du grand choix. Plus que jamais, vous l'avez compris, le choix est impérieux. Vous le savez, l'humanité ne peut flotter entre deux eaux. Choisir d'incarner pleinement l'Être-lumière. Et plus que jamais dans tous les moments du quotidien, faire le choix d'honorer l'harmonie, la joie, la Terre.

Vous le savez, n'est-ce pas, ces milliers de petits gestes qui peuvent être dons d'amour à la Terre. Vous le savez aussi, ces milliers de petits gestes qui nient l'harmonie... simplement par négligence peut-être ou par laxisme. L'invitation pleinement est de sortir du laxisme et de faire le choix.

Il est vrai, le choix d'un seul être semble peu significatif pour la totalité de la planète et pourtant l'humanité n'est faite que d'êtres qui choisissent l'union, qui choisissent l'indifférence ou qui choisissent de s'endormir. S'éveiller. S'éveiller à la pleine joie d'être le choix d'harmonie. L'invitation se fait ressentir très souvent, n'est-ce pas, retourner au simple. Sortir des modes artificiels. Retourner au simple. Être écoute.

Et plus que jamais cultiver son corps, car en cultivant son corps on renforce sa puissance. L'énergie s'aligne. Beaucoup l'on dit, le corps est le véhicule de l'âme. Bien plus que cela, le corps est lumière, le corps est l'Être, le corps est la totalité du vivant.

L'un des choix est de sortir de cette croyance de séparation, le corps d'un côté, le divin de l'autre - les deux sont un - et c'est à travers le fait de cultiver le corps, le cultiver à tous les niveaux, le tonifier et également le raffiner à travers une attention offerte à ce que l'on mange, à ce que l'on respire, à ce que l'on pense, à ce que l'on ressent.

Il faudrait que l'humanité écoute et entende, sortir des ressentis pesants, sortir de l'inquiétude. L'inquiétude n'est que vent mental. Sortir du laxisme ou de l'inertie.

Et si dans les villes les êtres humains semblent être enfermés peut-être dans leur maison ou leur immeuble, il existe tout de même mille façons de bouger son corps.

L'heure est venue de ne plus obéir à ses propres mécanismes égotiques. Être créatif pour garder la vision magnifique de la vie, la vision de l'aboutissement de cette société qui semble tendre vers l'harmonie. Il suffit sans aucun doute que chacun choisisse l'harmonie à travers ses actes, ses modes de pensée, ses modes de fonctionnement.

Garder le bonheur comme on garde un trésor. Cultiver le bonheur. Le bonheur se cultive à travers des milliers d'actes simples. Et incluses dans ces milliers d'actes simples, sont la nourriture simple et vivante, l'eau claire et emplie d'intention de puissance, la puissance des émotions qui s'offrent au sentiment.

Autant que vous le pouvez, démarquez-vous tels des voiliers qui suivent leur vent et suivent leur route, et aucun vent ne saurait faire dévier le vent qui soulève les voiles.

Ensemble, au cœur du silence, offrons la vision d'une Terre embrasée par le feu de l'amour.

Voyez, à cette vision, vous offrez l'incarnation car cela est l'intention d'incarnation, n'est-ce pas ? Être le feu vivant, le feu de l'amour et embraser la Terre à chaque pas, à chaque mouvement. La grande invitation est de sortir de ce mode qui mettrait une attention sporadique sur le don d'amour à la Terre. Pour incarner cette intention, garder son corps embrasé.

Cela semble presque anachronique, n'est-ce pas ? Alors que certains essaient d'endormir l'humanité enfermée dans des boîtes, le feu traverse toutes les boîtes. La passion est de rester pleinement éveillé dans cet amour de l'Être, dans cet amour de la vie et dans ce refus total de tamiser son énergie. Vous le savez l'inquiétude tamise, les préoccupations tamisent. Le dynamisme enflamme. Garder le dynamisme dans la simplicité. Et plus que jamais, imprégnez dans vos cellules cette vision de la Terre Temple au, à la Suprême Seigneur, dans chaque cellule.

Vous l'avez tous compris, n'est-ce pas, l'heure est venue autant que possible d'ignorer les médias totalement, d'ignorer toutes ces fausses nouvelles, de rester pieds nus dans l'herbe, la tête offerte aux étoiles dans la simplicité de l'émerveillement pour la simple beauté de la vie, se nourrissant d'inspiration, de simplicité, de grandeur.

Laisser les voix de ceux qui se croient contrôleurs s'épuiser d'elles-mêmes et que par l'attention, la présence et le feu de la présence amour, que s'embrase la terre pour brûler l'inertie. Rester unis, merveilleusement unis.

Vous le savez, n'est-ce pas, l'heure est au grand choix et à l'ouverture. Et vous le savez aussi, l'ouverture ne peut jamais être un automatisme. L'ouverture n'est que le sous-produit de centaines, de milliers et de millions qui ouvrent. Ouvrir sa propre conscience, ouvrir ses modes de fonctionnement, ouvrir son rayonnement de simplicité, ouvrir sa clarté, sa lucidité et chanter. Chanter avec détermination et enthousiasme car lorsque des milliers ou des millions peut-être choisissent d'ouvrir, l'ouverture se fait.

Alors bien sûr, combien font ce choix ? Peu importe car l'attention de chacun ne peut qu'être à ouvrir pleinement. Il ne reste plus de place pour voir ce que l'autre fait et combien font ce choix. L'attention ne peut qu'être tout offerte à faire soi-même ce choix.

Chaque petit geste compte. Délaisser tout ce qui nuit à la Terre. Délaisser les modes d'inquiétude. Délaisser les technologies polluantes autant que possible. Délaisser les modes de pensées polluantes. Délaisser les modes d'expressions polluantes.

Voyez, alors que certains cherchent à semer l'inquiétude, étouffez l'inquiétude par l'enthousiasme infini. Le collectif, vous le savez, est créé de la somme des individus. Le choix est de s'offrir pleinement au collectif magnifique, exalté, de ceux qui choisissent de créer l'humanité éternellement nouvelle.

Voyez, on est loin du cliché d'anges qui viendraient apporter, passivement, l'on est à ce moment de grand éveil où chacun réalise la pleine puissance et fait le choix dans chaque petit acte, dans chaque mouvement de pensée, chaque mouvement physique, chaque mouvement d'émotion. Dans chaque choix, faire celui qui honore l'harmonie.

Nous le redisons, restez unis dans le concret. N'oubliez pas, l'union peut se faire dans le concret des modes d'expression, elle se réalise aussi très concrètement au cœur du silence. Car l'union fait vibrer à la même fréquence et l'attention offerte à la fréquence juste intensifie l'union avec tous ceux et toutes celles qui choisissent cette fréquence, qu'ils soient incarnés tridimensionnellement ou vivent l'évidence de l'au-delà des dimensions.

Sortez de tous les modes d'indolence et de tout ce qui fait grandir l'indolence. Cela, dans ce moment charnière, est de grande importance. Bien sûr, vous le comprenez, la multidimensionnalité fait que cette harmonie est omniprésente, n'est-ce pas ? Pourtant il s'agit de fondre la tridimensionnalité dans cette ouverture pour que la Terre retrouve sa nature de paradis.

Comprenez-le, il en est peut-être qui visent à établir des technologies polluantes, un collectif d'êtres choisissant d'accroître la puissance de leur rayonnement peut défier toutes les technologies. Ne pas confondre puissance et pouvoir. Le pouvoir ne mène qu'à la faiblesse, la puissance triomphe de tout. Visualiser une géométrie sacrée embrassant l'aura de la Terre, la pénétrant.

Comprenez-le, il n'est pas besoin de technologie pour triompher des technologies nuisibles, il est besoin d'harmonie. Et l'harmonie se solidifie par le choix de chaque moment.

Sortez des modes d'inertie. Autant que vous le pouvez, sortez des aliments qui mènent à l'indolence, sortez des modes de récréation qui mènent à l'indolence. Quittez les écrans, quittez tous les modes d'inertie. Retrouvez la simplicité des pieds dans l'herbe mouillée, de la tête offerte aux étoiles, des gestes simples et vigoureux, de la créativité. C'est ainsi que naturellement, sans même que vous compreniez pourquoi et comment, le triomphe sera assuré sur toutes ces technologies dont le but est nuisance ou contrôle.

Ne cherchez pas à vous protéger, cherchez à vous exposer à votre propre divinité. Ainsi naturellement tout sera neutralisé. C'est cela l'éveil de l'humanité. Cela implique des milliers de choix.

Réfléchissez. Pourquoi faites-vous ce que vous faites ? Est-ce que ce petit acte sert à la Terre, ou sert-il à l'indolence ? Ne craignez pas, il est la fraternité du vivant qui accueille chaque être qui fait le choix d'être le don vivant.

Vous le savez, l'on ne peut être les pieds dans deux bateaux séparés. Mettez les deux pieds dans le bateau du choix conscient, le bateau du divin car le divin est choix conscient, n'est-ce pas ?

Nous pouvons vivre en conscience le fait que Marie offre les roses à la Terre, à l'humanité et à chacun et chacune d'entre nous.

Il suffirait que l'humanité comprenne la puissance de l'union. La puissance est l'énergie pleinement rassemblée offerte au feu vivant. L'union est le don total. Le don total amène l'ouverture. L'ouverture révèle l'union…

La fraternité nous amène à ressentir au niveau du sentiment le plus fin la puissance de l'union de nos intentions, et d'inscrire cette puissance au cœur des cellules au nom de l'humanité, pour que chaque être humain se sente infiniment relié et non isolé et impuissant.

De nouveau, Marie offre une rose à chacun et chacune et ce don de la rose est un merci pour ce choix d'être le don vivant. St Germain offre le Feu violet, Sanat Kumara le Rayon rose, Babaji le Rayon vert. Melchisédech, Douce Mère et Sri Aurobindo offrent le rayonnement du Feu blanc. L'Ami et Christ'Al Chaya offrent le Rayon pourpre et or, Michaël le bleu, Gabriel le jaune.

La main sur le cœur, la fraternité nous salue.

Message de l'Être reçu par Agnès Bos-Masseron le 23-10-20

Dans la dernière bataille, la puissance s'oppose au pouvoir. 

Vous le savez, l'heure est venue de la dernière bataille. La grande transmutation. Portez l'invitation à la fraternité de l'humanité. Retirez le pouvoir aux démons. Les démons, vous le savez, les seuls, sont dispersion, ego, addiction aux blessures…

Vous le savez, le jeu pour la dernière bataille, la puissance s'oppose au pouvoir. L'opposition est dans l'union. L'opposition est dans la dévotion. Ne plus donner d'attention au pouvoir, la donner à la puissance. Et concrètement pour la fraternité de l'humanité, voyez à quel point cela est opportun, les êtres de pouvoir font de leur mieux pour accrocher la fraternité de l'humanité à quelque pouvoir, le pouvoir de la peur, le pouvoir de la dispersion, le pouvoir des illusions, le pouvoir des croyances. Et qui choisit la puissance ?

Rappelez-vous la voix de ce frère qui a marché sur la route des hommes "l'on ne peut mettre ses pieds dans deux bateaux à la fois". On s'écartèlerait, n'est-ce pas ?

Choisissez la puissance. Au nom de la fraternité de l'humanité, dans la dernière phase de ce qui semble bataille, choisissez la puissance.

 

Message reçu par Agnès Bos-Masseron le 25-10-20 

Un cercle des enfants de Vénus parle aux enfants de la Terre.

Souvenez-vous, vous êtes un certain nombre incarnés sur la Terre, rappelez-vous tous les enfants du cosmos, de Vénus, des étoiles, de Telos, des planètes, tous les anges, tous ceux qui sont les enfants éternels et qui souhaitent jouer avec vous les jeux de la joie, de la sérénité, de l'enthousiasme, de la passion.

N'oubliez pas, les enfants de la Terre sont en train de se souvenir qu'ils sont gardiens de sagesse. Ne laissez pas quelques paroles, quelques voix ou situations vous impressionner. Ce n'est que comme vos jeux, vous savez, l'un joue au grand méchant loup et tous les autres rient, n'est-ce pas ? Riez et surtout ne laissez pas vos émotions craindre.

La Terre est bénie. Les enfants sont bénis, les grands sont bénis.

Souvenez-vous, vous savez vous rappeler que vos jeux sont des jeux, sachez vous rappeler que certains jouent des jeux, que ce ne sont que des jeux. Ne vous inquiétez de rien, soyez le soleil de la joie avec nous. Savez-vous que cette fraternité de lumière est tellement plus nombreuse que les êtres humains ?

Ils se croient les rois de l'univers. Vous savez, n'est-ce pas, le seul roi est la joie. Et ce roi a des milliards de sujets qui lui sont fidèles et qui sèment partout les graines de la joie.

Jouez avec nous.

 

Message reçu par Agnès Bos-Masseron le 10-10-20

Ne vous laissez pas enfermer dans de petites visions, choisissez la vision la plus vaste.

 

Encore et toujours s'émerveiller. Vous le savez n'est-ce pas, l'ouverture implique le choix inconditionnel, ne plus suivre ces courants qui aiment voiler ou aveugler même. Ne plus suivre simplement.

Cela ne veut pas dire s'insurger, cela veut dire créer. Créer cette réalité éternelle, nouvelle, éternelle, à travers laquelle l'incarnation est jaillissement de dévotion. Cela ne peut qu'être cela, n'est-ce pas, puisque le non-deux éternellement s'offre la dévotion. Traduire cela dans l'incarnation.

Il ne s'agit pas de se démarquer un peu tout en continuant les anciens rouages, il s'agit de créer les nouveaux modes, les nouveaux modes sur la base de cette matrice interne.

L'Être éternellement est adoration. Le regard, le regard que le feu offre à sa propre nature, c'est de là que jaillit la création.

Il ne s'agit pas de se démarquer un peu mais d'exprimer pleinement cette nature de l'humain divin. Il s'agit encore moins de blâmer quelque instance qui serait responsable de ce que l'on peut nommer l'abrutissement de l'espèce, cette espèce si noble, si divine. Il est vrai, tout être et toute espèce sont divins et l'expression pure du divin. L'être humain resplendit de sa propre lumière. Actualisez cela.

Il est vrai, certains voudraient prendre l'avantage de l'indolence générale. Qui choisit de créer sa réalité et de sortir de cet attachement à ses petites préoccupations alors que chaque journée se veut être élan de dévotion ?

Nous redonnons les clefs concrètement. Nous redonnons les clefs et c'est à chacun d'insérer la clef et d'ouvrir la porte, car chacun crée sa réalité. La base est la verticalité de l'énergie et la base est l'amour, l'amour sans discrimination, cet amour, jaillissement de silence dont le flot est éternel.

Ne vous laissez pas enfermer dans des petites visions. Choisissez la vision la plus vaste, actualisez-la. Ainsi vous êtes ferment pour le collectif de l'humanité.

Message reçu par Agnès Bos-Masseron le 10-10-20

La richesse des autres plans ne s'imprime pas avec les codes tridimensionnels.

 

Il est temps que l'humanité réapprenne la multidimensionnalité. Ne plus croire être limité à un temps, à un espace, à une dimension. Intensifier l'attention, intensifier le don pour que s'ouvre l'évidence de la simultanéité des plans. Ainsi sont précipitées des réalités que l'on peut nommer parallèles.

Vous l'avez compris n'est-ce pas, entrer en relation avec le silence ne peut se faire depuis l'inertie. On vient rencontrer le la Suprême au cœur du temple, au cœur du silence. On ne peut rencontrer que depuis l'union. La rencontre transcende le monde mental.

Inscrivez dans la structure cellulaire l'invitation à réaliser la multidimensionnalité. La clef est de cesser de croire que seul ce qui est perçu par les sens tridimensionnels est réel. La réalité est que les sens tridimensionnels ne perçoivent qu'une infime partie. Le reste est appréhendé avec d'autres sens parallèles.

Retrouvez cette évidence de multidimensionnalité. Maintenir des intensités vibratoires différentes de la même unicité amène à vivre des réalités différentes qui sont perçues par des systèmes sensoriels ou de perception différents auxquels la perception tridimensionnelle n'a pas accès. Ces perceptions sensorielles différentes sont enregistrées par la conscience sans nécessairement l'être par les systèmes tridimensionnels.

C'est pour cela qu'il est fondamental de laisser des plages de repos suffisamment longues, de commencer son repos suffisamment tôt car pendant le sommeil par exemple, l'être vit bien des niveaux. Hors du temps, hors de l'espace sont les temples. L'entrée est l'intensité d'attention.

Le mental peut essayer de créer des histoires, lâcher les histoires mentales, qu'elles soient belles ou frustrées, peu importe. Le mental n'a pas accès au temple sacré.

Garder le corps reposé. Pendant la nuit, alors que dorment les sens tridimensionnels, la conscience enregistre la richesse d'autres plans. Et cette richesse s'imprime d'une autre façon, à travers d'autres codes qui n'ont rien à voir avec les codes tridimensionnels.

Le trésor est d'être adoration. Souvenez-vous, dans la simplicité intensifier la présence. Le souffle vous aide. L'on ne cesse jamais d'intensifier.

L'attention se doit d'être rivée sur l'essentiel. Vous le savez, il n'est pas concevable que la structure mentale puisse pénétrer sur d'autres plans. S'il semble que la structure mentale pénètre, alors on est dans le plan mental. Le plan mental, la structure tridimensionnelle, n'est qu'une infime partie de l'individualisation. Lâcher prise.

On entre dans le temple, on se dévêtit, on ressort toujours dévêtu, on ne ramène rien. Ce qui est acquis est encodé. Les codes se révèlent de leur propre manière.

Encore et toujours, l'attention reste sur l'essentiel. L'essentiel est l'éternel au-delà. L'essentiel est de ne s'arrêter à aucune croyance, à aucune attente, à aucune perception. L'essentiel est de s'offrir pleinement. Cela est l'intention nourrie par l'attention, dans la pureté du cœur.